En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 742.38 PTS
-
4 774.5
+0.84 %
SBF 120 PTS
3 769.59
+0.00 %
DAX PTS
10 622.07
-
Dowjones PTS
24 423.26
+0.14 %
6 682.74
+0.00 %
1.136
+0.06 %

Géothermie: les Philippines veulent rattraper le temps perdu

| AFP | 238 | 3 par 1 internautes
Des conduits métalliques brillants crachent une épaisse vapeur blanche sur une colline recouverte de jungle, sur le site de Maibarara, à une heure au sud de Manille, le 3 août 2018.
Des conduits métalliques brillants crachent une épaisse vapeur blanche sur une colline recouverte de jungle, sur le site de Maibarara, à une heure au sud de Manille, le 3 août 2018. ( NOEL CELIS / AFP/Archives )

Les dizaines de volcans des Philippines sont, par la chaleur qu'ils renferment, une véritable mine d'or énergétique. Et Manille compte bien en profiter pour relancer son secteur géothermique et réduire sa dépendance à l'égard du fossile.

Grâce à sa position sur la "Ceinture de feu du Pacifique", une zone d'intense activité sismique, l'archipel a longtemps été un des plus gros producteurs d'énergie géothermique. Mais des années de négligences et de sous-investissements ont plombé le secteur.

Une série de nouveaux projets ont été lancés pour exploiter l'un des plus gros gisements de chaleur volcanique au monde et permettre aux Philippines de ne plus dépendre du charbon pour la production de la moitié de son électricité.

"C'est une évolution excitante", décrit à l'AFP Enrique Nunez, directeur de l'ONG Conservation International. "Dans un environnement où le charbon est roi, c'est une bonne chose".

Sur le site de Maibarara, à une heure au sud de Manille, des conduits métalliques brillants crachent une épaisse vapeur blanche sur une colline recouverte de jungle. Il s'agit d'une des usines qui ont été récemment rénovées.

Le principe est simple: la vapeur d'eau à très haute température captée dans les profondeurs de la Terre est remontée pour alimenter des turbines produisant l'énergie.

"Il n'y a pas de fumées", observe Paul Elmer Morala, le gestionnaire du site. "Cela fait un peu de bruit mais les voisins ne se plaignent pas".

Pendant des années, les Philippines furent, derrière les Etats-Unis, le deuxième producteur d'énergie géothermique au monde, avec le développement de projets dans les années 1970 et 1980 pour faire face au choc pétrolier.

Mais pour accompagner son essor économique ces dernières décennies, l'archipel s'est tourné vers le charbon, une source d'énergie moins chère et beaucoup plus facile à exploiter rapidement.

Depuis 2002, la quantité d'énergie tirée de la géothermie est demeurée plus ou moins constante tandis que celle provenant des centrales au gaz ou au charbon a triplé.

Et au début 2018, les Philippines ont même cédé leur deuxième place sur le podium de la géothermie à l'Indonésie, avec l'achèvement du projet gigantesque de Sarulla, sur l'île de Sumatra.

- "Très risqué" -

En juin, le gouvernement philippin a donné son feu vert à de nouveaux contrats d'exploration, après avoir ces dernières années accordé une dizaine de permis de puits d'exploration à des entreprises.

"Le but est bien sûr d'augmenter les capacités existantes", a déclaré à l'AFP Ariel Fronda, responsable du département des énergies renouvelables au ministère philippin de l'Energie.

"Il y a beaucoup d'intérêt pour les énergies renouvelables".

Le volcan philippin de Mayon, sur l'île de Luçon, dans la province d'Albay, au sud de Manille, le 31 janvier 2018.
Le volcan philippin de Mayon, sur l'île de Luçon, dans la province d'Albay, au sud de Manille, le 31 janvier 2018. ( TED ALJIBE / AFP/Archives )

Les sept champs philippins de géothermie fournissent environ 12% de l'énergie utilisée dans l'archipel, et le projet est de doubler cette part d'ici 2040.

Les réserves philippines en géothermie sont les cinquièmes au monde, après les Etats-Unis, l'Indonésie, le Japon et le Kenya.

Identifier ces ressources est cependant particulièrement coûteux. Chaque puits d'exploration coûtant jusqu'à huit millions de dollars chacun, sans aucune garantie de succès.

"La géothermie, c'est très risqué", explique M. Fronda. Le gouvernement exige pour chaque projet d'exploration la construction de deux puits afin d'estimer plus précisément les réserves du site.

Si les Philippines ont reculé d'une place dans le classement mondial, elles restent un des grands acteurs du secteur de la géothermie, estime David Livingston, un expert des énergies renouvelables au sein du think-tank Atlantic Council.

"Les Philippines peuvent jouer un rôle de catalyseur pour susciter l'intérêt pour la géothermie d'autres Nations en développement, en particulier si ses projets les plus récents sont couronnés de succès", a-t-il dit.

La "ceinture de feu du Pacifique", où se situent les Philippines, est une des zones du monde où séismes et éruptions volcaniques sont les plus fréquents.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2018

"Le Drugstore Publicis a fait l'objet de dégradations importantes lors de chaque manifestation qui s'est déroulée sur les Champs-Élysées. Nous les condamnons"...

Publié le 10/12/2018

CS a des objectifs de croissance ambitieux dans l'industrie spatiale en Europe. Moltek serait un complément idéal aux activités de CS Space...

Publié le 10/12/2018

Communiqué de presse Paris La Défense, le 10 décembre 2018 Albioma cède son activité de méthanisation en France à Evergaz   Biométhanisation Partenaires, société…

Publié le 10/12/2018

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…

Publié le 10/12/2018

Global Ecopower a affiché des résultats semestriels en progression. Ainsi, le groupe a fait état d’un résultat net, part du groupe de 2,024 millions d'euros au premier semestre, contre -0,659…