En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

En difficulté, GE se recentre et va supprimer des milliers d'emplois

| AFP | 975 | Aucun vote sur cette news
General Electric, en difficulté, se recentre sur l'aéronautique, la santé et l'énergie et va supprimer des milliers d'emplois
General Electric, en difficulté, se recentre sur l'aéronautique, la santé et l'énergie et va supprimer des milliers d'emplois ( YASUYOSHI CHIBA / AFP/Archives )

En difficulté, General Electric (GE) a annoncé lundi un vaste plan de restructuration visant à se recentrer sur trois activités (aéronautique, santé et énergie) et s'accompagnant de la suppression de milliers d'emplois à travers le monde pour réduire ses coûts.

Le fabricant des moteurs d'avions et des turbines, dont la capitalisation boursière a fondu de plus de 100 milliards de dollars depuis janvier, va également céder ses activités historiques dans les transports (locomotives et moteurs diesel) et les services d'électricité dans le cadre d'un plan de cessions d'actifs de 20 milliards de dollars.

Il va en outre se désengager du groupe de services pétroliers américains Baker Hughes dont il détient 63% du capital mais ne pourrait cependant pas le faire avant 2019, selon un accord conclu lors du rachat de Baker Hughes l'an dernier.

Ces actions vont s'accompagner d'une nouvelle cure d'austérité comprenant des milliers de suppressions d'emplois mais GE n'a pas donné le nombre d'emplois affectés ni les régions concernées si ce n'est que la branche GE Power, qui comprend le Français Alstom, allait connaître une grande refonte pour se remettre du retournement des marchés de l'énergie et s'adapter à leur mutation.

GE entend d'ici deux ans remettre sur les rails cette division, qui fabrique des turbines à gaz, turbines à vapeur et autres générateurs via un plan d'économie d'un milliard de dollars pour 2018.

GE s'était engagé auprès des autorités françaises à développer de l'emploi en France au moment du rachat d'Alstom, une promesse qui ne l'a pas empêché d'annoncer récemment la suppression de 350 emplois au sein de GE Hydro.

"Alstom est très décevant", a expliqué lundi John Flannery, le nouveau PDG en poste depuis le 1er août. "Nous espérions en obtenir une croissance à deux chiffres", d'au moins 15% par an, "mais ce sera à un chiffre", a-t-il développé.

Interrogé s'il serait prêt à rencontrer le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire pour discuter de l'impact social de cette restructuration, M. Flannery a répondu par l'affirmative.

- Moins d'effectifs -

GE prévoit de réduire 25% des 24.000 salariés, soit 6.000 en moins, travaillant dans la recherche, dans le numérique et au siège, a indiqué la nouvelle directrice financière Jamie Miller. Une source interne a déclaré à l'AFP qu'une bonne partie de ces réductions d'effectifs avait déjà été effectuée.

Le conseil d'administration n'est pas épargné: sa composition passera de 18 membres à 12 à compter d'avril 2018.

Signe de la gravité de la situation actuelle: GE a réduit de moitié son dividende trimestriel, une première depuis 2009.

John Flannery (G), PDG de GE, et son prédécesseur, Jeffrey Immelt le 28 mai 2014 à l'Elysée
John Flannery (G), PDG de GE, et son prédécesseur, Jeffrey Immelt le 28 mai 2014 à l'Elysée ( STEPHANE DE SAKUTIN / AFP/Archives )

"Nous agissons dans l'urgence pour rendre GE plus simple et fort afin de créer de la croissance et de la valeur pour les actionnaires", a expliqué John Flannery.

A Wall Street, le titre dévissait de près de 8% vers 18H45 GMT, les investisseurs déplorant en outre que GE n'ait pas annoncé sa scission en différentes sociétés distinctes pour protéger les activités les plus lucratives.

"GE est encore un bazar, un véritable chantier", déplore Scott Davis, expert chez Melius Research.

"Nous avons annoncé de mauvaises nouvelles, notamment une réduction du dividende mais le redressement ce n'est pas pour lundi ou mardi, ça va prendre du temps", a réagi M. Flannery, à qui revient la lourde tâche de relancer un conglomérat industriel en perte de vitesse.

Il est notamment reproché à son prédécesseur, Jeff Immelt, et à ses équipes de n'avoir pas anticipé la baisse de la demande pour les équipements et technologies liés à l'énergie et au pétrole et gaz suite au plongeon des prix de l'or noir, ce qui s'est traduit par d'importants stocks.

Le virage annoncé lundi donne la priorité aux trois premières divisions du groupe.

L'aéronautique, la santé (équipements médicaux et services) et l'énergie, qui employaient à elles trois 156.000 personnes fin 2016, ont représenté 57,7 % du chiffre d'affaires total de 123,7 milliards de dollars cette année-là.

La première, qui co-fabrique le réacteur de nouvelle génération Leap avec le français Safran, est dans une très bonne dynamique, en raison de la hausse du trafic aérien qui se traduit par une forte demande pour les avions civils à travers le monde.

GE, qui a vendu ces dernières années les studios Universal, la chaîne de télévision NBC, ses actifs financiers et son électroménager, a promis de continuer à simplifier son portefeuille.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…