En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 447.44 PTS
+0.00 %
5 439.00
-0.16 %
SBF 120 PTS
4 358.59
+0.00 %
DAX PTS
12 765.94
-
Dowjones PTS
25 199.29
+0.32 %
7 390.13
+0.00 %
Nikkei PTS
22 826.19
+0.14 %

Gemalto annonce la suppression de 288 emplois en France

| AFP | 458 | Aucun vote sur cette news
Le logo de Gemalto, spécialiste de la cybersécutié, photographié à Paris, en février 2015
Le logo de Gemalto, spécialiste de la cybersécutié, photographié à Paris, en février 2015 ( KENZO TRIBOUILLARD / AFP/Archives )

Le spécialiste français de la sécurité numérique Gemalto a annoncé jeudi la suppression prochaine de 288 emplois en France, soit près de 10% de ses effectifs dans le pays, en raison de difficultés sur ses marchés historiques des cartes SIM et des cartes bancaires à puce.

Ce "projet" de réduction des effectifs s'inscrit dans le cadre du "plan de transition" annoncé en avril pour rétablir les marges du groupe, qui a revu plusieurs fois ses ambitions à la baisse depuis le début de l'année.

Le résultat des opérations opérationnelles est ainsi attendu en baisse de 28 à 35% en 2017, entre 293 et 323 millions d'euros (contre 453 millions l'année précédente), quand la direction tablait encore sur 660 millions au début de l'année.

Le marché traditionnel de la carte SIM ne croît plus en volume, et décroît en valeur, tandis que sa remplaçante, l'e-SIM --une carte intégrée aux appareils--, tarde à décoller.

"Le marché se tasse, il est en forte baisse, et il le sera pendant les années qui viennent jusqu'à tant que cette nouvelle génération de cartes SIM arrive un jour", a indiqué à l'AFP Frédéric Vasnier, vice-président en charge des services mobiles et de l'internet des objets.

Le groupe français est parallèlement confronté à un trou d'air après la conversion --tardive, et très rapide-- des Etats-Unis aux cartes à puces. Les banques, magasins et autres organismes de crédit croulent sous les stocks après en avoir acheté trop, et une normalisation du marché n'est pas attendue avant plusieurs trimestres.

"Comme le gâteau --si je puis dire-- est en réduction, il fait lui aussi l'objet d'une agressivité commerciale et d'une baisse des prix importante", a commenté M. Vasnier.

"Gemalto est donc contraint d'étendre les efforts de rationalisation à ses activités en France afin de rester compétitif sur ses marchés historiques, mais également de soutenir le développement de ses relais de croissance que sont les activités Programmes gouvernementaux, Machine-to-Machine (les objets connectés, ndlr) et Entreprises", a expliqué la direction dans un communiqué.

"Le projet de réorganisation présenté ce jour concerne les différentes activités opérationnelles (...) ainsi que les fonctions support du groupe dans leur ensemble", a-t-elle détaillé.

Le 288 suppressions d'emplois concernent concrètement les sites de Gémenos et La Ciotat (Bouches-du-Rhône) et Meudon (Hauts-de-Seine), avec "262 licenciements potentiels maximum" et une trentaine de reclassements envisagés, selon une porte-parole.

Gemalto a déjà réduit ses effectifs depuis avril, avec la fusion de deux usines en Chine, des réductions de capacité sur le marché américain et une restructuration engagée à l'été dans la filiale Netsize (paiement par SMS) à Meudon, a relevé Frédéric Vasnier.

Le groupe dont le siège social est à Amsterdam compte quelque 15.000 employés dans le monde.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/07/2018

Dans le cadre de la procédure de redressement judiciaire de Rougier Afrique International...

Publié le 19/07/2018

Alstom a enregistré, au premier trimestre 2018/2019 clos fin juin, 2,6 milliards d’euros de commandes, en croissance de 38% (+42% à périmètre et taux de change constants). A 35,5 milliards…

Publié le 19/07/2018

Publicis a enregistré une baisse organique de ses revenus de 2,1% au deuxième trimestre, à 2,198 milliards d'euros. Son activité avait progressé de 1,6% au premier trimestre. Le groupe incrimine…