5 349.30 PTS
-0.15 %
5 355.0
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 267.01
-0.16 %
DAX PTS
13 103.56
+0.27 %
Dowjones PTS
24 651.74
+0.58 %
6 466.32
+1.20 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

GE Hydro: l'intersyndicale propose son plan pour pérenniser le site de Grenoble

| AFP | 129 | Aucun vote sur cette news
Manifestation de l'intersyndicale de GE Hydro à Grenoble le 8 novembre 2017
Manifestation de l'intersyndicale de GE Hydro à Grenoble le 8 novembre 2017 ( JEAN-PIERRE CLATOT / AFP/Archives )

L'intersyndicale de GE Hydro de Grenoble a présenté jeudi ses propositions alternatives pour pérenniser le site à la direction, qui, sans lâcher son plan social de 345 des 800 postes, accepte une délai supplémentaire de négociation.

Après une journée de réunions, direction et syndicats "n'ont pu arriver à trouver un accord ce jour" mais "la direction souhaite trouver un accord après la reprise du dialogue dès vendredi", selon un communiqué.

Pour la seconde venue à Grenoble d'Yves Rannou, PDG de la branche Hydro du conglomérat américain, les syndicats CFE-CGC, CFDT et CGT ont mis sur la table des "propositions en vue d'une solution négociée" qui permette de "réduire le nombre de suppressions de postes et de "poser le cadre du redéploiement du site", selon le document dont l'AFP a eu copie.

Les représentants du personnel mettent en avant "un dimensionnement adapté à l'avenir de l'entreprise avec un effectif compris en 650 et 700 employés", contre 455 dans le PSE actuel qui, selon eux, condamne le site de conception de turbines à 18-24 mois.

La différence la plus notable est le maintien demandé de l'atelier, voué à disparaître dans le PSE. Il est "indispensable à l'ingénierie de R&D, que ce soit pour tester des prototypes, expérimenter des nouvelles technologies ou faire des premiers de série", a expliqué à l'AFP Grégory Vauclin (CFE-CGC).

Les syndicats demandent aussi une table-ronde avec le gouvernement et la Région pour établir un "plan de redéploiement pour développer l'activité dans le cadre de la transition énergétique", c'est-à-dire de se pencher concrètement sur la filière hydraulique, absente des débats nationaux.

Le siège de GE Hydro à Grenoble le 26 juillet 2017
Le siège de GE Hydro à Grenoble le 26 juillet 2017 ( JEAN-PIERRE CLATOT / AFP/Archives )

Enfin, condition pour mener à bien les deux autre points, les syndicats demandent un délai de "2 mois" pour trouver un accord négocié, soit jusqu'au 19 janvier afin de passer aussi la trêve de Noël.

De son côté, Yves Rannou a "confirmé que le plan proposé est le seul qui permet la transformation, la sauvegarde et la pérennité de l'activité Hydro dans sa globalité et sur le site de Grenoble en particulier".

Toutefois, la direction de GE Hydro "comprend" que les syndicats "ont besoin d'un délai supplémentaire et a proposé l'extension de la période de négociation de 6 semaines à compter du 20 novembre", soit jusqu'à la fin de l'année.

Ce délai doit permettre, entre autres, "l'étude" du PSE en cours et aussi des "propositions alternatives remises par l'intersyndicale".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le conseil d'administration de SoLocal Group a pris acte de la démission de Monica Menghini et a décidé, sur proposition du comité des nominations, de coopter Marie-Christine Levet en qualité…

Publié le 15/12/2017

En prévision de son départ de Wendel le 31 décembre prochain, Frédéric Lemoine a présenté sa démission du conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 31 décembre 2017. En…

Publié le 15/12/2017

André François-Poncet remplace Frédéric Lemoine au Conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 1er janvier 2018   Neuilly-sur-Seine, le 15 décembre…

Publié le 15/12/2017

L'objectif d'Immobilière Dassault est de lancer un projet de restructuration de ce bâtiment

Publié le 15/12/2017

Immobilière Dassault a finalisé l'achat d'un immeuble situé au 16 rue de la Paix, Paris 2ème, dont elle avait annoncé avoir signé une promesse le 23 octobre dernier. Il est rappelé que cet…

CONTENUS SPONSORISÉS