En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 387.38 PTS
+1.34 %
5 365.50
+0.98 %
SBF 120 PTS
4 318.04
+1.13 %
DAX PTS
12 579.72
+0.54 %
Dowjones PTS
24 580.89
+0.49 %
7 197.51
-0.28 %
Nikkei PTS
22 516.83
-0.78 %

Royaume-Uni: le chômage recule en juin, au plus bas depuis 1975

| AFP | 347 | Aucun vote sur cette news
Le taux de chômage à fin juin au plus bas depuis 1975 en Grande-Bretagne
Le taux de chômage à fin juin au plus bas depuis 1975 en Grande-Bretagne ( Daniel LEAL-OLIVAS / AFP/Archives )

Le taux de chômage au Royaume-Uni a baissé à 4,4% à fin juin, au plus bas depuis le printemps 1975, a annoncé mercredi l'Office des statistiques nationales (ONS).

Ce chiffre, qui était à 4,5% fin mai, est meilleur que prévu par les économistes qui s'attendaient à une stabilisation, selon Bloomberg. Le taux de chômage évoluait à 4,9% fin juin 2016 au moment du vote pour le Brexit.

Lors de la période de trois mois d'avril à juin, le pays comptait 1,48 million de chômeurs, soit 157.000 de moins qu'un an plus tôt.

Dans le même temps, 32,07 millions de personnes occupaient un emploi pendant cette période, soit 338.000 de plus sur un an. Au total, 75,1% des personnes âgées de 16 à 64 ans occupaient un emploi, du jamais vu depuis 1971.

Cette hausse s'explique par une progression de 334.000 du nombre des personnes employées en contrat et dans une moindre mesure de celui des travailleurs indépendants (+23.000 à 4,81 millions). En revanche, les emplois aidés, financés par les pouvoirs publics, ont vu leur nombre reculer de 13.000.

La baisse du chômage s'accompagne par ailleurs d'un recul du nombre de contrats "zéro heure", à 883.000 soit 20.000 de moins sur un an. Ces contrats ne garantissent aucun horaire et donc aucune rémunération fixe à l'employé.

L'ONS a comme d'habitude publié en même temps des données sur l'évolution des salaires (primes comprises), qui ont augmenté de 2,1% entre avril et juin sur un an.

La progression est plus vive que prévu (+1,8% attendu) mais reste moins forte que l'inflation qui s'affichait à 2,6% fin juin sous l'effet d'un renchérissement du coût des biens importés en raison de la faiblesse de la livre.

En conséquence, le pouvoir d'achat des ménages a reculé de 0,5%, précise l'ONS, soit une moindre baisse par rapport à fin mai (-0,7%).

Howard Archer, économiste chez EY Item Club, estime toutefois que la hausse des salaires s'explique en partie par le paiement des bonus dans le secteur financier.

"Malgré un essoufflement de l'activité économique, l'emploi reste solide mais ne se traduit pas par une amélioration des revenus", explique-t-il.

"Les entreprises sont clairement enclines à limiter les salaires au moment où elles font face à un contexte économique délicat et où leurs coûts de production ont augmenté nettement avec l'affaiblissement de la livre", complète-t-il.

La baisse du pouvoir d'achat suscite l'inquiétude de nombre d'économistes et nourrit le ralentissement de l'économie britannique depuis le début de l'année, alors que dans le même temps l'incertitude autour des négociations sur le Brexit commence à peser sur l'investissement des entreprises.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/06/2018

L'Assemblée générale fut également l'occasion de détailler les conditions de réalisation du résultat de l'exercice 2017...

Publié le 22/06/2018

Bluelinea a réalisé une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un montant de 1,5 million d'euros. Cette augmentation de capital…

Publié le 22/06/2018

Biocorp annonce le lancement d'une augmentation de capital par émission d'actions nouvelles, avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant cible de l'opération est de 4,5…

Publié le 22/06/2018

Bluelinea annonce la réalisation d'une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un...

Publié le 22/06/2018

Nouvelle histoire en cinq épisodes.