En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.173
+0.06 %

La croissance britannique manque d'élan en attendant le Brexit

| AFP | 300 | Aucun vote sur cette news
Le présient du Conseil européen Donald Tusk accueille Thérésa May à Bruxelles, le 20 octobre 2017
Le présient du Conseil européen Donald Tusk accueille Thérésa May à Bruxelles, le 20 octobre 2017 ( Geert Vanden Wijngaert / POOL/AFP )

La croissance économique au Royaume-Uni a frémi au troisième trimestre à 0,4%, mais cette bonne surprise ne remet pas en cause le ralentissement de l'activité attendu pour 2017 sur fond de Brexit.

Les chiffres dévoilés mercredi par l'Office des statistiques nationales (ONS) constituent une première estimation et ont surpris les économistes qui s'attendaient à ce que la hausse du produit intérieur brut (PIB) par rapport au trimestre précédent se maintienne à 0,3%.

Ils témoignent toutefois toujours d'une activité économique qui ralentit depuis le début de l'année par rapport à 2016, où la croissance avait atteint 1,8% sur l'ensemble de l'année, au point que le pays a été le plus mauvais élève au sein des pays du G7 au premier semestre 2017.

La principale contribution à la croissance de juillet à septembre est venue du puissant secteur des services (finance, commerce, etc.), qui représente une large majorité de l'économie britannique.

Les bons chiffres de la croissance économique au Royaume-Uni ne peuvent que renforcer la Banque d'Angleterre (BoE) dans sa volonté de resserrer un peu sa politique monétaire, soulignent les économistes
Les bons chiffres de la croissance économique au Royaume-Uni ne peuvent que renforcer la Banque d'Angleterre (BoE) dans sa volonté de resserrer un peu sa politique monétaire, soulignent les économistes ( JUSTIN TALLIS / AFP/Archives )

Les économistes sont par ailleurs d'accord pour dire que cette bonne nouvelle ne peut que renforcer la Banque d'Angleterre (BoE) dans sa volonté de resserrer un peu sa politique monétaire.

- Budget sous pression -

Une possible hausse des taux devient possible, peut-être dès la réunion du comité de politique monétaire de la BoE de la semaine prochaine, afin de contrer la poussée de l'inflation, sans compromettre l'activité économique.

De son côté, le gouvernement s'est félicité de ces chiffres de croissance, un mois avant la publication d'un budget pour l'exercice 2018-2019 qui s'annonce délicat à boucler compte tenu des incertitudes économiques et politiques actuelles.

"Nous avons une économie prospère et résistante qui aide un nombre record de personnes ayant un emploi", a souligné le ministre des Finances Philip Hammond.

"Ma priorité désormais, notamment pour le prochain budget, est de soutenir la productivité dans le but de proposer des emplois mieux payés et un meilleur niveau de vie à travers le pays", a-t-il ajouté.

Le ministre des Finances Philippe Hammond  quitte le 11 Downing Street, à Londres Le 9 octobre 2017
Le ministre des Finances Philippe Hammond quitte le 11 Downing Street, à Londres Le 9 octobre 2017 ( Ben STANSALL / AFP )

Toute bonne nouvelle sur l'économie est bonne à prendre pour le gouvernement qui va devoir composer avec une productivité faible dans les années à venir, au risque de limiter la croissance et de contraindre les finances publiques en plein Brexit.

Au sein de l'opposition, le parti travailliste insiste plus volontiers sur la tendance générale d'une croissance moins vive depuis le début d'année.

"Le Royaume-Uni ne croît pas aussi vite que beaucoup de nos partenaires commerciaux dans l'UE ou que les Etats-Unis et il devient de plus en plus clair que le gouvernement doit utiliser le budget le mois prochain pour changer de direction", relève le ministre des Finances du cabinet fantôme John McDonnell.

- Transition post-Brexit -

"Malgré l'amélioration à la marge du jour, la croissance a été relativement terne cette année", confirme Ben Brettell, économiste chez Hargeaves Lansdown.

"L'incertitude liée au Brexit est le coupable idéal et cela joue un rôle en décourageant l'investissement des entreprises et en faisant augmenter l'inflation. Cela dit, le problème de fond est connu: la productivité", note-t-il.

L'inflation nourrie par la baisse de la livre pèse sur le pouvoir d'achat des ménages
L'inflation nourrie par la baisse de la livre pèse sur le pouvoir d'achat des ménages ( JUSTIN TALLIS / AFP/Archives )

Les économistes prévoient un coup de frein limité de la croissance cette année, à 1,6% selon une compilation d'estimations établie par le Trésor, avant une année 2018 sans doute plus difficile et cruciale avant que le Brexit ne soit effectif en mars 2019.

L'inflation nourrie par la baisse de la livre pèse sur le pouvoir d'achat des ménages, tandis que les difficiles négociations sur le Brexit et le flou sur les futures relations avec l'UE limitent les initiatives des milieux d'affaires.

C'est d'ailleurs le constat fait par l'OCDE qui a jugé la semaine dernière que l'économie serait en meilleure forme si le pays revenait sur le Brexit.

Pour éviter tout dégât supplémentaire, le patronat a exigé cette semaine du gouvernement qu'un accord sur une période de transition post-Brexit intervienne d'ici à la fin de l'année.

Ils ont été entendus par le ministre britannique chargé du Brexit, David Davis, qui a affirmé mercredi vouloir parvenir d'ici à décembre à un accord de principe sur le sujet et conclure un nouvel accord commercial avec l'UE en un an.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

L'ANR triple net EPRA ressort à 54,9 E/action au terme du semestre...

Publié le 20/07/2018

    Compte-rendu de l'Assemblée Générale annuelle du 20 juillet 2018   L'assemblée générale mixte (ordinaire et extraordinaire) des actionnaires de la société BIGBEN…

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…