En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 813.13 PTS
+0.68 %
4 785.0
+0.27 %
SBF 120 PTS
3 831.94
+0.73 %
DAX PTS
10 788.09
-0.21 %
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
-3.30 %
1.140
+0.09 %

Gazprom veut rompre son contrat avec l'Ukraine 

| AFP | 310 | 3 par 1 internautes
Quelques heures après la décision de la Cour d'arbitrage de Stockholm, Gazprom avait annulé la reprise de ses livraisons de gaz à l'Ukraine
Quelques heures après la décision de la Cour d'arbitrage de Stockholm, Gazprom avait annulé la reprise de ses livraisons de gaz à l'Ukraine ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

Le géant russe Gazprom a annoncé vendredi vouloir obtenir devant une cour d'arbitrage internationale la rupture de son contrat avec l'Ukraine, à qui il a refusé de reprendre ses livraisons de gaz cette semaine, en pleine vague de froid.

"Gazprom est contraint de lancer immédiatement, devant la Cour d'arbitrage de Stockholm, la procédure de rupture de ses contrats avec (l'opérateur ukrainien) Naftogaz encadrant ses livraisons et le transit du gaz", a déclaré le directeur général de Gazprom Alexeï Miller, cité par les agences russes.

Signé en 2009 et valide jusqu'en 2019, le contrat en vigueur régit les livraisons de gaz russe à l'Ukraine et le transit par le territoire ukrainien du gaz russe destiné aux pays européens.

Depuis l'arrivée au pouvoir d'autorités pro-européennes à Kiev début 2014, il a fait l'objet d'une longue procédure devant la Cour de Stockholm qui s'est achevée mercredi par une révision de ses modalités et une condamnation pour Gazprom de verser 2,5 milliards de dollars à Naftogaz.

"Les arbitres ont motivé leur décision par la forte dégradation de l'économie ukrainienne. Nous sommes opposés au fait que les problèmes économiques de l'Ukraine soient résolus à nos dépens", a justifié Alexeï Miller.

"La prolongation des contrats n'est donc pas opportune ni intéressante financièrement pour Gazprom", a-t-il ajouté.

De son côté, Naftogaz a indiqué n'avoir reçu "aucun document de Gazprom", se refusant à tout autre commentaire.

Quelques heures après la décision de la Cour d'arbitrage de Stockholm, Gazprom avait annulé la reprise de ses livraisons de gaz à l'Ukraine, prévue au 1er mars après plus de deux ans d'interruption en vertu d'une décision intermédiaire de cette instance et avait remboursé à Naftogaz l'avance versée.

L'Ukraine, confrontée comme une grande partie de l'Europe à des températures glaciales, a décidé de fermer ses écoles et demandé aux entreprises de ralentir leur activité pour éviter des pénuries.

Une partie du gaz russe destinée aux pays européens transite par le territoire ukrainien et dans le passé, certains conflits gaziers ont entraîné des perturbations pour plusieurs pays de l'Union européenne.

Bruxelles a cependant assuré que ses importations se déroulaient normalement, comme c'est le cas depuis que l'Ukraine a cessé ses achats auprès de Gazprom, fin 2015.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 07/12/2018

Au seul mois de novembre, l'avionneur européen a reçu 43 commandes et livré 89 appareils.

Publié le 07/12/2018

Les souscriptions n'ont pas atteint le montant minimum de 75% de l'offre...

Publié le 07/12/2018

FR0000185621,EN

Publié le 07/12/2018

"Nous sommes satisfaits de ces résultats précliniques qui démontrent que Sarconeos accélère la différenciation des cellules musculaires squelettiques...

Publié le 07/12/2018

Bouygues Telecom et de Keyyo ont approuvé unanimement le projet de rapprochement. Ainsi, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Eric Saiz, Dominique Roche, ainsi…