En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 377.81 PTS
+0.19 %
5 372.5
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 242.59
+0.13 %
DAX PTS
12 074.51
-0.18 %
Dowjones PTS
26 089.61
+0.00 %
7 479.11
+0.00 %
1.124
+0.26 %

Gabon: produire du vin sur l'équateur, le projet fou d'Omar Bongo

| AFP | 207 | 4 par 2 internautes
Des ouvriers agricoles vendangent les vignes du domaine d'Assiami, au coeur des plateaux Batéké, sur les terres natales du président défunt Omar Bongo, le 22 mai 2019 au Gabon
Des ouvriers agricoles vendangent les vignes du domaine d'Assiami, au coeur des plateaux Batéké, sur les terres natales du président défunt Omar Bongo, le 22 mai 2019 au Gabon ( CAMILLE MALPAT / AFP )

Au coeur des plateaux Batéké, dans le sud-est du Gabon, sur les terres natales du président défunt Omar Bongo, s'étendent quatre hectares de vignes. Sous 28°C, un ouvrier agricole, Forty Ngambeke, vendange les dernières grappes de carignan de la récolte.

Faire pousser des vignes sous le soleil gabonais: c'est le défi "complètement fou" lancé en 2005 par Omar Bongo Ondimba. Dix ans après sa mort, son "grand cru équatorial" essaye tant bien que mal de lui survivre.

"C'est très certainement un des pires endroits où faire pousser des vignes, et pourtant, regardez, c'est bien du raisin qui pousse!", s'émerveille Cédric Pabou, exploitant français du domaine d'Assiami depuis 2017.

Sécateur à la main, avec sept autres employés du domaine, Forty s'active. "Il faut tout ramasser aujourd'hui, sinon la récolte sera foutue, les insectes risquent de tout dévorer".

Avec des températures jamais inférieures à 24 degrés, un taux d'humidité dans l'air d'environ 90% et une terre constituée à 98% de sable, faire pousser du raisin au Gabon n'est pas une mince affaire, explique M. Pabou.

"Il n'y a pas d'hiver ici, une saison vitale pour que la vigne se repose et puisse produire à nouveau du raisin", souligne-t-il.

En saison sèche, il peut ne pas tomber une seule goutte de pluie durant trois mois. "Alors on est obligé d'irriguer la vigne".

Une digue a été creusée dans la luxuriante forêt jouxtant le vignoble pour arroser les raisins au goutte-à-goutte.

- Eloigner les bêtes sauvages-

Et lorsque les raisins noirs arrivent enfin à maturité, d'autres menaces apparaissent. Chaque nuit, des employés se relaient lampe torche à la main et fusil à l'épaule, pour éloigner singes, civettes et autres bêtes sauvages.

Un ouvrier agricole travaille au domaine viticole d'Assiam, au coeur des plateaux Batéké, sur les terres natales du défunt président Omar Bongo, le 22 mai 2019 au Gabon
Un ouvrier agricole travaille au domaine viticole d'Assiam, au coeur des plateaux Batéké, sur les terres natales du défunt président Omar Bongo, le 22 mai 2019 au Gabon ( CAMILLE MALPAT / AFP )

Une fois les grappes ramassées, le processus de vinification peut commencer.

"Nous faisons le maximum à la main. Nous ne pouvons pas nous permettre d'être trop dépendants des machines". Car si une pièce venait à faire défaut, il faut compter au moins un mois pour la faire venir de France, explique M. Pabou.

Et ici, impossible, selon lui, de demander de l'aide à un voisin viticulteur. "Nous sommes le seul vignoble pour toute l'Afrique centrale".

En 2018, les huit employés du domaine ont récolté environ 900 kilos de raisin et produit un peu plus d'un millier de bouteilles.

Du rosé uniquement, vendu 21.000 francs CFA (32 euros) l'unité sous l'appellation Malymas (le vin d'Assiami) dans deux boutiques à Libreville.

"L'objectif, selon M. Pabou, n'est pas d'être rentable, mais de perpétuer un des derniers projets du +père+" Bongo".

- Homme d'affaires tahitien -

Le projet naît en 2005 de la rencontre du président Omar Bongo avec Dominique Auroy, un entrepreneur tahitien désireux de faire des affaires au Gabon, raconte un des employés du domaine, Ruphin Ndoua, qui y travaille depuis sa création.

Un ouvrier agricole travaille au domaine viticole d'Assiam, au coeur des plateaux Batéké, sur les terres natales du défunt président Omar Bongo, le 22 mai 2019 au Gabon
Un ouvrier agricole travaille au domaine viticole d'Assiam, au coeur des plateaux Batéké, sur les terres natales du défunt président Omar Bongo, le 22 mai 2019 au Gabon ( CAMILLE MALPAT / AFP )

Sur une île de la Polynésie française, il a réussi l'exploit de faire pousser du raisin, et l'homme s'en sert comme carte de visite pour approcher les hautes sphères gabonaises, confie à l'AFP l'ancien exploitant français du domaine à cette époque, Olivier Crespy.

Passionné par la politique française plus que par son patrimoine viticole, Omar Bongo, habitué des projets pharaoniques, se laisse séduire.

Ensemble, ils créent la société Viticulture du Haut-Ogooué (VHO) et investissent 9 millions d'euros, selon M. Crespy.

Le président décide alors que les vignes pousseront sur une de ses terres, où ses ancêtres maternels reposent.

Après trois ans de recherches pour déterminer les cépages susceptibles de pousser sur ce terrain, 35 hectares de vignes sont enfin plantés en 2008.

A ce moment, le domaine emploie jusqu'à 120 personnes. "Mais la mort du président Omar Bongo a marqué un coup d'arrêt", ajoute M. Crespy.

Par manque de financement et de volonté, les surfaces cultivées passent de 35 à 4 hectares.

Depuis la création du domaine, pas moins de six exploitants se sont succédé, car "tous ont jeté l'éponge", confie un des employés du domaine sous couvert d'anonymat.

Certaines années, aucune production n'a été mise en bouteille. Et le projet n'a jamais été rentable.

En 2015, l'entrepreneur tahitien finit par rendre son tablier. Aujourd'hui, Delta Synergie, la holding financière de la famille Bongo, est l'unique propriétaire de VHO.

Mais Cédric Pabou, engagé en 2017, semble bien décidé à relancer le domaine, quitte à se diversifier.

Son ambition: préserver les emplois des huit derniers salariés "très attachés au domaine". Peut-être plus encore que le défunt président qui, emporté par un cancer, n'y a jamais mis un pied.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 08 juillet 2019

CODE OFFRE : EVASION19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : EVASION19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/06/2019

Sanofi va-t-il encore tailler dans ses effectifs ? Alors que la direction du laboratoire a convoqué le CSEC ce mercredi pour discuter de la...

Publié le 17/06/2019

Acquisition prometteuse

Publié le 17/06/2019

Patrick Drahi met la main sur Sotheby's ! Via sa société BidFair USA, l'homme d'affaires va racheter le groupe américain spécialisé dans la vente aux...

Publié le 17/06/2019

Dans le cadre de leurs stratégies d’innovation, Daher, Airbus et Safran annoncent leur collaboration pour la conception et le développement d’EcoPulse, un démonstrateur à propulsion hybride…

Publié le 17/06/2019

Le directeur financier de la maison de luxe a réaffirmé "de la manière la plus ferme et solennelle qu'aucune mise en Bourse ou cession n'est envisagée"...