En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 367.62 PTS
-0.15 %
5 367.0
-0.07 %
SBF 120 PTS
4 237.09
-0.23 %
DAX PTS
12 096.40
-0.60 %
Dowjones PTS
26 089.61
-0.07 %
7 479.11
-0.42 %
1.121
+0.04 %

Fusion avec Fiat Chrysler: les syndicats de Renault attentifs à l'impact sur l'emploi

| AFP | 297 | 1 par 1 internautes
Les logos de Fiat, Lancia, Abarth, Jeep et Alfa Romeo, marques du constructeur automobile Fiat Chrysler, le 27 mai 2019 à Turin
Les logos de Fiat, Lancia, Abarth, Jeep et Alfa Romeo, marques du constructeur automobile Fiat Chrysler, le 27 mai 2019 à Turin ( MARCO BERTORELLO / AFP )

Le projet de fusion de Renault avec Fiat Chrysler et son impact sur les emplois suscitaient lundi de fortes inquiétudes à la CGT du groupe au losange, tandis que la CFDT promettait de "veiller à préserver" les effectifs.

En matière de fusion, ce sont "les salariés qui paient le prix fort" car "on sait que lorsqu'on parle de synergies", d'"économies d'échelle", cela conduit à "la suppression des doublons", à des "suppressions d'emplois" et "cela concerne à la fois les salariés de Renault et ceux de Fiat", a déclaré Fabien Gâche, délégué central CGT du constructeur automobile français, lors d'une conférence de presse.

Le constructeur italo-américain Fiat Chrysler (FCA) a affirmé lundi dans un communiqué que la fusion n'entraînerait aucune fermeture de sites de production. Il a aussi estimé à 5 milliards d'euros les synergies annuelles pouvant être générées par ce rapprochement, notamment grâce à des économies sur les achats ou la recherche et développement. Au total, 8,7 millions de véhicules seraient vendus chaque année par le groupe fusionné, classé troisième constructeur automobile mondial.

Au-delà de Renault, "il est évident que la suppression des doublons aura des conséquences sur toute la filière automobile française", dont les salariés "sont impactés par la stratégie des donneurs d'ordre", a ajouté M. Gâche, en notant qu'il était "trop tôt pour estimer le nombre d'emplois menacés" par ce projet.

Evoquant l'Alliance scellée depuis 1999 par Renault avec le groupe japonais Nissan, le syndicaliste CGT a dénoncé "les prises de participation capitalistiques" qui "n'ont pas d'impact positif sur les volumes de production et donc sur l'emploi en France". De 2005 à fin 2018, les ventes de la "gamme historique" de Renault ont baissé "de 13%", souligne la CGT. Le deuxième syndicat du groupe relève aussi que, sur la même période, "plus de 22.000 emplois" ont été supprimés en France.

"Beaucoup de questions"

Autre analyse pour la CFDT Renault, qui juge que ce mariage "à 50% - 50%" avec FCA est "une opportunité pour Renault et l'Alliance" (avec les japonais Nissan et Mitsubishi), dans une industrie automobile gourmande en investissements.

"Les synergies de nos deux groupes avec l'Alliance nous positionneront parmi les meilleurs constructeurs mondiaux", estime le troisième syndicat du constructeur français.

Mais "beaucoup de questions restent en suspens", retient toutefois dans un communiqué la CFDT Renault, qui promet d'être "attentive".

Le syndicat "veillera tout particulièrement à préserver l'emploi, notamment dans les sites de production et dans l'ingénierie en France". Il souhaite aussi une gouvernance d'entreprise qui "intègre les partenaires sociaux".

"Les salariés ont besoin de rêver et de se motiver sur un projet industriel et technologique, et non sur un projet capitalistique", a estimé sur Twitter Franck Daoût, délégué central CFDT, en plaidant pour un "renforcement de l'activité en France" et pour "la préservation de l'équilibre de l'Alliance" avec Nissan et Mitsubishi.

Si l'emploi préoccupe la CGT, le syndicat s'inquiète également du poids réservé dans le groupe fusionné à l'Etat français, actuellement premier actionnaire de Renault, dont il possède 15% du capital.

Cette part descendrait logiquement à 7,5% dans le nouvel ensemble. Pour la CGT, l'Etat doit conserver "une minorité de blocage" au sein de la future entité, afin de "faire prévaloir les intérêts français". Le syndicat, qui craint que l'actionnaire italien ne choisisse "de privilégier sa base nationale", a demandé lundi matin un rendez-vous avec le gouvernement.

Au programme aussi pour la CGT: une réunion "dans les 15 jours" avec "tous les syndicats Renault et Fiat" en Europe.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 30 juin 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/06/2019

Retour d'Assemblée générale...

Publié le 14/06/2019

Les mandats d'administrateur et de Président du Conseil d'administration exercés par Bruno Fyot ont pris fin à l'issue de l'Assemblée générale...

Publié le 14/06/2019

Manutan annoncé avoir financé cette acquisition essentiellement sur ses fonds propres

Publié le 14/06/2019

Par l'acquisition d'actions auprès d'ABN AMRO et Société Générale

Publié le 14/06/2019

Manutan a annoncé l'acquisition de 100 % des titres de la société Kruizinga, acteur majeur de la distribution en ligne d'équipements de stockage et de transport au Benelux. Basée à Wapenveld (au…