En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 847.53 PTS
-
4 816.00
-
SBF 120 PTS
3 868.16
-
DAX PTS
11 090.11
-
Dowjones PTS
24 404.48
-1.22 %
6 646.81
-2.03 %
1.136
+0.01 %

Fraude fiscale: "On a cherché, on n'a rien trouvé", affirme UBS France

| AFP | 266 | Aucun vote sur cette news
Logo de la banque UBS sur le fronton d'un bâtiment à Lausanne, en Suisse, le 06 octobre 2018
Logo de la banque UBS sur le fronton d'un bâtiment à Lausanne, en Suisse, le 06 octobre 2018 ( Fabrice COFFRINI / AFP/Archives )

Les représentants de la banque UBS France, accusée de complicité de démarchage bancaire illicite au profit de la maison mère suisse, ont affirmé lundi au tribunal correctionnel de Paris n'avoir trouvé "aucune trace" de la moindre opération illicite.

"A chaque fois qu'on a eu des doutes, on a enquêté, on n'a rien trouvé", a déclaré à la barre Jean-Frédéric de Leusse, actuel président du directoire d'UBS France.

La justice française accuse le poids lourd de la gestion de fortune UBS AG d'avoir, entre 2004 et 2012, illégalement envoyé ses commerciaux en France pour piocher dans la riche clientèle de sa filiale UBS France, repérée lors de réceptions, parties de chasse ou rencontres sportives, pour la convaincre d'ouvrir des comptes non déclarés en Suisse.

Pour masquer les mouvements de capitaux illicites entre les deux pays, la banque est aussi accusée d'avoir mis en place une double comptabilité: les "carnets du lait", utilisés pour comptabiliser des reconnaissances d'affaires (ATA) selon les juges, un simple outil d'évaluation des performances des banquiers, selon la défense.

L'enjeu est énorme pour le groupe UBS AG qui encourt une amende pouvant atteindre la moitié des fonds présumés dissimulés, évalués par les enquêteurs à plus de 10 milliards d'euros.

Les représentants de la banque ont tiré à boulets rouges sur les lanceurs d'alerte dans ce dossier, d'anciens cadres de la banque présentés comme des "menteurs", "paranoïaques" ou ayant "des comptes à régler".

Certains, comme Stéphanie Gibaud, ancienne responsable marketing chez UBS France, a témoigné de "croisements" des fichiers clients entre UBS France et UBS AG pour harmoniser les listes d'invités à des événements ("events") où elle suspectait les chargés d'affaires suisses (CA) de venir démarcher. En toute illégalité selon les juges d'instruction, UBG AG n'ayant pas de licence pour opérer en France.

Un autre lanceur d'alerte, Nicolas Forissier, ancien directeur de l'audit interne chez UBS France, a affirmé que les CA suisses "étaient en permanence en France", venaient consulter la fiche des clients au siège d'UBS France et participaient à des "events".

La banque rejette en bloc ces accusations. Concernant le croisement des fichiers, Hervé Mercier-Ythier, un autre représentant d'UBS France, a reconnu une pratique "uniquement au sein du marketing", simplement pour éviter d'inviter deux fois la même personne à Roland Garros ou au concert. "Dès lors que les gens du marketing n'ont pas de client, on estime qu'on respecte la loi", a-t-il dit.

"Chaque fois que nous avons eu des récriminations de M. Forissier ou autre, il a toujours été incapable de donner un nom", a renchéri M. de Leusse, rappelant que ce cadre avait été licencié pour "faute lourde".

L'ancien directeur général d'UBS France Patrick de Fayet arrive au tribunal de Paris en compagnie de son avocat, le 8 octobre 2018
L'ancien directeur général d'UBS France Patrick de Fayet arrive au tribunal de Paris en compagnie de son avocat, le 8 octobre 2018 ( Eric FEFERBERG / AFP/Archives )

La banque estime avoir particulièrement pris en compte les risques puisqu'elle a mis fin à l'organisation conjointe d'"events" en 2007: à la fois pour lever toute "ambiguïté" et parce que les budgets fondaient avec la crise des subprimes.

Les "carnets du lait" ayant été détruits, la banque a expliqué avoir reconstitué les opérations et fourni une traçabilité sur près de 3 milliards d'euros, soit la quasi totalité des flux financiers potentiellement suspects sur la période 2004-2012.

"Au bout du bout, que reste-t-il? Une absence d'explication sur 32 millions, sur près de 3 milliards", a résumé Eric Dezeuse, l'avocat d'UBS France.

"Je ne vois pas davantage comment prouver notre innocence. J'aimerais qu'on nous démontre notre culpabilité", a lancé M. Mercier-Ythier.

Les représentants de la maison-mère seront entendus à partir de mercredi. Le procès est prévu jusqu'au 15 novembre.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 23/01/2019

Parmi les sources des menaces, le renseignement américain a cité les adversaires traditionnels des Etats-Unis, comme la Russie, la Chine, la Corée du Nord et l'Iran, mais aussi les groupes…

Publié le 22/01/2019

La légende du sprint Usain Bolt après avoir marqué un but avec les Central Coast Mariners, le 12 octobre 2018 à Sydney ( PETER PARKS / AFP/Archives )La légende du sprint Usain Bolt a renoncé…

Publié le 22/01/2019

La recrue de l'AS Monaco Cesc Fabregas lors du match perdu en Coupe de France face à Metz, le 22 janvier 2019 à Louis-II ( VALERY HACHE / AFP )Après Strasbourg en Ligue 1 (5-1) samedi, Metz,…

Publié le 22/01/2019

Le rappeur américain Chris Brown, le 20 mai 2016 au festival "Mawazine" à Rabat ( FADEL SENNA / AFP/Archives )Accusé de viol par une femme à Paris, le chanteur américain de R&B Chris…

Publié le 22/01/2019

WISeKey et le Blockchain Research Institute signent un accord pour créer des Centres d'excellence de la Blockchain interconnectés à travers le monde L'accord a…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/01/2019

Retour d'Assemblée générale...

Publié le 22/01/2019

Paris, le 22 Janvier 2019, 19h00   Cession à Azerion des dernières activités historiques de régie en Belgique, au Portugal et d'une participation en…

Publié le 22/01/2019

WISeKey et le Blockchain Research Institute signent un accord pour créer des Centres d'excellence de la Blockchain interconnectés à travers le monde L'accord a…

Publié le 22/01/2019

Article L.233-8 II du Code de commerce et article 223-16 du Règlement général de l'Autorité des marchés financiers     Dénomination sociale de l'émetteur…

Publié le 22/01/2019

Paris, le 22 janvier 2019 - L'Assemblée générale mixte de Sodexo s'est tenue le 22 janvier 2019 à la Seine Musicale, à Boulogne-Billancourt, sous la présidence de Sophie…