Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 410.58 PTS
+1.78 %
6 408.0
+2.14 %
SBF 120 PTS
4 985.55
+1.73 %
DAX PTS
14 231.29
+1.59 %
Dow Jones PTS
32 665.43
+1.7 %
12 317.65
+3.13 %
1.072
+0.42 %

France: récession évitée, mais l'inflation à 5,4% en juin (Insee)

| Boursier | 458 | Aucun vote sur cette news

Dans sa dernière note de conjoncture, l'Insee voit l'économie française croître au rythme de 0,25% au 2e trimestre et l'inflation atteindre 5,4% en juin. Sans bouclier tarifaire sur l'énergie, la hausse aurait dépassé les 7%.

France: récession évitée, mais l'inflation à 5,4% en juin (Insee)
Credits Reuters

La croissance du PIB français, qui avait été nulle au 1er trimestre, devrait redémarrer au 2e trimestre malgré les conséquences du conflit ukrainien et de la crise du coronavirus, pour atteindre une modeste progression de 0,25% par rapport au 1er trimestre, selon l'Insee.

Dans sa dernière note de conjoncture, publiée lundi, l'institut de la statistique précise que l'acquis de croissance à la mi-année pour 2022 serait de +2,6%, après +7,0% sur l'ensemble de 2021. A ce stade de l'année, les données disponibles suggèrent un scénario de croissance modeste plutôt que de contraction de l'activité.

De nombreuses incertitudes persistent

Mais l'Insee prévient que des risques importants entourent ses prévisions, en raison des nombreuses incertitudes : hausse des prix de l'énergie, problèmes d'approvisionnement, paralysie de l'économie chinoise liée à sa stratégie "zéro Covid", difficultés du secteur immobilier et enfin, le durcissement des politiques monétaires notamment aux Etats-Unis.

Au 2e trimestre, les chocs d'offre négatifs (Covid et Ukraine) continueront à alimenter l'inflation, qui devrait atteindre 5 à 5,5%, et aurait dépassé 7% sans les mesures de "bouclier tarifaire" et de "remise à la pompe" prises par le gouvernement. Dans le détail, les prix à la consommation ont crû de 4,8% en avril sur un an, et devraient augmenter de 5,2% en mai puis de 5,4% en juin.

Effet de rattrapage de la consommation dans l'hôtellerie-restauration

Au premier trimestre, la consommation des ménages a pâti de la situation sanitaire, puis de l'incertitude et de l'accélération des prix liées au conflit ukrainien et aux sanctions prises contre la Russie par l'Occident.

Au début du deuxième trimestre, explique l'Insee, la situation sanitaire est sensiblement meilleure dans les pays européens, mais s'est dégradée en Chine, avec un impact direct de la stratégie "zéro Covid" sur la production de ce pays. Quant à la situation géopolitique à l'est de l'Europe, elle reste "particulièrement sombre", relève l'Insee, qui souligne "la relative résistance du climat des affaires" malgré la montée des incertitudes.

Parmi les signaux positifs pour le 2e trimestre : la consommation des ménages, premier moteur de la croissance, qui avait nettement diminué au 1er trimestre (-1,3% en volume), devrait légèrement rebondir entre avril et juin, grâce à des effets de rattrapage dans certains secteurs comme l'hôtellerie et la restauration, et la bonne résistance du marché de l'emploi. L'Insee n'exclut pas par ailleurs que pour maintenir leur niveau de vie, les ménages puisent dans leur épargne.

Pouvoir d'achat en berne pour cause d'inflation

Même si l'Insee écarte le risque d'une récession, la hausse des prix va peser sur la consommation des ménages cette année et sur leur pouvoir d'achat. La perte de pouvoir d'achat serait ainsi de 1,5 point au premier trimestre (à hauteur de 1 point par contrecoup de la perte de l'indemnité inflation qui a été intégrée en totalité dans les revenus de 2021), puis de 0,5 point au deuxième trimestre.

L'Insee anticipe notamment une accélération des prix des produits alimentaires, avec une hausse des prix qui pourrait dépasser les 6% sur un an en juin. L'inflation devrait aussi se transmettre aux prix des produits manufacturés et aux services, notamment en raison de la revalorisation du SMIC en mai. L'inflation sous-jacente (hors alimentation et énergie) devrait ainsi grimper de 2,5% en mars à 3,5% en juin.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Pour toute 1ère ouverture de compte avant le 31 mai 2022

CODE OFFRE : INVESTIR22

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : INVESTIR22 lors de votre ouverture de compte.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/05/2022

Calme en ce jeudi de l'Ascension pour débuter la séance, la bourse de Paris a malgré tout accéléré dans l'après-midi avec l'aide de Wall...

Publié le 26/05/2022

14h30 aux Etats-UnisRevenu et consommation des ménages en avrilIndice des prix PCE en avril16h00 aux Etats-UnisIndice de confiance des consommateurs de l'Université du Michigan en maisource : AOF

Publié le 26/05/2022

Macy's, la chaîne américaine de magasins, s'enflamme de 12% à Wall Street...

Publié le 26/05/2022

STMicroelectronics (-1,58% à 35,22 euros) ferme la marche de l'indice CAC 40 au lendemain de la présentation par Nvidia de perspectives décevantes. Sur le trimestre en cours, le spécialiste des…

Publié le 26/05/2022

Vallourec chute de 6,96% à 12,98 euros et est relégué à la dernière place du marché SRD à la suite d'un placement de titres. Le spécialiste des tubes en acier sans soudure fait l'objet d'un…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne