En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 909.28 PTS
-0.18 %
5 908.00
-0.2 %
SBF 120 PTS
4 645.24
-0.28 %
DAX PTS
13 218.82
-0.49 %
Dow Jones PTS
27 679.72
-0.04 %
8 255.00
-0.11 %
1.101
-0.01 %

France: la sécurité des paiements en ligne devra être renforcée d'ici 2021

| AFP | 3009 | 3.67 par 3 internautes
L'usage d'un seul code reçu par SMS pour sécuriser une transaction ne sera plus jugé suffisant et devra être progressivement renforcé
L'usage d'un seul code reçu par SMS pour sécuriser une transaction ne sera plus jugé suffisant et devra être progressivement renforcé ( ROSLAN RAHMAN / AFP/Archives )

La validation de paiements en ligne par code SMS sera bientôt terminée: de nouvelles mesures pour renforcer la sécurité des paiements commencent à entrer en vigueur samedi, avec une mise en oeuvre qui va s'étaler jusqu'à fin 2020-début 2021, a indiqué mercredi l'Observatoire français de la sécurité des moyens de paiements.

Ces nouvelles mesures sont prévues par une directive européenne (dite "DSP 2") visant à renforcer le niveau de sécurité des opérations de paiement sur internet en Europe, pour limiter les risques de fraude.

Pour ce faire, les émetteurs de cartes bancaires et banques, opérateurs de paiement, commerçants en ligne, etc. sont tenus de déployer un dispositif dit "d'authentification forte" du client lors de paiements électroniques ou d'opérations bancaires sensibles.

Les nouvelles règles européennes entreront bien en vigueur en France le 14 septembre prochain, a indiqué mercredi dans un communiqué l'observatoire, rattaché à la banque de France.

Il a confirmé une mise en application jusqu'en décembre 2020 de mesures "d'authentification forte" pour "la grande majorité des clients", conformément à la directive.

Les "professionnels de la chaîne des paiements" devront pour leur part avoir mis à niveau leurs systèmes aux nouvelles exigences réglementaires d'ici mars 2021 .

Concrètement, l'usage d'un seul code reçu par SMS pour sécuriser une transaction ne sera plus jugé suffisant et devra être progressivement renforcé au moyen de nouvelles solutions, telles que la reconnaissance biométrique, combinées à d'autres dispositifs de contrôle. Mais tous les acteurs ne sont pas prêts.

Dans une note publiée le 21 juin, l'Autorité bancaire européenne (ABE), chargée d'élaborer les normes techniques de cette directive, avait décidé d'accorder "un délai supplémentaire limité" aux États membres concernés pour se mettre en conformité avec ces exigences techniques et en échange d'un plan de migration aux échéances précises.

En cause, "les inquiétudes" d'acteurs du marché "quant à l'état de préparation du commerce électronique aux nouvelles exigences" d'authentification forte, risquant de créer des perturbations dans les transactions en ligne.

De plus, selon l'ABE, une information plus large du grand public sur la teneur de ces évolutions s'avérait nécessaire pour réussir l'entrée en vigueur de la directive.

Dans la foulée, début juillet, l'Observatoire français de la sécurité des moyens de paiements avait présenté un plan de migration avec l'objectif d'une mise en œuvre de l'authentification forte pour une nette majorité des clients et des transactions d'ici décembre 2020.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 3.67
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Privatisation de La Française des Jeux du 7 au 19 novembre 2019

Ouvrez dès aujourd’hui votre compte chez Bourse Direct : c'est rapide, gratuit et 100% en ligne !

Investir dans des instruments financiers comporte des risques de perte en capital, pouvant aller jusqu'à une perte totale du capital investi pour les investissements en titres de capital (actions).Le rendement et la performance d'un investissement en actions ne sont pas garantis. Nous vous invitons à consulter notre guide investisseur.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 13/11/2019

La signature de ce partenariat innovant public-privé a été rendue possible grâce à l'implication des nombreuses parties prenantes engagées dans la transition zéro carbone...

Publié le 13/11/2019

Le détail de cet engagement sportif sera précisé début 2020...

Publié le 13/11/2019

En attendant les voyages spatiaux, Virgin Galactic, firme du milliardaire britannique Richard Branson qui vient de l'introduire à Wall Street par la...

Publié le 13/11/2019

Il s'agit de la plus importante commande d'A321neo enregistrée à ce jour au Moyen-Orient...

Publié le 13/11/2019

AKKA Technologies grimpe de 7% à 61,50 euros ce mercredi, alors que le groupe a publié un chiffre d'affaires consolidé sur 9 mois en croissance de...