En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 387.38 PTS
+1.34 %
5 365.50
+0.98 %
SBF 120 PTS
4 318.04
+1.13 %
DAX PTS
12 579.72
+0.54 %
Dowjones PTS
24 580.89
+0.49 %
7 197.51
-0.28 %
Nikkei PTS
22 516.83
-0.78 %

Formation: le patronat divisé sur le financement de l'apprentissage

| AFP | 296 | Aucun vote sur cette news
Florence Poivey, la négociatrice Medef, lors de la réunion du 7 décembre 2017, sur le Compte personnel d’activité
Florence Poivey, la négociatrice Medef, lors de la réunion du 7 décembre 2017, sur le Compte personnel d’activité ( JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives )

Les organisations patronales ont affiché vendredi leurs divergences sur le financement de l'apprentissage, le Medef et la CPME souhaitant que celui-ci passe des régions aux branches et l'U2P plaidant pour une sorte de statu quo.

Ces vues discordantes se sont exprimées en présence des organisations syndicales, à l'occasion de la quatrième séance de négociations au Medef sur la formation professionnelle, en vue d'une réforme annoncée au printemps par le gouvernement.

A l'issue de la réunion, Florence Poivey, la négociatrice Medef, a défendu un financement des centres de formations des apprentis (CFA) mutualisé au niveau des branches, alors qu'ils sont aujourd'hui principalement financés par les régions, avec des ressources tirées de la taxe d'apprentissage.

Jean-Michel Pottier (CPME) a également plaidé pour que les branches aient la "maîtrise des financements" pour permettre "un rapport direct entre l'entreprise et le CFA".

L'U2P ne s'est pas exprimé devant la presse après la réunion, mais selon tous les négociateurs syndicaux, l'organisation patronale des artisans, commerces de proximité et professions libérales a exprimé son désaccord.

"On a bien vu qu'il y avait des positions un peu éloignées" entre les organisations patronales sur "qui doit financer l'apprentissage", "l'U2P étant plus sur les régions, la CPME plus sur les branches professionnelles", a rapporté Maxime Dumont (CFTC).

Mme Poivey a admis que "le secteur couvert par l'U2P serait le plus impacté" par un changement de financement, ses CFA étant aujourd'hui fortement tributaires des régions. Mais "nous pensons qu'on doit pouvoir trouver une péréquation à la hauteur de leurs besoins" et "dans laquelle tous les secteurs qui font de l'apprentissage se retrouveront", a-t-elle assuré.

La CPME et le Medef ont aussi plaidé pour que les CFA soient financés "au contrat" d'apprentissage, c'est-à-dire en fonction du nombre d'apprentis qui suivent leurs formations, sur le modèle de ce qui se fait pour les contrats de professionnalisation et selon Mme Poivey "marche très bien".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/06/2018

L'Assemblée générale fut également l'occasion de détailler les conditions de réalisation du résultat de l'exercice 2017...

Publié le 22/06/2018

Bluelinea a réalisé une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un montant de 1,5 million d'euros. Cette augmentation de capital…

Publié le 22/06/2018

Biocorp annonce le lancement d'une augmentation de capital par émission d'actions nouvelles, avec suppression du droit préférentiel de souscription. Le montant cible de l'opération est de 4,5…

Publié le 22/06/2018

Bluelinea annonce la réalisation d'une augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription des actionnaires (DPS), pour un...

Publié le 22/06/2018

Nouvelle histoire en cinq épisodes.