En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 363.79 PTS
+0.28 %
5 368.0
+0.37 %
SBF 120 PTS
4 309.93
+0.31 %
DAX PTS
12 157.67
+0.51 %
Dowjones PTS
26 246.96
+0.71 %
7 494.40
+0.80 %
1.168
+0.08 %

Fonction publique: rendez-vous salarial sous haute tension syndicats/Darmanin lundi

| AFP | 255 | Aucun vote sur cette news
Gérald Darmanin à l'Assemblée nationale le 10 octobre 2017
Gérald Darmanin à l'Assemblée nationale le 10 octobre 2017 ( Bertrand GUAY / AFP/Archives )

Les syndicats de la fonction publique rencontrent lundi Gérald Darmanin, leur ministre de tutelle, pour un rendez-vous salarial sous haute tension, moins d'une semaine après la mobilisation de centaines de milliers de fonctionnaires contre les choix du gouvernement les concernant.

"La balle est dans son camp", ont-ils prévenu dans un communiqué commun. Interrogés par l'AFP, tous disent espérer "qu'il aura entendu le message" et "que le ministre arrivera à ce rendez-vous avec de nouvelles propositions".

Le gouvernement doit "clairement revoir ses positions", dit Mylène Jacquot (CFDT), "tenir ses promesses et être sérieux", ajoute Bernadette Groison (FSU), "redonner confiance aux agents par un signe fort", estime Luc Farré (Unsa).

Manifestations du 10 octobre
Manifestations du 10 octobre ( Laurence SAUBADU / AFP )

Qu'il "arrête sa posture dogmatique sur la diminution de la dépense publique et défende un vrai modèle social, à un moment où l'Europe a plus que jamais besoin de cohésion sociale" dit Christian Grolier (FO), tandis que pour Denis Turbet-Delof (Solidaires), il doit "engager une véritable réflexion sur la question des services publics qui ne soit pas assortie de préalables budgétaires ou structurels".

"Je veux croire à l'intelligence et qu'il arrivera au minimum avec de fortes inflexions", résume Jean-Marc Canon à la CGT, premier syndicat de la fonction publique. "Si ce n'est pas le cas, c'est qu'il joue la carte de l'affrontement", prévient-il.

Les désaccords portent sur le fond mais aussi sur la forme, les syndicats ayant peu apprécié d'être informés de la plupart des mesures par voie de presse et conviés à des réunions dites de "concertation" où "les choix étaient déjà arbitrés".

Ils dénoncent en priorité la promesse, non respectée, du président de la République, d'augmenter le pouvoir d'achat des fonctionnaires à l'occasion de la compensation de la hausse de la CSG, car les agents publics ne bénéficieront pas de la baisse des cotisations salariales contrairement aux salariés du privé.

- 'Tour de passe-passe' -

Or, le gouvernement a non seulement annoncé le gel du point d'indice, qui sert au calcul de leurs rémunérations, mais contrairement aux engagements du ministre qui a assuré qu'"aucun agent public ne verra son salaire baisser", il n'envisage qu'une compensation partielle de la hausse de la CSG, alors "qu'un tiers des agents ont vu leur rémunération nette baisser en 2015 et qu'elle n'a augmenté que de 0,6% en moyenne contre 1% dans le privé", selon l'Unsa.

Le président Emmanuel Macron et le secrétaire général de FO Jean-Claude Mailly à l'Elysée le 12 octobre 2017
Le président Emmanuel Macron et le secrétaire général de FO Jean-Claude Mailly à l'Elysée le 12 octobre 2017 ( PASCAL ROSSIGNOL / POOL/AFP )

Les syndicats dénoncent unanimement le "tour de passe-passe mensonger" du gouvernement affirmant que leur pouvoir d'achat a augmenté de 2% en moyenne en 2016 et de 4% en 2017.

Basés sur "le coût global de la masse salariale divisé par le nombre total d'agents", ces chiffres ne sont "pas représentatifs de l'évolution des rémunérations" des fonctionnaires. "C'est comme si on incluait le salaire du PDG de Renault, Carlos Ghosn, dans la masse salariale du groupe pour avancer une hausse moyenne des salaires", résume Solidaires.

Pour lutter contre l'absentéisme, le gouvernement prévoit aussi d'imposer aux fonctionnaires un jour de carence (arrêt maladie rémunéré à partir du deuxième jour, NDLR), qui n'est pas compensé par leurs employeurs, contrairement au secteur privé.

Les salaires dans la fonction publique d'Etat
Les salaires dans la fonction publique d'Etat ( Alain BOMMENEL / AFP )

Il souhaite enfin supprimer 120.000 postes d'ici 2022 dont 70.000 dans la fonction publique territoriale (1,98 million d'agents) et 50.000 dans la fonction publique d'Etat (2,48 millions).

Les syndicats s'inquiètent en outre pour leur statut qui vise à les protéger, tout comme les usagers, de tout clientélisme.

La rémunération au mérite ou en fonction du versant de la fonction publique, évoquée par Emmanuel Macron, ou l'exclusion des organisations syndicales d'une réflexion sur les missions et les réformes envisagées ajoutent à leurs craintes.

Manifestation de fonctionnaires contre les
Manifestation de fonctionnaires contre les "attaques" du gouvernement à leur égard à Paris, le 10 octobre 2017 ( Eric FEFERBERG / AFP )

Le Premier ministre, Edouard Philippe, a nommé vendredi le comité de 34 membres chargé de cette mission, codirigé par le président de Safran, le franco-australien Ross McInnes, l'ex-directrice de cabinet de Manuel Valls à Matignon et cadre dirigeante de Nexity, Véronique Bédague-Hamilius, et le directeur de Sciences Po Paris, Frédéric Mion.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/09/2018

Selon le 'Financial Times', l'investisseur activiste CIAM a écrit à la direction de Scor pour lui reprocher son rejet de l'offre de rachat soumise en août par l'assureur Covéa.

Publié le 18/09/2018

DÉCLARATION DE TRANSACTIONS SUR ACTIONS PROPRES RÉALISÉES DU 10 AU 14 SEPTEMBRE 2018   Présentation agrégée par jour et par…

Publié le 18/09/2018

Le projet de retrait de la cote de Tesla, finalement avorté fin août, a déclenché une enquête judiciaire aux Etats-Unis, selon l'agence 'Bloomberg'. En cause, la communication erratique d'Elon…

Publié le 18/09/2018

Vinci a annoncé le succès d’une émission obligataire de 1,750 milliard d’euros, répartis entre une souche de 0,75 milliard d’euros à échéance septembre 2025, assortie d’un coupon de…

Publié le 18/09/2018

PARIS-LA DEFENSE (FRANCE), 18 septembre 2018 - Le Conseil de surveillance de Tarkett a décidé de nommer Fabrice Barthélemy en qualité de Président du Directoire de Tarkett par…