En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

FMI, ministères, banques centrales: les femmes économistes en vue

| AFP | 324 | Aucun vote sur cette news
La directrice du FMI Christine Lagarde, le 12 octobre 2018 à Nusa Dua, sur l'île indonésienne de Bali
La directrice du FMI Christine Lagarde, le 12 octobre 2018 à Nusa Dua, sur l'île indonésienne de Bali ( SONNY TUMBELAKA / AFP )

Les femmes ont-elles percé le plafond de verre de la finance? Dans la lignée de la directrice du FMI Christine Lagarde, de plus en plus de femmes accèdent à des postes clefs dans les grandes institutions financières.

Le Fonds monétaire international, qui tient cette semaine sa réunion annuelle dans l'île indonésienne de Bali, vient de nommer l'Indo-Américaine Gita Gopinath au poste de chef économiste.

Première femme à occuper cette fonction, elle succède à Maurice Obstfeld, retraité à la fin de l'année.

À 46 ans, cette professeure d'économie à Harvard et co-éditrice de la prestigieuse American Economic Review pourrait bousculer un consensus profondément ancré.

Alors que le FMI préconise traditionnellement le flottement des taux de change pour amortir les chocs économiques, elle s'est fait précisément connaître pour ses travaux... qui remettent en cause les bénéfices des taux de change flottants.

Gita Gopinath, le 7 novembre 2014 à Paris
Gita Gopinath, le 7 novembre 2014 à Paris ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )

Pour elle, le fait que les matières premières s'échangent en dollars relativise l'incidence des fluctuations des devises.

"Gita Gopinath a acquis une réputation très solide avec ses travaux sur le rôle du dollar dans les transactions internationales, et les rigidités que cela implique", a observé jeudi Christine Lagarde.

- Faire bouger le FMI -

Cette "brillante économiste" amènera le FMI à "explorer davantage" des pistes inédites, quite à faire bouger l'institution issue de Bretton Woods, a reconnu la patronne du Fonds.

"Je n'ai pas vu beaucoup de candidats en ce moment qui sont prêts à devenir un arbitre des devises, avec les responsabilités que cela suppose", a également souligné Mme Lagarde.

En avril, c'est la Grecque Pinelopi "Penny" Koujianou qui héritait du poste de chef économiste à la Banque mondiale.

Cette chercheuse établie aux États-Unis, qui a décroché un doctorat à Stanford et enseigné à Yale, avait également été rédactrice en chef de l'American Economic Review.

Et en juin, Laurence Boone, économiste du groupe d'assurance Axa et ex-conseillère du président François Hollande, était nommée chef économiste de l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE).

- Combattre les stéréotypes -

À l'instar de la Française Christine Lagarde, devenue en juin 2007 la première femme ministre de l'Économie et des Finances d'un pays du G7, plusieurs femmes en charge de ce portefeuille sont présentes à Bali.

Sri Mulyani Indrawati, la très respectée ministre des Finances indonésienne, rappelle comment elle a dû surmonter les stéréotypes persistants sur le rôle des femmes en politique.

"Ministre des Finances a toujours été vu comme un métier d'homme" en Indonésie comme ailleurs, a-t-elle souligné à Bali lors d'une table ronde sur la place des femmes dans le monde du travail.

"C'est un fardeau énorme de se battre contre cette perception, et contre le fait qu'une femme doit être vraiment exceptionnelle pour faire ce métier d'homme", témoigne-t-elle.

L'économiste de 56 ans, dont les paroles sur la conjoncture indonésienne sont religieusement écoutées par des assemblées souvent en majorité masculines, exerce son deuxième mandat de ministre. Elle avait fait auparavant une belle carrière à la Banque mondiale.

Ces femmes de la finance soulignent l'importance de personnalités emblématiques pour encourager les femmes à étudier l'économie et à postuler à des responsabilités.

Christine Lagarde tente une analogie avec le sport: au Japon, le tennis n'était "pas très valorisé" jusqu'à présent, mais avec le succès de championnes comme Naomi Osaka, qui a réussi l'exploit de battre Serena Williams au dernier US Open, le tennis féminin "est devenu soudain un sport très puissant" dans l'archipel.

"On doit encourager et célébrer les femmes qui gagnent", souligne-t-elle.

A l'université aussi, "les femmes ont plus de chance de choisir une matière si elles voient que d'autres ont pris le même cours", relève l'adjointe du gouverneur de la banque du Canada, Carolyn Wilkins.

Les banques centrales apparaissent encore largement comme des bastions masculins, à quelques exception notables. Janet Yellen, aux États-Unis, avait ainsi été choisie comme présidente de la Fed par Barack Obama, ce qui en faisait la voix la plus influente au monde dans la politique monétaire.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...