5 267,33
-0,08 %
13 293,10
+0,26 %
4 178,83
-0,06 %
5 956,51
-0,17 %
DAX
12 438,01
-0,05 %
5 583,53
+0,22 %
20 940,51
-0,19 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Toujours en quête d'investisseurs, Groupe Flo s'enfonce dans le rouge

| AFP | 170 | Aucun vote sur cette news
L'enseigne des Bistro Romain est particulièrement affectée par la baisse de la fréquentation
L'enseigne des Bistro Romain est particulièrement affectée par la baisse de la fréquentation ( JEAN-PIERRE MULLER / AFP/Archives )

Dans une mauvaise passe depuis des années, le groupe de restaurants à thème Groupe Flo a doublé ses pertes en 2016 et tente toujours de trouver de nouveaux investisseurs, sur fond de baisse persistante du chiffre d'affaires.

Sa perte opérationnelle courante a atteint 13,9 millions d'euros en 2016, contre 6,9 millions d'euros un an plus tôt, pour un chiffre d'affaires en recul de 9,5%, à 266,5 millions. L'excédent brut d'exploitation (Ebitda) a chuté de 45,6%, à 4,3 millions.

Le détenteur des enseignes Hippopotamus, Bistro Romain et Tablapizza a été contraint d'anticiper la publication de ses résultats provisoires en raison de mouvements "inexpliqués" de son cours de Bourse.

Engagé dans la recherche d'investisseurs pour venir au secours du groupe, la société explique que le processus "se poursuit".

"Groupe Flo a reçu mi-février dans le cadre de ce processus des propositions non-engageantes d'entrée à son capital et/ou d'acquisition de certains de ses actifs qui sont en cours d'approfondissement", affirme le communiqué.

La concrétisation de ces opportunités "est soumise à un accord sur la restructuration de la dette bancaire existante", ajoute le groupe, qui avait annoncé fin novembre avoir obtenu l'assistance d'un mandataire pour l'épauler dans la renégociation de sa dette.

"Je veux être optimiste: l'option la pire serait qu'il n'y ait aucune offre, c'est loin d'être le cas", se rassure le PDG Vincent Lemaître, rappelant que "l'échéance bancaire et l'engagement des actionnaires sur la ligne de crédit de 6,2 millions d'euros arrivent à terme fin avril".

Les représentants syndicaux du Comité du groupe Flo (CGT, FO, CFDT, CFTC) ont annoncé avoir saisi le Tribunal de grande instance pour "obtenir une information complète et loyale sur la situation du groupe et notamment sur le projet de cession de tout ou partie de ce dernier".

"L'audience est prévue le 8 mars "devant le TGI de Nanterre, précise leur communiqué.

Le capital du groupe est détenu à 69,84% par la société par actions simplifiée Financière Flo, détenue par un consortium d'investisseurs réunissant d'une part, la Compagnie Nationale à Portefeuille (CNP) et Ackermans & van Haaren (AvH) et, d'autre part, Tikehau Capital.

Le reste est en Bourse. L'action a chuté de 16,28% à 1,08 euro à la clôture.

Concernant les résultats en 2016, "notre activité, la restauration, a souffert en raison de conditions économiques qui restent difficiles d'une part et de l'impact des attentats de Paris et de Nice d'autre part", souligne Alain Postic.

- Brasseries en net recul -

La Coupole, ici en 1949, est une des enseignes brasseries du groupe, un secteur en nette chute en 2016
La Coupole, ici en 1949, est une des enseignes brasseries du groupe, un secteur en nette chute en 2016 ( / AFP/Archives )

Dans le détail, l'ensemble des enseignes de restauration à thème ont enregistré une baisse de leur chiffre d'affaires (-8,2%), la plus affectée étant Bistro Romain (-36,6%), suivie de Taverne de Maître Kanter (-8,4%), deux enseignes que le groupe cèdent petit à petit.

L'activité concernant les brasseries est en nette chute, de 15,4%, à 54 millions d'euros, fortement affectée, tout comme d'ailleurs l'enseigne Hippopotamus, "par leurs implantations parisiennes, où la fréquentation est en forte baisse".

Enfin, les concessions (Disney, Cnit et le Jardin des Plantes) sont également en recul, de 4,8% sur l'année, "en raison notamment d'une météo défavorable sur l'été et d'une baisse de la fréquentation touristique sur le parc Disneyland Paris sur le printemps-été", malgré une hausse de 2,5% au quatrième semestre.

Mais "les attentats ne sont pas la seule cause du déclin de fréquentation dans les établissements du groupe Flo", tempère toutefois auprès de l'AFP un spécialiste de la restauration.

Selon lui, "cela fait plus de six ans qu'il subit une érosion de sa clientèle car il n'a pas su rebondir, s'adapter au nouveau mode de consommation, et n'a pas rénové assez rapidement ses établissements".

Sur le seul quatrième trimestre, le chiffre d'affaires a cédé 10,3%, à 69,6 millions d'euros. Les brasseries sont au rouge, avec une activité en chute de 20,5% entre octobre et décembre.

L'activité des restaurants a aussi reculé (-8,4%), l'enseigne Bistro Romain souffrant particulièrement, son chiffre d'affaires dégringolant de 46,2%.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
CONTENUS SPONSORISÉS