En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Fiscalité: Airbnb se défend d'être la seule à utiliser un mode de paiement controversé

| AFP | 1184 | Aucun vote sur cette news
Dans les locaux d'Airbnb à Paris, le 21 avril 2015
Dans les locaux d'Airbnb à Paris, le 21 avril 2015 ( MARTIN BUREAU / AFP/Archives )

La plateforme de location Airbnb a souligné vendredi que de "nombreuses entreprises dans le monde" proposent un paiement via des cartes Mastercard Payoneer, en réponse à des informations évoquant un moyen pour les hébergeurs d'échapper au fisc.

Sur son site, Airbnb propose pour certains pays le mode de versement Payoneer, permettant aux hôtes d'être directement payés via une carte spécifique émise par l'entreprise américaine du même nom, dont le siège européen est à Gibraltar.

Il est stipulé que les "frais habituels de 29,95 dollars" de ce service "ne s'appliquent pas aux clients Airbnb", mais que des suppléments lors des retraits en espèces par exemple, sont facturés.

Vendredi, franceinfo a affirmé que cette carte de crédit rechargeable était "émise depuis Gibraltar" et que cette méthode de versement "permettrait" depuis "trois ans" aux propriétaires "d'échapper aux radars de l'administration fiscale".

Dans une déclaration transmise à l'AFP, la plateforme souligne que "Payoneer n'est pas spécifiquement utilisé par Airbnb, mais propose des services de paiement similaires à de nombreuses entreprises dans le monde" comme Amazon, Alibaba, ou encore Abritel et CDiscount en France.

Airbnb tient également à préciser que les paiements "classiques" - soit directement effectués sur des comptes bancaires - représentent près de 90% des transactions en France.

"Nous rappelons à l'ensemble de nos hôtes de vérifier et respecter les réglementation locales, y compris les règles fiscales", souligne la plateforme, qui "envoie également un rappel fiscal aux hôtes chaque année pour qu'ils sachent exactement combien de revenus ils doivent déclarer à l'administration fiscale".

Ian Brossat, adjoint à la mairie de Paris chargé du logement et interrogé par franceinfo, a dénoncé le fait que "Airbnb incite ses hôtes à faire de l'évasion fiscale en localisant leurs revenus dans une banque située à Gibraltar".

Si Paris n'est pas en mesure de "construire une contre-attaque juridique sur le sujet, en revanche, je pense que Bercy gagnerait à regarder tout cela et à vérifier ce qu'il est possible d'entamer comme démarche, parce qu'on parle quand même de milliers et de milliers d'euros, sans doute beaucoup plus, qui échappent totalement au fisc français", selon M. Brossat.

Du côté des hôteliers, le Groupement national des indépendants (GNI) et l'association représentative des acteurs de l'hébergement et du tourisme professionnels (AhTop) dénoncent vendredi dans un communiqué "une nouvelle dérive" et appellent les pouvoirs publics à "une réaction extrêmement ferme et à la mesure de ces agissements".

Ils soulignent que "bien que légal", ce partenariat avec Payoneer "représente une possibilité avérée de fraude fiscale mise à disposition des loueurs, notamment au regard des difficultés rencontrées par l'administration française pour y obtenir des échanges d'informations bancaires".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…