En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ browserName + ' ' + browserVersion }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 342.94 PTS
-0.55 %
5 348.50
-0.32 %
SBF 120 PTS
4 291.57
-0.43 %
DAX PTS
12 586.19
-0.86 %
Dowjones PTS
24 657.80
-0.17 %
7 280.70
+0.00 %
Nikkei PTS
22 693.04
+0.61 %

Fipronil: les oeufs français exempts de contamination

| AFP | 444 | Aucun vote sur cette news
Les oeufs produits en France ne contiennent aucune trace de l'insecticide fipronil, à l'origine du scandale des oeufs contaminés
Les oeufs produits en France ne contiennent aucune trace de l'insecticide fipronil, à l'origine du scandale des oeufs contaminés ( PHILIPPE LOPEZ / AFP/Archives )

Les investigations menées en France montrent qu'aucune trace de l'insecticide fipronil, à l'origine du scandale des oeufs contaminés, n'a été retrouvée dans des oeufs produits dans l'Hexagone, a annoncé lundi le ministère de l'Agriculture.

"Nous n'avons trouvé aucune trace de fipronil dans les élevages français", a assuré Stéphane Travert, ministre de l'Agriculture sur Europe 1, évoquant toutefois une exception.

"Il y a eu un élevage dont les oeufs avaient été contaminés et (...) le propriétaire s'était spontanément manifesté", a-t-il expliqué.

Cet éleveur du Pas-de-Calais avait signalé fin juillet la contamination de ses oeufs après l'utilisation de ce produit par son fournisseur belge. Aucun oeuf de son élevage n'avait été vendu.

Pour le reste, "tous les cas de contamination en France étaient des produits d'importation qui venaient de nos voisins, Belgique et Pays-Bas", a assuré M. Travert, précisant que 2.900 élevages français avaient été contrôlés.

Les services départementaux de l'État ont mis à profit les recherches sur l'usage du fipronil pour dresser plus largement un état des lieux des pratiques en matière de traitements anti-parasitaires contre le pou rouge de la volaille, indique le ministère.

Ils ont ainsi recherché en particulier des traces d'un deuxième insecticide, l'amitraze.

45 élevages répartis dans 15 départements ont employé un médicament vétérinaire à base d'amitraze, en dehors du mode d'utilisation autorisé, selon le ministère de l'Agriculture
45 élevages répartis dans 15 départements ont employé un médicament vétérinaire à base d'amitraze, en dehors du mode d'utilisation autorisé, selon le ministère de l'Agriculture ( JOHN THYS / AFP/Archives )

"Au final, 45 élevages répartis dans 15 départements ont été identifiés comme ayant employé un médicament vétérinaire à base d'amitraze, en dehors du mode d'utilisation autorisé", indique le ministère.

Cet usage a néanmoins toujours eu lieu "dans des bâtiments vides et en l'absence des poules pondeuses".

Les résultats des prélèvements d'oeufs systématiquement effectués dans les bâtiments ayant été traités "s'avèrent tous négatifs, l'amitraze n'ayant été détecté dans aucun prélèvement".

- Nouveaux produits retirés -

La contamination de dizaines de millions d'oeufs au fipronil est apparue au grand jour début août et a concerné des produits vendus dans presque toute l'Union européenne (UE). Elle provient de la désinfection d'élevages de poules pondeuses avec cet antiparasitaire strictement interdit dans la chaîne alimentaire.

La fraude a surtout été pratiquée aux Pays-Bas et en Belgique mais la Commission européenne, qui estime qu'elle remonte à septembre 2016, a fait aussi état de cas potentiels en Allemagne (sept élevages), en France (l'unique élevage cité par M. Travert), en Italie (10 élevages) et en Hongrie (deux élevages).

Des gaufres ont notamment été retirées des rayons suite à cette contamination des oeufs utilisés pour leur fabrication
Des gaufres ont notamment été retirées des rayons suite à cette contamination des oeufs utilisés pour leur fabrication ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

Elle a conduit au retrait de nombreux produits par la grande distribution, allant des gaufres aux brownies. Les derniers en date recensés en France sont des biscuits fourrés Mister Choc Chocolat de marque Lidl et des gaufres de la Biscuiterie Latour, située à Givet dans les Ardennes.

Les produits retirés du marché venaient majoritairement de Belgique et des Pays-Bas, mais certains ont été fabriqués en France, à base de matières premières venant des Pays-Bas.

"La France n'a pas perdu de temps pour mettre en place les contrôles mais nous avons été alertés trop tardivement", a affirmé lundi M. Travert, évoquant un projet de "proposition commune" avec ses homologues belges et allemand pour améliorer le système d'alertes entre membres de l'UE.

Il veut "voir se poursuivre rapidement au niveau communautaire le travail de fond sur l'optimisation du dispositif de lutte contre la fraude alimentaire", a indiqué le ministère dans un communiqué.

Le ministre a rappelé qu'une réunion des ministres de l'Agriculture devait se tenir le 26 septembre, à l'initiative de la Commission européenne.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/06/2018

Les actifs risqués continuent à subir des dégagements ce jeudi. Les tensions commerciales restent en filigrane même si aucun nouveau rebondissement n'est à signaler depuis deux jours maintenant.…

Publié le 21/06/2018

Appel au marché afin de poursuivre l'exploitation...

Publié le 21/06/2018

Prismaflex bondit de 11,4% à 21,5 euros, un nouveau sommet pour cette année. Le titre de l'imprimeur numérique et fabricant de panneaux d'affichage est désormais à son plus haut niveau depuis…

Publié le 21/06/2018

Par courrier reçu le 21 juin 2018 par l'AMF, la société néerlandaise NN Group N...

Publié le 21/06/2018

Le titre poursuit sa progression au-dessus d'une ligne de tendance haussière qui soutient les cours depuis le 23 mars. Du côté des indicateurs techniques, les moyennes mobiles à 20 et 50 séances…