En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 444.27 PTS
+0.40 %
5 442.50
+0.38 %
SBF 120 PTS
4 355.89
+0.35 %
DAX PTS
12 755.52
+0.74 %
Dowjones PTS
25 153.53
+0.13 %
7 382.00
-0.30 %
Nikkei PTS
22 794.19
+0.43 %

Fincantieri/STX France: des syndicats italiens critiquent Rome

| AFP | 877 | 5 par 1 internautes
Le navire de croisière MSC Meraviglia quittant le chantier-naval STX de Saint-Nazaire, dans l'ouest de la France le 1er juin 2017
Le navire de croisière MSC Meraviglia quittant le chantier-naval STX de Saint-Nazaire, dans l'ouest de la France le 1er juin 2017 ( LOIC VENANCE / AFP/Archives )

Plusieurs syndicats italiens ont critiqué lundi leur gouvernement concernant le rachat par Fincantieri des Chantiers navals de Saint-Nazaire, estimant qu'il ne défendait pas comme il le devait le groupe italien face à la France.

Selon des informations publiées mercredi par Le Figaro, on s'orienterait vers un partage à 50-50 du capital des Chantiers Navals entre Fincantieri et les actionnaires français alors que, selon l'accord négocié avec le précédent gouvernement français, le constructeur italien devait reprendre 48% et l'investisseur italien Fondazione CR (Cassa di Risparmio) Trieste environ 7%.

Le gouvernement italien "s'est montré disponible à raboter les accords conclus entre deux pays, je me demande à quelle fin. Si l'exécutif veut défendre le sort d'un grand groupe industriel du pays qui peut se targuer de succès internationaux, il doit se battre afin que le contrôle de l'actionnariat tout comme la gestion des ex-chantiers de l'Atlantique restent entre les mains de l'Italie", a affirmé dans un communiqué le secrétaire général de l'Uilm-Gênes, Antonio Apa.

"Sur cela, le gouvernement ne peut faire machine arrière, c'est la ligne soutenue avec force par M. Bono (le PDG de Fincantieri) et les organisations syndicales", a-t-il ajouté.

"La faiblesse montrée par le gouvernement (italien) pour contester l'initiative (du président français Emmanuel) Macron sur Fincantieri produit le pire résultat pour l'Italie: Fincantieri (...) risque de se retrouver avec une société à 50%, avec un droit de veto des Français", a dénoncé pour sa part dans un communiqué Fabrizio Potetti, responsable du Fiom-Cgil chez Fincantieri.

Un revirement "à la faveur des Français" qui pose "divers problèmes", a souligné le syndicaliste, en demandant au gouvernement de "changer d'approche et de prétendre à la réciprocité dans les opérations à caractère européen".

Le 31 mai, M. Macron avait déclaré vouloir que l'accord sur STX France "soit revu" afin de "garantir la préservation des emplois" et la souveraineté de la France.

Le ministre français en charge du dossier, Bruno Le Maire, a assuré mercredi que Fincantieri était le "bienvenu" au capital de STX France.

"Il n'y a pas de suspicion" vis-à-vis de Fincantieri, "il n'y a pas de rejet, au contraire", a-t-il dit, en espérant parvenir rapidement "à (s') entendre sur la définition (du) nouvel équilibre" avec les autorités italiennes.

"Nous aurons dans cet actionnariat Naval group, qui est donc l'ex-DCNS, nous aurons bien évidemment l'Etat, et nous aurons les salariés", a précisé M. Le Maire.

Interrogé lundi par l'AFP sur l'évolution du dossier et les réactions syndicales, Fincantieri s'est refusé à tout commentaire.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/07/2018

A l’occasion du salon aéronautique de Farnborough (jour 3), Airbus annonce que la compagnie aérienne britannique easyJet a pris livraison du premier de ses A321neo sur une commande de 30…

Publié le 18/07/2018

Alstom annonce qu’il a choisi le fabricant français de batteries Forsee Power pour équiper les bus électriques Aptis, dont les livraisons de série sont prévues à partir de 2019. En standard,…

Publié le 18/07/2018

ATR, une coentreprise entre Airbus et Leonardo, annonce que le transporteur brésilien Azul a renouvelé son contrat de maintenance globale (GMA) pour 10 ans. Ce nouveau contrat couvre la réparation,…

Publié le 18/07/2018

u prix catalogue, la commande atteint 5,3 milliards de dollars.

Publié le 18/07/2018

Singapore Airlines récupère son titre de meilleure compagnie au monde...