En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 571.71 PTS
-
5 560.00
-
SBF 120 PTS
4 391.03
-
DAX PTS
12 341.03
-
Dowjones PTS
27 219.85
-0.42 %
7 888.76
-0.48 %
1.124
+0.10 %

Fin du procès France Télécom, jugement le 20 décembre 

| AFP | 108 | Aucun vote sur cette news
L'ancien PDG de France Télécom Didier Lombard arrivant au procès de son ancienne entreprises et ses ex-dirigeants à Paris le 6 mai 2019
L'ancien PDG de France Télécom Didier Lombard arrivant au procès de son ancienne entreprises et ses ex-dirigeants à Paris le 6 mai 2019 ( Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives )

Le tribunal correctionnel de Paris rendra le 20 décembre son jugement dans le procès de France Télécom et de ses ex-dirigeants, dont l'ancien PDG Didier Lombard, jugés pour "harcèlement moral" dix ans après les suicides de plusieurs salariés.

Depuis l'ouverture le 6 mai de ce procès inédit, qui voit pour la première fois une entreprise du CAC 40 jugée pour un harcèlement moral institutionnel, les prévenus ont rejeté toute responsabilité.

"Il est indéniable qu'il y ait eu de la souffrance chez certains de nos collaborateurs. (...) Mais nous contestons un harcèlement moral généralisé", a déclaré jeudi Nicolas Guérin, secrétaire général d'Orange, qui représente France Télécom au procès.

Dernier à prendre la parole avant que le tribunal n'annonce la fin de ce procès-fleuve, il a annoncé qu'Orange allait lancer une "discussion" avec les organisations syndicales pour créer une commission d'indemnisation des victimes, "quelle que soit la décision" du tribunal.

L'entrée du centre de construction des lignes de Troyes, le 10 septembre 2009 après le suicide de plusieurs salariés de l'entreprise
L'entrée du centre de construction des lignes de Troyes, le 10 septembre 2009 après le suicide de plusieurs salariés de l'entreprise ( ALAIN JULIEN / AFP/Archives )

Vendredi, le parquet a requis les peines maximales prévues par la loi pour "harcèlement moral": 75.000 euros d'amende contre France Télécom et un an de prison et 15.000 euros d'amende contre les ex-dirigeants, accusés d'avoir mené "une politique d'entreprise de déstabilisation des salariés", alors qu'ils voulaient supprimer des milliers d'emplois.

Didier Lombard, PDG de l'entreprise de 2005 à 2010, n'a pas souhaité s'exprimer une dernière fois.

Les parties civiles lui ont vertement reproché tout au long du procès son "déni", ainsi que son absence de regrets.

"La pudeur n'est pas mépris et la défense n'est pas déni", a plaidé l'une des avocates de M. Lombard, Me Bérénice de Warren. "Quand on subit un drame, on a besoin d'un responsable. C'est de la vengeance, pas de la justice", a-t-elle poursuivi.

En octobre 2006, huit mois après avoir annoncé un plan de transformation de l'entreprise et 22.000 départs sur trois ans, Didier Lombard avait dit vouloir les faire "par la fenêtre ou par la porte". Son conseil Jean Veil a plaidé "une maladresse".

Quant à la phrase sur "la mode des suicides", prononcée par l'ex-PDG devant les médias en septembre 2009, elle était due au "stress, il était interrogé tous les jours", a assuré Me Veil.

Didier Lombard "est comme il est, mais je ne crois pas que ce soit la sanction pénale qui puisse éventuellement adoucir la douleur des victimes", a estimé Me Veil, demandant sa relaxe.

France Télécom était devenue le symbole de la souffrance au travail et faisait la Une des médias il y a dix ans, alors que plusieurs salariés se suicidaient.

Les juges ont retenu 39 cas de salariés, dont 19 se sont suicidés. Environ 120 autres personnes se sont constituées partie civile depuis le début du procès.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/07/2019

Guillaume Spinner a occupé précédemment les fonctions de Directeur au sein d'un family office

Publié le 17/07/2019

Les 106.839 actions annulées sont issues des acquisitions réalisées dans le cadre du programme de rachat d'actions mis en oeuvre le 23 janvier 2019...

Publié le 17/07/2019

La croissance du chiffre d'affaires a été principalement tirée par une hausse de +72% des ventes de consommables...

Publié le 17/07/2019

Le chiffre d'affaires du 1er semestre s'élève à 89,9 ME...

Publié le 17/07/2019

Filae, confiante dans une forte croissance de son chiffre d'affaires et le maintien d'un EBITDA positif sur l'ensemble de l'exercice, va poursuivre sa stratégie de publication de nouveaux contenus…