En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 771.99 PTS
+0.38 %
4 780.0
+0.56 %
SBF 120 PTS
3 794.76
+0.49 %
DAX PTS
10 777.22
+0.34 %
Dowjones PTS
23 914.72
+1.01 %
6 561.97
+1.09 %
1.142
+0.49 %

Feu vert du Parlement au budget rectificatif 2018

| AFP | 211 | Aucun vote sur cette news
L'Assemblée nationale à Paris le 6 novembre 2018
L'Assemblée nationale à Paris le 6 novembre 2018 ( Lionel BONAVENTURE / AFP/Archives )

Le Parlement a adopté définitivement mercredi, par un ultime vote de l'Assemblée, le projet de loi de finances rectificative (PLFR) pour 2018, des élus d'opposition appelant le gouvernement à "corriger le tir" face au mouvement des "gilets jaunes".

Le texte, qui avait été rejeté d'emblée mardi par le Sénat en nouvelle lecture, a été adopté par 31 voix contre 20.

Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin a défendu ce projet de budget comme "un progrès, une novation" car il ne contient "aucune disposition fiscale", vantant aussi sa "sincérité".

Dans la foulée, le rapporteur Joël Giraud (LREM) a aussi noté qu'il "se limite effectivement à des ajustements budgétaires" et permet "pour la première fois depuis 1985 qu'aucun décret d'avance ne soit pris".

Globalement, le PLFR prévoit une réduction de l'objectif de dépenses de l'État de 600 millions d'euros par rapport au budget initial 2018.

Les élus d'opposition ont dénoncé à l'unisson le calendrier resserré d'examen, Charles de Courson (Libertés et Territoires) assurant n'avoir jamais connu de telles conditions "en 26 ans".

Alors que la majorité défendait un "texte technique", certains ont aussi saisi l'occasion pour demander au gouvernement de revoir sa copie face au mouvement des "gilets jaunes", déplorant à l'instar de Sabine Rubin (LFI) "une occasion manquée", ou reprochant au gouvernement de n'avoir "rien compris de l'urgence sociale" (Jean-Louis Bricout, PS).

L'élu communiste Sébastien Jumel a défendu une motion de rejet, dénonçant l'examen du texte "comme si de rien n'était, comme si ça ne gueulait pas partout en France". Ce budget "ne rectifie rien" alors que "la cocotte est au bord de l'explosion", a-t-il lancé, soulignant que le gouvernement avait là l"occasion de corriger le tir".

Défendant à son tour une motion de renvoi, Bastien Lachaud (LFI) a aussi fustigé une politique du gouvernement consistant à "satisfaire la rapacité des riches".

Comme lui, plusieurs élus d'opposition ont aussi critiqué le fait que, conformément au texte, le ministère des Armées devra payer seul l'ensemble des opérations extérieures et missions intérieures (Opex et Sentinelle) cette année, estimées à 1,37 milliard d'euros.

Or le ministère avait à l'origine provisionné 750 millions d'euros pour financer cette dépense en 2018, le reste de la facture ("surcoûts Opex") étant jusqu'ici partagé entre l'ensemble des ministères au nom de la contribution nationale à l'effort de défense, comme le prévoit la loi de programmation militaire 2014-2019.

Des élus LR, membres de la Commission de la Défense, ont réclamé mercredi dans un communiqué une audition "urgente" de la ministre Florence Parly sur ce sujet.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/12/2018

Foncière INEA a annoncé l’acquisition du Presqu’Ile, un immeuble de bureaux situé dans le quartier innovant de la presqu’île Bouchayer-Viallet à Grenoble. Il s’agit de son premier…

Publié le 19/12/2018

Rien ne va plus pour DIA (Distribuidora de Alimentacion) ...

Publié le 19/12/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 19/12/2018

GSEZ Airport, filiale de Gabon Special Economic Zone (GSEZ), fruit d'un partenariat public-privé entre Olam International, la République gabonaise et...

Publié le 19/12/2018

La Commission européenne a délivré une autorisation de mise sur le marché de Dengvaxia, le vaccin de Sanofi contre la dengue. L'autorisation suit la recommandation émise le 18 octobre 2018 par le…