En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 479.26 PTS
+0.06 %
5 476.50
+0.21 %
SBF 120 PTS
4 388.63
+0.10 %
DAX PTS
12 364.94
+0.11 %
Dowjones PTS
26 562.05
+0.00 %
7 548.75
+0.00 %
1.178
+0.31 %

Feu vert de l'Europe pour achever le développement d'Ariane 6

| AFP | 297 | Aucun vote sur cette news
Un modèle d'Ariane 6 exposé à l'aéroport de Schoenefeld Airport près de Berlin le 25 avril 2018
Un modèle d'Ariane 6 exposé à l'aéroport de Schoenefeld Airport près de Berlin le 25 avril 2018 ( John MACDOUGALL / AFP/Archives )

Le Conseil de l'Agence spatiale européenne (ESA) a décidé jeudi "l'achèvement du développement" du lanceur Ariane 6 et le démarrage de la phase de transition entre l'actuelle Ariane 5 et le futur lanceur dont le vol inaugural est prévu en 2020.

"C'est une très bonne étape qui a été franchie", a déclaré à l'AFP Alain Charmeau, le patron d'ArianeGroup. Cette réunion des représentants des Etats membres de l'ESA à Paris "a permis de régler certains problèmes épineux", notamment autour de la répartition de la fabrication industrielle entre les différents pays, a-t-il dit.

Le démarrage de la phase de transition entre les deux lanceurs est également salué par l'industrie. "Maintenant on a la certitude qu'on va pouvoir organiser correctement la réduction de la fabrication des Ariane 5 et la montée en puissance des Ariane 6" en 2021 et 2022, note Alain Charmeau.

En décembre 2014, l'Europe spatiale a décidé de se doter d'un nouveau lanceur, Ariane 6, beaucoup moins coûteux que l'actuelle Ariane 5, pour faire face à la concurrence internationale dans le domaine des lanceurs, notamment celle de l'américain SpaceX. La fusée existera en deux versions (A64 équipée de 4 boosters, A62 avec deux boosters).

Mais ArianeGroup, coentreprise issue de la fusion des activités lanceurs d'Airbus et Safran, reconnaît n'être que partiellement satisfaite de l'issue du Conseil de l'ESA. "Il reste encore à confirmer des engagements de commandes de lanceurs de la part des différentes entités étatiques", partenaires du programme européen, souligne Alain Charmeau.

Le patron d'ArianeGroup avait averti en avril qu'il avait besoin d'avoir ces engagements contractuels "fin juin" afin de pouvoir lancer la production des premiers lots de la future Ariane 6.

"La bonne volonté d'utiliser Ariane 6 est encore confirmée par les décisions d'aujourd'hui. Mais maintenant il faut traduire la bonne volonté en actes" et passer commande, poursuit-il.

"Les usines sont là, les équipes sont là, les premiers prototypes sont en cours de fabrication. Il faut qu'on enchaîne", a-t-il souligné. "C'est pour cela que je mets +la pression+, avec tout le respect dû à mes clients" (ESA, Commission européenne, Etats).

"Fondamentalement, je ne suis pas inquiet sur le fait qu'on y arrivera", précise-t-il.

Il est prévu de produire 14 Ariane 6 entre 2020 et 2022, dont la moitié pour le marché institutionnel et l'autre moitié pour le marché commercial.

"Nous avons déjà identifié 7 missions institutionnelles dont 2 ont déjà été contractualisées" (commande de deux lanceurs par la Commission européenne pour Galileo), a précisé à l'AFP Stéphane Israël, le pdg d'Arianespace, société de services de lancement et filiale d'ArianeGroup.

"Nous attendons donc" que les clients institutionnels (ESA, Commission européenne, Etats) "passent 5 commandes supplémentaires".

"En parallèle, les équipes d'Arianespace sont à pied d'oeuvre auprès des clients commerciaux pour vendre les premières Ariane commerciales. Il y a beaucoup de choses qui mijotent", indique Stéphane Israël.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

NOUVEAUTÉ - Bourse Direct lance ses Webinaires

Trader sur Indices, Matières Premières, Devises...
Lundi 2 octobre de 12h00 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Jeudi 11 octobre de 12h30 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/09/2018

Actualité décidément chargée dans l'industrie du luxe...

Publié le 25/09/2018

Un outil d'analyse dédié aux gestionnaires d'actifs

Publié le 25/09/2018

Manchester United a vu ses résultats financiers nettement reculer sur l'exercice clos fin juin, le club mancunien coté à Wall Street essuyant même une...

Publié le 25/09/2018

A l'image du secteur, Air France KLM enregistre une deuxième séance consécutive dans le rouge (-3,7% à 8,3 euros), victime de la hausse des cours du...

Publié le 25/09/2018

STMicroelectronics,leader mondial dont les clients couvrent toute la gamme des applications électroniques, a annoncé son entrée dans les indices développement durable du Dow Jones (DJSI - Dow…