5 319.17 PTS
-
5 307.50
-0.41 %
SBF 120 PTS
4 234.88
-
DAX PTS
12 993.73
-0.41 %
Dowjones PTS
23 358.24
-0.43 %
6 314.51
-0.39 %
Nikkei PTS
22 376.17
-0.09 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Dans l'urgence, l'Assemblée vote la surtaxe exceptionnelle sur les grandes sociétés

| AFP | 225 | Aucun vote sur cette news
Le ministre des Finances Bruno Le Maire à l'ssemblée nationale le 31 octobre 2017 à Paris
Le ministre des Finances Bruno Le Maire à l'ssemblée nationale le 31 octobre 2017 à Paris ( Lionel BONAVENTURE / AFP )

L'Assemblée a voté lundi soir, dans l'urgence, une surtaxe exceptionnelle sur les grandes entreprises, pour compenser en partie la censure à 10 milliards d'euros de la taxe sur les dividendes, le gouvernement défendant une "bonne décision", "aussi difficile soit-elle".

Tout en concédant ne pas passer "le meilleur des lundis", le ministre des Finances, Bruno Le Maire, a plaidé que cette surtaxe était une "bonne décision", permettant de "solder les reliquats du passé".

C'est l'article quasiment unique d'un projet de loi de finances rectificative (PLFR), adopté par 39 voix contre 16 après six heures de débats.

Avec cette surtaxe, Bruno Le Maire (LREM, ex-LR) a assuré notamment le maintien de la réduction du déficit sous le seuil des 3%, afin que la France ne soit plus le dernier pays de la zone euro, avec l'Espagne, en procédure pour déficit excessif.

Le dispositif a été élaboré après l'invalidation par le Conseil constitutionnel début octobre de la taxe sur les dividendes, introduite en 2012, et contraint l'Etat à rembourser 10 milliards d'euros, principalement aux grandes entreprises.

Au lieu du taux normal de 33,3%, les bénéfices des 320 plus grands groupes, réalisant plus de 1 milliard d'euros de chiffre d'affaires, seront taxés à 38,3%, et même à 43,3% pour ceux dont l'activité dépassera 3 milliards d'euros cette année. Avec l'aval gouvernemental, le rapporteur général Joël Giraud a fait adopter un "lissage" de ces taux.

Le gouvernement a fait abaisser le seuil d'application des pénalités financières en cas de sous-évaluation de la contribution.

Le rendement de la surtaxe est estimé à 5,4 milliards d'euros, dont 4,8 versés en acompte avant fin décembre. Le solde de la facture, environ 5 milliards, sera supporté par l'Etat, faisant passer le déficit budgétaire en 2018 de 2,6 à 2,8%.

L'ex-président LR de la commission des Finances, Gilles Carrez, Charles de Courson (Constructifs) ou l'ex-rapporteure générale du Budget, Valérie Rabault (PS), ont plaidé notamment pour diviser par deux le taux de 4,8% des intérêts moratoires dus par l’Etat, ce qui aurait fait économiser 500 millions. Se disant ouvert à une modification du taux, le ministre a posé trois conditions, dont un feu vert du Conseil d'Etat, et l'a renvoyée au collectif budgétaire de fin d'année.

- "Théâtralisation" -

Communistes et Insoumis ont tenté de faire rejeter le texte, dénonçant notamment 5 milliards "supportés par les Français".

"Beaucoup trop de zones d'ombre, de précipitation", a dénoncé Fabien Roussel (PCF), évoquant un "parfum de scandale", qui prend encore "un nouveau relief" à l'aune des "Paradise Papers" dans lequel les entreprises concernées seront "peut-être citées". Son groupe a échoué à pérenniser la surtaxe.

"Le mammouth financier ne mérite pas que la Nation paye encore pour l'engraisser un peu plus", "dans la panique", a lancé l'Insoumis Eric Coquerel, proposant aussi vainement, comme le PCF, de financer les 5 milliards en reportant la suppression de l'ISF notamment.

Le président de la commission des Finances, Eric Woerth (LR), a critiqué la "précipitation" de l'exécutif et une forme de "théâtralisation fiscale".

Plusieurs LR et Constructifs ont aussi déploré une augmentation d'impôt sur les sociétés, Charles de Courson lançant "vous faites du Brel: t'as voulu voir la baisse et on a vu la hausse". Certains ont jugé "inéquitable" une surtaxe pénalisant par exemple les groupes bancaires mutualistes, le ministre répondant que le gouvernement est "en discussion pour voir comment compenser le manque à gagner".

Le dispositif devrait globalement créer "95 gagnants et 233 perdants", avait reconnu Bruno Le Maire. Dans les entreprises au chiffre d'affaires dépassant 13,9 milliards d'euros, il y aurait 16 gagnantes et 14 perdantes, a-t-il précisé lundi.

La "taxe à 3%", prélevée sur les dividendes distribués par les entreprises, avait été partiellement retoquée en mai par la Cour de justice de l'Union européenne. Celle-ci avait estimé contraire au droit européen que la France l'applique aux dividendes perçus d'une filiale établie dans un autre pays de l'UE et donc pouvant avoir déjà été imposés dans ce pays.

D'autres types de dividendes pouvaient rester assujettis à ce prélèvement, instauré par François Hollande en 2012 pour compenser une perte de recettes due déjà à la censure européenne d'une précédente taxe. Mais le Conseil constitutionnel a jugé cette différence de traitement contraire au "principe d'égalité".

L'affaire a alors tourné au règlement de comptes politique, notamment entre l'actuel gouvernement et l'ancienne majorité.

M. Le Maire l'a qualifiée de "scandale d'Etat" et a saisi l'Inspection générale des finances (IGF), qui doit rendre un rapport sur les responsabilités vendredi.

Pour leur défense, les socialistes ont plaidé, comme l'ex-secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert, qu'en 2012 "toutes les analyses concluaient à la conformité au droit communautaire".

Et plusieurs orateurs de gauche et de droite ont rappelé encore lundi que le secrétaire général adjoint de l'Élysée chargé alors de l'économie s'appelait... Emmanuel Macron.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/11/2017

Gennevilliers, le 17 novembre 2017, Communiqué de presse Réalisation définitive de la fusion-absorption par Prologue de sa filiale Imecom…

Publié le 17/11/2017

Les fluctuations d'activité rencontrées par le fret ferroviaire n'ont pour l'instant pas d'impact sur l'activité de la société...

Publié le 17/11/2017

L'actuel Directeur Général d'EuropaCorp Television, Thomas Anargyros, s'est porté acquéreur. La transaction ne comprend pas Taken...

Publié le 17/11/2017

Le centre, situé à proximité de la gare Montparnasse, dégage un loyer annuel de 690 kE...

Publié le 17/11/2017

Une stratégie de réorganisation structurelle dont la finalisation demeure sujette à l'approbation de l'extension des agréments de sa filiale de gestion monégasque par les autorités…

CONTENUS SPONSORISÉS