En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 095.07 PTS
-
5 090.00
-
SBF 120 PTS
4 073.02
-
DAX PTS
11 614.16
+0.78 %
Dowjones PTS
25 250.55
-0.35 %
7 068.67
-1.24 %
1.158
+0.03 %

Ferme offshore: le saumon norvégien prend ses quartiers en haute mer

| AFP | 309 | Aucun vote sur cette news
Bassins de fertilisation du fournisseur de produits d'aquaculture à Hitra Bay, à l'est de Trondheim (Norvège) le 22 septembre 2016
Bassins de fertilisation du fournisseur de produits d'aquaculture à Hitra Bay, à l'est de Trondheim (Norvège) le 22 septembre 2016 ( Céline SERRAT / AFP/Archives )

Elle doit accueillir plus d'un million de saumons: depuis quelques mois, une structure géante aux allures de grand manège jaune, présentée comme la première ferme offshore aquacole au monde, flotte au large de la Norvège, symbole de l'immense ambition du plus gros producteur de la planète.

Les dimensions de ce projet titanesque de la firme Salmar, qui se présente comme le 4e producteur mondial, sont sans commune mesure avec les fermes traditionnelles qui fourmillent à l’intérieur des fjords : 110 mètres de diamètre, contre 50 mètres pour une ferme lambda, 68 mètres de profondeur contre 20 à 40 mètres pour les structures qui existaient jusque là.

En tout, 250.000 mètres cubes de contenance pour accueillir, si tout va bien, 1,1 million de saumons. Et un coût de 75 millions d'euros pour cette seule installation.

Globalement, "la production se trouve à 95% entre le rivage et l'océan", explique à l'AFP Trond Williksen, PDG de Salmar, qui estime que la "possibilité de développer l'industrie dans cette zone est devenue limitée".

Parmi les principales vertus de ce "projet-pilote", il met en avant la moindre concentration de fermes dans cette zone, un atout selon lui pour lutter contre la prolifération du pou de mer, le parasite qui peut entraîner une forte mortalité des saumons d'élevage mais aussi (et, par ricochet,) du saumon sauvage qui passe à proximité lorsqu'il quitte les rivières pour l'océan.

"À ce jour, nous avons zéro pou de mer, mais nous n'en sommes qu'au début", déclare prudemment M. Williksen.

Le fort courant qui traverse l'immense cage, installée à quelque 5 miles nautiques des côtes norvégiennes, pourrait également faciliter la dispersion des déjections des saumons, souvent montrées du doigt par les ONG pour la pollution des fonds marins.

Mais "ces fermes seront également plus exposées aux intempéries et aux vagues, qui risquent d'augmenter les risques de dégradations des cages et donc d'évasion de saumons d'élevage", susceptibles de dénaturer et de fragiliser génétiquement le saumon sauvage, selon Truls Gulowsen, responsable de Greenpeace Norvège.

Trond Williksen indique que cette structure dessinée en Norvège et construite en Chine, avant d'être convoyée par cargo, est conçue selon des principes éprouvés par les plateformes pétrolières pour prévenir tout incident majeur en cas d'ouragan.

Si l'installation est entièrement automatisée, 12 personnes, réparties en deux équipes, y travaillent et assurent une présence humaine 24 heures sur 24.

M. Williksen pense que l'activité aquacole restera majoritairement à proximité des côtes, mais qu'il faut "absolument développer l'élevage offshore": Salmar "ne sera pas le seul".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/10/2018

L'Eanm est le congrès de référence pour le secteur de la médecine nucléaire

Publié le 15/10/2018

Performance au rendez-vous...

Publié le 15/10/2018

Les deux sociétés de communications et d'électronique de défense Harris et L3 ont annoncé dimanche une "fusion entre égaux", qui créera un ensemble affichant des ventes annuelles de 16 Mds$.

Publié le 15/10/2018

Le projet bénéficiera d'un contrat de rémunération d'une durée de 10 ans à compter de sa mise en service prévue à la fin de l'année 2019...

Publié le 15/10/2018

Muriel Benedetto Marmilloud travaillera aux côtés du Président Directeur Général, Olivier Jallabert...