5 340.45 PTS
+0.45 %
5 335.00
+0.42 %
SBF 120 PTS
4 251.42
+0.39 %
DAX PTS
13 058.66
+0.50 %
Dowjones PTS
23 430.33
+0.31 %
6 308.61
-0.09 %
Nikkei PTS
22 261.76
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Face aux turbulences, le mégaprojet Europacity veut garder son cap

| AFP | 216 | Aucun vote sur cette news
Manifestation contre Europacity, le 21 mai 2017 à Gonesse dans le Val-d'Oise
Manifestation contre Europacity, le 21 mai 2017 à Gonesse dans le Val-d'Oise ( Thomas SAMSON / AFP/Archives )

Des champs proches de Paris verront-ils pousser le mégacomplexe de commerces et de loisirs Europacity? Ce projet à plus de 3 milliards d'euros, qui entend attirer deux fois plus de visiteurs que Disneyland Paris, traverse des turbulences, sans entamer la détermination de ses promoteurs.

En cette saison, du maïs couvre une grande partie des terres arables qui n'ont pas encore été gagnées par l'urbanisation au nord de Paris. Ce secteur du Val-d'Oise, frontalier de la Seine-Saint-Denis, forme le "triangle de Gonesse", cerné d'axes routiers, encadré par les aéroports de Roissy-Charles de Gaulle et du Bourget.

C'est là, sur 80 hectares - l'équivalent d'une centaine de terrains de football - que le groupe Auchan entend ouvrir Europacity en 2024, en partenariat avec le conglomérat chinois Wanda.

L'ambition : créer une "nouvelle destination à visibilité mondiale" capable d'attirer 30 millions de visiteurs par an. Deux fois plus que Disneyland Paris, première destination touristique privée d'Europe.

Sont annoncés un parc à thème, un parc aquatique, un "parc des neiges", des grands espaces dédiés à la culture et une "ferme urbaine". Mais aussi cinq hôtels et des commerces.

Budget estimé: 3,1 milliards d'euros, le plus grand investissement privé en France depuis, justement, la construction de Disneyland Paris en 1992.

Imaginé depuis 2006 par Immochan, la filiale immobilière du groupe nordiste, le projet fait face à des vents contraires.

La semaine dernière, un commissaire-enquêteur a rendu un avis défavorable à l'urbanisation de 300 hectares du triangle de Gonesse (qui incluent les 80 hectares convoités par Europacity), l'estimant "peu compatible avec la notion de développement durable" sur le plan environnemental mais aussi économique et social.

Si l'avis n'est que consultatif, il galvanise les opposants qui qualifient sans relâche Europacity de projet "démesuré" et "nuisible". "On est manifestement à un tournant", pour Bernard Loup, le président du collectif CPTG, à la pointe de la mobilisation.

D'autant que Nicolas Hulot lui-même ne cache pas que ce genre de projet est loin d'avoir ses faveurs.

Lors de sa présentation du "plan climat" le 6 juillet, le ministre de la Transition écologique et solidaire avait réaffirmé l'objectif de faire de la France un pays "neutre" en carbone à l'horizon 2050.

Interrogé sur la compatibilité de cet objectif avec les grands projets d'aménagement du territoire du type d'Europacity, le ministre avait répondu: "La réponse peut être très courte: elle est non. Cette gourmandise que nous avons à consommer des terres agricoles en particulier, et à artificialiser les sols en général, est incompatible avec cet objectif."

"Il faut qu'on sorte de la folie des grandeurs", avait lancé Nicolas Hulot.

- Doutes sur le partenaire chinois -

Le projet s'inscrit dans une "logique d'aménagement portée par la puissance publique" pour "désenclaver et favoriser le développement de ce territoire", rétorque David Lebon, directeur du développement d'Europacity.

Il estime que le tort des responsables du projet a été de ne pas avoir su faire assez de "pédagogie".

Désireuse de rompre avec l'image d'un centre commercial géant, la communication d'Europacity met désormais en avant l'ambition de proposer le "plus grand parc à thème couvert d'Europe".

Mais le promoteur se trouve aussi obligé de déminer un autre sujet d'interrogation: la fiabilité de son partenaire Wanda, qui a dû renoncer en août à un investissement immobilier de 510 millions d'euros dans le centre de Londres.

Avec d'autres conglomérats chinois, le groupe dirigé par le milliardaire Wang Jianlin est dans le collimateur de Pékin pour sa politique d'acquisitions tous azimuts à l'étranger ces dernières années, financées par un endettement colossal jugé inquiétant.

Europacity affiche, là encore, une sérénité à toute épreuve: "Les investissements actés ne sont pas remis en cause. Wanda est un actionnaire très présent au quotidien."

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2017

  COMMUNIQUE DE PRESSE   Paris, le 20 novembre 2017   Evolution du capital de Direct Energie    Cession par EBM Trirhena AG d'une partie de sa participation Environ 4,7% du…

Publié le 20/11/2017

   Communiqué de Presse   Paris, le 20 Novembre 2017   Informations relatives au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital…

Publié le 20/11/2017

Les résultats du premier semestre étant en ligne avec les prévisions du groupe, le Conseil d’administration de la société Bigben Interactive a, lors de sa réunion du 20 novembre 2017, décidé…

Publié le 20/11/2017

Bigben a enregistré au premier semestre, clos fin septembre, de l’exercice 2017/2018 un résultat net de 4,2 millions d’euros, en hausse de 102,4% et un résultat opérationnel courant de 6…

CONTENUS SPONSORISÉS