En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 153.19 PTS
+1.79 %
5 158.50
+1.94 %
SBF 120 PTS
4 084.66
+1.64 %
DAX PTS
11 299.80
+1.89 %
Dowjones PTS
25 883.25
+1.74 %
7 055.18
+0.47 %
1.129
+0.00 %

Face au ralentissement économique, Berlin veut préparer l'avenir

| AFP | 271 | Aucun vote sur cette news
Le ministre allemand de l'Économie Peter Altmaier, au premier plan, attend le début du conseil des ministres, mercredi 30 janvier 2019 à Berlin
Le ministre allemand de l'Économie Peter Altmaier, au premier plan, attend le début du conseil des ministres, mercredi 30 janvier 2019 à Berlin ( Tobias SCHWARZ / AFP )

Rompant avec les années fastes, le gouvernement allemand a tiré mercredi les leçons du ralentissement mondial en abaissant ses prévisions de croissance pour cette année, tout en affichant une détermination nouvelle à réformer le pays.

"La dynamique conjoncturelle a ralenti", a constaté face à la presse le ministre allemand de l'Économie Peter Altmaier, brossant un "environnement international" fait de Brexit incertain, de conflit commercial sino-américain et d'essoufflement en Europe comme en Chine.

Après 2,2% de hausse de son Produit intérieur brut en 2017 puis 1,5% l'an dernier, l'Allemagne n'attend plus que 1% de croissance cette année, alors que le ministère de l'Économie tablait encore sur 1,8% à l'automne dernier.

Le gouvernement se réjouit certes de voir le pays enchaîner une "dixième année consécutive de croissance", soit la plus longue série depuis 1966, qui a renvoyé aux oubliettes l'époque où l'Allemagne fraîchement réunifiée faisait figure d'"homme malade de l'Europe".

Mais Peter Altmaier a écarté le scénario d'un coup de frein passager, en livrant des prévisions plus pessimistes que les principaux économistes allemands, la Bundesbank et même le Fonds monétaire international, qui attendait la semaine dernière 1,3% de croissance en Allemagne.

Emploi au beau fixe

Balayés, les espoirs d'un rebond vigoureux après les difficultés de l'industrie allemande fin 2018, pénalisée à la fois par la sécheresse et par l'entrée en vigueur de normes européennes antipollution qui avaient désorganisé le secteur automobile.

Au contraire, le commerce extérieur, point fort traditionnel d'un pays champion des exportations, devrait freiner la croissance encore plus fortement que l'an dernier, avec une contribution de -0,3 point contre -0,2 point en 2018.

Mais l'Allemagne peut toujours compter sur sa demande intérieure, portée par la santé étincelante de son marché du travail, avec une nouvelle baisse attendue à 4,9% du taux de chômage cette année, pendant que la population active augmente.

Surtout, loin des années de modération salariale qui avaient dopé la compétitivité du pays au détriment de ses voisins, les revenus nets des salariés devraient encore progresser de 4,8% en 2019, stimulant la consommation.

"Il s'agit désormais de renforcer la dynamique de croissance avec une action intelligente du gouvernement", a insisté Peter Altmaier, livrant à propos de la politique économique un discours très offensif.

Ce conservateur proche de la chancelière Angela Merkel, régulièrement critiquée ces dernières années pour le manque d'ambition de ses réformes malgré un contexte budgétaire favorable, a insisté sur la nécessité de préparer l'avenir.

Virage énergétique

Il entend présenter "au premier semestre" un projet de crédit impôt recherche pour les entreprises, destiné à la fois à soutenir l'innovation et à répondre à la concurrence fiscale étrangère.

"L'Allemagne, en tant que site de production, est soumise à une pression croissante", avertit la puissante Fédération allemande de l'industrie (BDI), pour qui la charge fiscale "effective" des entreprises en Allemagne atteint 30%, contre une moyenne européenne de 20%.

Peter Altmaier veut par ailleurs supprimer l'impôt de solidarité avec les régions d'ex-RDA, bien qu'il doive encore convaincre ses partenaires sociaux-démocrates, tout en préservant l'équilibre budgétaire retrouvé depuis 2014.

Les négociations devraient néanmoins être facilitées par l'excédent record des comptes publics enregistré l'an dernier, qui a encore gonflé de 59,2 milliards d'euros les caisses de la première économie européenne.

S'il veut "garder sur son sol la valeur ajoutée", le pays doit aussi combler le retard accumulé face aux Américains et aux Asiatiques dans l'intelligence artificielle et la production de batteries pour voitures électriques, a insisté M. Altmaier, qui bataille pour des alliances européennes dans ces secteurs.

Enfin, l'Allemagne voit se profiler un chantier considérable avec la sortie du charbon à l'horizon 2038, qui va nécessiter une coûteuse reconversion des régions minières ainsi qu'une montée en puissance des énergies renouvelables et des réseaux de transport d'électricité.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 18 février 2019

CODE OFFRE : SNOW19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : SNOW19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/02/2019

Total annonce mettre en œuvre son opération annuelle d’augmentation de capital réservée aux salariés et anciens salariés du groupe. Ainsi, la participation des salariés au capital de la…

Publié le 15/02/2019

Baccarat vient de réaliser son point d’activité annuel. Ainsi, au quatrième trimestre 2018, le spécialiste des produits en cristal haut-de-gamme a publié un chiffre d'affaires de 48,7 millions…

Publié le 15/02/2019

Total met en oeuvre son opération annuelle d'augmentation de capital réservée aux salariés et anciens salariés...

Publié le 15/02/2019

FAURECIAL'équipementier automobile publiera (avant Bourse) ses résultats annuelsICADELe groupe immobilier publiera (avant Bourse) ses résultats annuelssource : AOF

Publié le 15/02/2019

Article L.233-8 II du Code de commerce et article 223-16 du Règlement général de l'Autorité des marchés financiers     Dénomination sociale de l'émetteur…