En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 351.49 PTS
-
4 311.50
-
SBF 120 PTS
3 414.93
-
DAX PTS
9 632.52
-
Dow Jones PTS
21 636.78
-4.06 %
7 588.37
+0. %

Face au krach boursier, fermer complètement les marchés financiers ?

| AFP | 586 | Aucun vote sur cette news
Des piétons passent devant un tableau d'indices boursiers, le 17 mars 2020 à Tokyo, au Japon
Des piétons passent devant un tableau d'indices boursiers, le 17 mars 2020 à Tokyo, au Japon ( Kazuhiro NOGI / AFP )

Face à la propagation implacable du coronavirus, un mouvement de panique a saisi les Bourses mondiales. Pour l'enrayer, l'hypothèse d'une fermeture pure et simple des marchés financiers a commencé à être évoquée. Mais autorités et opérateurs rejettent pour l'instant cette idée.

"Nous avons l'intention de laisser les marchés ouverts", a asséné mardi le secrétaire américain au Trésor, Steven Mnuchin, lors d'une conférence de presse.

"Les Américains doivent savoir que nous ferons tout pour nous assurer qu'ils puissent accéder à l'argent sur leurs comptes bancaires et sur leur plan d'épargne retraite", a-t-il justifié. Le responsable n'a toutefois pas complètement écarté l'idée d'éventuellement raccourcir la séance de Wall Street.

Des mesures exceptionnelles ont déjà été mises en place aux Etats-Unis pour tenter de limiter l'affolement, dont les "coupe-circuits".

Ce système prévoit que les échanges sont suspendus 15 minutes quand l'indice S&P 500 chute de plus de 7%, le temps pour les investisseurs de reprendre leurs esprits. Il a déjà été utilisé trois fois au cours des six dernières séances.

Si l'indice qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street abandonnait 13%, un deuxième arrêt de la même durée aurait lieu. S'il perdait 20%, la séance serait suspendue.

Plusieurs régulateurs boursiers européens, notamment en France, en Belgique, en Italie et en Espagne, ont par ailleurs temporairement interdit ces derniers jours la vente à découvert, un mécanisme qui permet de parier sur la baisse d'une action, sur certains titres particulièrement frappés par la chute des marchés.

Certains observateurs aimeraient pourtant que les autorités aillent plus loin et décident de complètement "débrancher les marchés". Voire s'y préparent.

"Au-delà des mouvements déclenchant les coupe-circuits, le volume des échanges est faible et la volatilité élevée", souligne Stephen Innes, responsable de la stratégie des marchés chez AxiCorp.

"Au final, les perdants sont les plans de retraite durement acquis par certains travailleurs et ceux dont le départ à la retraite est repoussé de cinq à dix ans", justifie-t-il.

"Cela fait déjà quelques jours en interne qu'on anticipe une éventuelle fermeture de marché", indique de son côté Christopher Dembik, responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Si une telle décision était prise, elle viendrait plutôt des Etats-Unis, où la chute continue des indices - le Dow Jones a déjà perdu près de 30% depuis mi-février - pourrait forcer la main des responsables politiques, avance-t-il. M. Mnuchin semble pour l'instant avoir mis fin à cette hypothèse.

Alimenter l'anxiété

Bourses mondiales
Bourses mondiales ( Valentine GRAVELEAU / AFP )

Une fermeture de quelques jours, comme lors de la Grande crise de 1933 ou après les attentats du 11-Septembre, ne résoudrait pas le problème, concède M. Dembik.

La propagation de la pandémie, et toutes les incertitudes qu'elle génère, "ne va pas s'arrêter avant quelques semaines et il est inimaginable d'être sur un scénario comme en 1914, où la Bourse de New York avait fermé pendant quatre mois et demi".

Comme M. Mnuchin, les principaux acteurs de la Bourse aux Etats-Unis ont aussi écarté cette idée.

"Les marchés doivent continuer à fonctionner dans des périodes comme celles que nous traversons actuellement", avait affirmé le patron de l'autorité américaine des marchés financiers (SEC), Jay Clayton, sur la chaîne CNBC lundi.

La patronne du New York Stock Exchange, la mythique place boursière de Wall Street, a aussi insisté sur l'importance de continuer à vendre et acheter des actions.

"Même si nous avons tout à fait conscience des inquiétudes des investisseurs sur la chute des cours, et que nous y sommes sensibles, le marché ne fait que refléter les incertitudes auxquelles tout le monde fait face en ces jours difficiles", a écrit Stacey Cunningham sur Twitter.

Des traders à la Bourse de New York, le 16 mars 2020
Des traders à la Bourse de New York, le 16 mars 2020 ( Johannes EISELE / AFP )

"Fermer les marchés ne modifierait pas les causes fondamentales de la baisse des cours, ne permettrait plus de refléter de façon transparente l'état d'esprit des investisseurs et réduirait l'accès des investisseurs à leur argent", a-t-elle ajouté. Cela ne ferait "qu'alimenter l'anxiété".

Il serait irresponsable de fermer le marché "à chaque fois qu'on n'aime pas la direction qu'il prend", avance de son côté Quincy Krosby, responsable de la stratégie des marchés chez Prudential Financial.

Elle plaide en revanche pour un examen plus minutieux du rôle du courtage à haute fréquence et tout automatisé. "L'ampleur et la rapidité des mouvements est si importante, à la hausse comme à la baisse, que beaucoup s'en plaignent", relève-t-elle.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 27/03/2020

"Nous nous préparons à devoir faire face à un climat économique entièrement nouveau du fait de la crise du COVID-19"...

Publié le 27/03/2020

Le secteur du tourisme à Paris a été affecté par un ralentissement sur le 1er trimestre 2019 dû au mouvement des gilets jaune et par un second ralentissement en décembre 2019 relatif aux…

Publié le 27/03/2020

Thierry Lescasse reprend les fonctions de Benoît Jacheet, dont la mission prend fin avec l'aboutissement du plan de restructuration financière...

Publié le 27/03/2020

Le Groupe CAFOM, acteur majeur de l'équipement de la maison en Europe et en Outre-Mer, fait un point sur l'impact à ce jour de l'épidémie de Covid-19...

Publié le 27/03/2020

ALD dit surveiller étroitement l'évolution du Covid-19 (Coronavirus) et a mis en place les mesures nécessaires pour maintenir la continuité de ses...