En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 794.64 PTS
-0.33 %
4 799.50
-0.23 %
SBF 120 PTS
3 824.98
-0.20 %
DAX PTS
10 879.64
-0.47 %
Dowjones PTS
24 207.16
+0.59 %
6 668.56
+0.00 %
1.139
+0.01 %

Face à Macron, plus de 100.000 personnes dans la rue, des heurts à Paris

| AFP | 1954 | 3 par 1 internautes
Les CS font face aux manifestants à Paris, le 19 avril 2018
Les CS font face aux manifestants à Paris, le 19 avril 2018 ( Zakaria ABDELKAFI / AFP )

Près de 120.000 personnes, dont de nombreux cheminots, ont défilé jeudi partout en France sous le soleil pour appeler à une "convergence des luttes" face à Emmanuel Macron, avec notamment des dégradations et des heurts entre forces de police et manifestants constatées dans le cortège parisien.

Au total, 119.500 personnes ont manifesté dans toute la France, selon le ministère de l'Intérieur, à l'appel de la CGT et de Solidaires.

De son côté, la CGT, qui a comptabilisé près de 190 mobilisations sur le territoire, a recensé 300.000 manifestants. C'est moins que lors de la dernière journée de mobilisation des cheminots et fonctionnaires du 22 mars, où le syndicat avait annoncé 500.000 manifestants et la police 323.000.

Dans le détail, la manifestation parisienne a rassemblé 15.300 personnes, selon un comptage réalisé par le cabinet Occurrence pour un collectif de médias, dont l'AFP, 11.500 selon la préfecture de police, et 50.000 selon la CGT.

Plusieurs dizaines de milliers de personnes, dont de nombreux cheminots, défilent sous le soleil pour appeler à une
Plusieurs dizaines de milliers de personnes, dont de nombreux cheminots, défilent sous le soleil pour appeler à une "convergence des luttes" face à Emmanuel Macron, le 19 avril 2018 ( Philippe LOPEZ / AFP )

A Marseille, Occurrence a dénombré 5.700 personnes. La police comptabilisait aussi 4.400 manifestants à Lyon, 4.500 à Rennes, 3.500 à Lille, 2.400 à Toulouse autour de 2.000 à Bordeaux et Strasbourg et un millier ou plus à Perpignan, Montpellier, Nice ou Saint-Etienne.

"Macron, président des riches", "Macron le valet des patrons": le nom du président était partout ciblé.

"Eh Manu, descend !", "Macron fait son bachar à la ZAD", pouvait-on lire sur des tags à Paris.

Interrogé par des médias en marge de son déplacement à Berlin, le chef de l'Etat a répliqué avoir eu "un mandat des Français (...) que j'essaie de tenir".

- Heurts à Paris -

Le leader de la CGT, Philippe Martinez (C), qui espère une
Le leader de la CGT, Philippe Martinez (C), qui espère une "convergence des luttes" pour s'opposer à Emmanuel Macron, lors de la manifestation à l'appel de la CGT et de Solidaires, le 19 avril 2018 ( Philippe LOPEZ / AFP )

Dans la capitale, Philippe Martinez (CGT) en tête, les manifestants ont défilé entre Montparnasse et place d'Italie derrière une banderole affirmant: "Public + privé + étudiants, ensemble, stoppons les régressions sociales".

Des heurts ont éclaté vers 16H00 entre des manifestants et la police. Les forces de l'ordre ont essuyé des jets de projectiles et ont répliqué avec des gaz lacrymogènes. La façade d'un hôtel et de nombreuses vitrines ont été endommagées, de même que du mobilier urbain.

Un manifestant, blessé, a été conduit à l'hôpital, sept policiers ont été "légèrement blessés" et deux personnes ont été interpellées suite à ces violences, selon un bilan du ministère de l'Intérieur.

La secrétaire générale de l'URIF-CGT, Valérie Lesage, a dénoncé des "provocations inqualifiables et scandaleuses" de la préfecture de police. Le carré de tête syndical est finalement arrivé à place d'Italie un peu avant 18H00.

Grèves et manifestations s'accompagnaient aussi de perturbations, notamment à la SNCF, où le taux de grévistes était plus important jeudi (22,7%) que la veille, avec 66,4% de conducteurs à l'arrêt.

"On est dans un bouillonnement social", a constaté Mireille Stivala, secrétaire générale de la CGT Santé. La convergence des luttes, "ça braque les projecteurs sur des sujets communs", a complété Laurent Brun, secrétaire général de la CGT Cheminots.

Des étudiants dénoncent la réforme des universités dans le cortège à Rennes, jeudi 19 avril 2018
Des étudiants dénoncent la réforme des universités dans le cortège à Rennes, jeudi 19 avril 2018 ( Damien MEYER / AFP )

Un peu plus tôt, l'intersyndicale CGT-CFDT-Sud-Unsa de la SNCF avait annoncé qu'elle suspendait les concertations avec la ministre des Transports, Élisabeth Borne, et attendait du Premier ministre Édouard Philippe qu'il reprenne la main sur le dossier.

Une trentaine de cheminots ont bloqué le trafic en gare de Lille dans la matinée et des passagers sont descendus le long des voies pour rejoindre les quais.

La mobilisation a affecté le secteur de l'énergie, certaines crèches et écoles, les transports publics à Nice et en Ile-de-France, ainsi que l'audiovisuel public.

- "Coagulation" -

Les cheminots en sont à leur huitième journée de grève depuis début avril contre la réforme ferroviaire. La grogne monte également dans le secteur de la santé, les hôpitaux et les maisons de retraite médicalisées (Ehpad), chez l'ensemble des fonctionnaires. Et le conflit salarial chez Air France est dans l'impasse.

Blocage de la faculté de Nanterre, le 18 avril 2018
Blocage de la faculté de Nanterre, le 18 avril 2018 ( - / AFP )

Des facultés sont en outre occupées ou bloquées par des opposants à la réforme "Parcoursup", accusée d'instaurer une "sélection" à l'entrée à l'université.

La CGT et Solidaires espèrent construire un front unique à partir de ces colères. Une "coagulation" des "mécontentements" à laquelle ne croit pas le président Emmanuel Macron.

Mais la "convergence des luttes" ne fait pas l'unanimité chez les syndicats. Pour Laurent Berger (CFDT), ce mode d'action "ne fonctionne pas". Elle "nuit à l'efficacité syndicale", a jugé aussi la CFE-CGC.

Selon Jean-Luc Mélenchon, c'est "la radicalité du comportement du président" qui a "poussé au rapprochement de tout le monde".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 17/01/2019

Luka Karabatic (g) à la lutte avec l'Allemand Fabian Boehm lors du Mondial, à Berlin, le 15 janvier 2019 ( Odd ANDERSEN / AFP )Avec Nikola Karabatic pour la première fois dans la liste des…

Publié le 17/01/2019

Dans l'atelier de confection de lingerie de la marque Simone Pérèle à Clichy près de Paris, le 20 décembre 2018 ( Lionel BONAVENTURE / AFP )"On n'a pas trouvé mieux que les fesses pour…

Publié le 17/01/2019

Selon Alstom, il n'y a "pas de certitude" d'aboutir à la fusion avec Siemens ( SEBASTIEN BOZON, CHRISTOF STACHE / AFP/Archives )Le constructeur ferroviaire français Alstom a estimé jeudi qu'il…

Publié le 17/01/2019

La page Carlos Ghosn devrait bientôt être tournée chez Renault. Bruno Le Maire a annoncé hier soir sur LCI que le gouvernement français avait lancé le processus destiné à remplacer le PDG de…

Publié le 17/01/2019

Wall Street a fini en hausse, aidée par les bons résultats de deux géants bancaires américains, Goldman Sachs et Bank of America, tandis que la livre sterling restait bien orientée après le…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/01/2019

Airbus a annoncé hier soir le début des travaux de construction de la chaîne d’assemblage A220 aux États-Unis. Cette chaîne d’assemblage permettra de répondre à la demande des États-Unis…

Publié le 17/01/2019

Le titre se retourne à la baisse après un nouvel échec sous sa moyenne mobile à 50 séances, négativement orientée, tandis que le RSI repasse sous les 50. Sous 20.44 euros, une poursuite de la…

Publié le 17/01/2019

Argan vient de publier des résultats en nette hausse pour son exercice 2018. Ainsi, la foncière spécialisée en développement et location d’entrepôts premium a dévoilé un résultat net de…

Publié le 17/01/2019

La page Carlos Ghosn devrait bientôt être tournée chez Renault. Bruno Le Maire a annoncé hier soir sur LCI que le gouvernement français avait lancé le processus destiné à remplacer le PDG de…

Publié le 17/01/2019

Hier soir, la biotech française Nanobiotix a révélé son intention de s'introduire à la Bourse de New York. Elle a soumis, confidentiellement un projet de document d'enregistrement (Form F-1)…