En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 867.97 PTS
+1.29 %
4 844.5
+0.97 %
SBF 120 PTS
3 854.03
+0.88 %
DAX PTS
10 840.11
+0.55 %
Dowjones PTS
24 370.24
-0.22 %
6 704.24
+0.00 %
1.132
+0.03 %

Face à la Chine, Trump tente une offensive inédite aux résultats incertains

| AFP | 356 | Aucun vote sur cette news
Donald Trump et Xi Jinping le 7 novembre 2017 à Pékin
Donald Trump et Xi Jinping le 7 novembre 2017 à Pékin ( NICOLAS ASFOURI / AFP/Archives )

Comme un parfum de guerre froide? Face à la Chine, les États-Unis de Donald Trump ont lancé une offensive frontale sur tous les fronts, jamais tentée auparavant, mais dont l'issue reste incertaine.

La scène se passe aux Nations unies. Comme chaque année en septembre, un petit déjeuner réunit les cinq membres permanents du Conseil de sécurité. "C'était glacial", raconte un témoin, décrivant "une diatribe terrible" du chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo contre Pékin, "une confrontation globale, dense", et une réponse tout aussi "violente" de son homologue chinois Wang Yi.

La charge, dans ce huis clos d'ordinaire feutré, préfigure un discours, public celui-là, prononcé le 4 octobre par le vice-président Mike Pence.

Compétition commerciale déloyale, expansionnisme diplomatique et militaire notamment en mer de Chine du Sud, atteintes massives aux libertés publiques et aux minorités religieuses... Dans ce réquisitoire d'une dureté inédite, tout y passe. Jusqu'à cette étonnante accusation d'ingérence électorale pour se débarrasser du président Trump.

"La Chine n'avait jamais été attaquée publiquement de cette manière auparavant", dans "une attaque frontale tous azimuts", explique à l'AFP Elizabeth Economy, chercheuse au Council on Foreign Relations.

Selon elle, l'approche est "nouvelle" car Washington "met désormais explicitement sur la table tous les défis chinois auxquels sont confrontés les États-Unis et les pays européens".

- Guerre commerciale -

L'administration républicaine "a choisi de suivre une voie différente par rapport aux précédents gouvernements, mettant l'accent sur la pression publique au détriment de la diplomatie", estime aussi Ryan Hass, ancien de la précédente administration démocrate de Barack Obama, aujourd'hui expert à la Brookings Institution.

Des conteneurs venus de Chine dans le port de Long Beach à Los Angeles, le 29 septembre 2018.
Des conteneurs venus de Chine dans le port de Long Beach à Los Angeles, le 29 septembre 2018. ( Mark RALSTON / AFP/Archives )

Les paroles sont accompagnées d'actes: le président Trump a engagé une vraie guerre commerciale, imposant des tarifs douaniers supplémentaires sur 250 milliards de dollars d'importations chinoises et menaçant de nouvelles taxes.

Et d'autres mesures sont annoncées, comme ce tour de vis aux transferts de technologies nucléaires civiles pour lutter contre leur "détournement" à "des fins militaires".

Depuis le dégel des relations avec la Chine de Mao engagé par Richard Nixon en 1972, les États-Unis avaient toujours fait en sorte de maintenir le dialogue, dans l'espoir qu'une plus grande ouverture économique aboutirait à une plus grande ouverture diplomatique et politique. Mais au sein du pouvoir, le choix du bras de fer gagne des partisans.

"Il y a un sentiment général à Washington que la Chine et son économie sont désormais trop importants pour qu'on leur permette de continuer à enfreindre toutes les règles internationales", constate Elizabeth Economy. D'autant que le président chinois Xi Jinping est "porteur d'une Chine très différente sur la scène mondiale, avec une politique étrangère beaucoup plus ambitieuse et expansionniste".

Outre le différend sur la mer de Chine du Sud, deux initiatives réveillent les craintes: les "nouvelles routes de la soie", mégaprojet d'infrastructures pour relier le géant asiatique au reste du monde, et le plan "Made in China 2025" pour en faire un leader technologique.

- Que veut Trump? -

"Les États-Unis ont peur de voir la Chine lui disputer son leadership mondial", explique à l'AFP à Pékin l'universitaire indépendant Hua Po.

Un tel face-à-face entre les deux premières économies de la planète semble ramener les relations internationales plusieurs décennies en arrière.

Pour Hua Po, "Trump veut clairement mener une nouvelle guerre froide" et utilise pour cela tous les outils de la puissance américaine. Il met le paquet pour "gagner un cent mètres, mais la Chine veut disputer un marathon avec les États-Unis".

D'après cet expert, "les Européens n'ont pas particulièrement envie de suivre cette guerre froide de Trump car ils ne considèrent pas que la Chine représente une menace substantielle pour l'Europe comme l'ex-Union soviétique".

Or, les États-Unis seuls ont peu de chances de changer la Chine.

Les présidents américain Donald Trump et chinois Xi Jinping à Pékin le 9 novembre 2017.
Les présidents américain Donald Trump et chinois Xi Jinping à Pékin le 9 novembre 2017. ( Nicolas ASFOURI / AFP/Archives )

"L'administration Trump fait le pari" que son approche va faire évoluer Pékin, car elle pense que la Chine veut "éviter toute confrontation", décrypte Ryan Hass. Mais selon lui, les Chinois "voient peu d'intérêt à accéder aux demandes de Trump sur le commerce ou autres, car cela ne résoudra pas l'origine de la rivalité croissante, à savoir les efforts américains pour contenir la montée en puissance de la Chine".

Reste à savoir ce que veulent vraiment les États-Unis.

Initialement, le président semblait prêt à se satisfaire d'une offre chinoise visant à gonfler les importations de biens américains pour rééquilibrer la balance commerciale – une promesse-clé de sa campagne.

Son entourage semble l'avoir persuadé de passer à une vision plus stratégique pour obtenir un changement en profondeur du comportement chinois. Ce qui s'annonce plus que difficile.

Il n'est pas exclu pour autant que "le président Trump se contente d'un petit succès pour revendiquer une grosse victoire", d'autant qu'il a besoin de l'aide de Pékin pour aboutir à la dénucléarisation nord-coréenne, nuance Elizabeth Economy. Dans ce cas, les tensions retomberaient.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2018

Anne Rigail, jusqu'alors chargée de l’expérience client chez Air France, pourrait prendre la tête de la compagnie française. C’est ce qu’affirme Europe 1. L’annonce en a été faite mardi…

Publié le 12/12/2018

Le titre a stoppé sa correction à l'approche de la zone de support des 102.6 euros avant de rebondir. Il se maintient au-dessus de la ligne de tendance baissière qui a contenu les cours de…

Publié le 12/12/2018

Boeing a livré le premier 787-9 Dreamliner commandé par Royal Air Maroc. Il s’agit du deuxième membre de cette famille d’avions très efficients à rejoindre la flotte marocaine. Ce nouvel…

Publié le 12/12/2018

Orange annonce le versement d’une prime exceptionnelle à tous ses salariés en France dont le salaire brut annuel est inférieur à trente mille euros. Celle-ci sera d’un montant de 1 000 euros…

Publié le 12/12/2018

EOS imaging a annoncé le succès des opérations de règlement-livraison de l'augmentation de capital aux termes desquelles le capital social du spécialiste de l'imagerie médicale est de 261.304,07…