5 349.30 PTS
-0.15 %
5 355.0
+0.10 %
SBF 120 PTS
4 267.01
-0.16 %
DAX PTS
13 103.56
+0.27 %
Dowjones PTS
24 651.74
+0.58 %
6 466.32
+1.20 %
Nikkei PTS
22 553.22
-0.62 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Examen de conscience britannique face à une croissance morose

| AFP | 375 | Aucun vote sur cette news
Le ministre des Finances Philippe Hammond  quitte le 11 Downing Street, à Londres Le 9 octobre 2017
Le ministre des Finances Philippe Hammond quitte le 11 Downing Street, à Londres Le 9 octobre 2017 ( Ben STANSALL / AFP )

L'abaissement brutal des prévisions de croissance du Royaume-Uni quand l'heure de la reprise sonne ailleurs a provoqué un choc dans le pays qui s'interrogeait jeudi: "comment en est-on arrivé là ?".

En pleine incertitude liée au Brexit, l'institut public chargé des prévisions OBR, indépendant du gouvernement, n'attend plus qu'une croissance comprise entre 1,3% et 1,5% jusqu'en 2021.

Le quotidien The Guardian affichait un escargot portant une pièce d'une livre en guise de coquille en Une de son cahier spécial budget de jeudi matin. "La crise de Suez en 1956 fut le moment où le Royaume-Uni se rendit compte qu'il n'était plus aussi puissant qu'avant. Le budget 2017 est son équivalent économique", a commenté sombrement Larry Elliott, éditorialiste économique du journal.

Ces prévisions peu reluisantes contrastent avec le dynamisme affiché par le pays depuis la crise financière de 2008-2009, qui l'avait plongé dans la récession et vidé ses caisses. Et ce alors qu'au même moment les principales économies du continent européen sont portées par une conjoncture meilleure et que le Royaume-Uni se trouve en outre relégué au fond de la classe des pays riches du G7.

Le Brexit a contribué à diminuer les perspectives d'activité pour 2017, 2018 et 2019, avec une inflation qui réduit le pouvoir d'achat des ménages et des entreprises peu enclines à investir tant que l'incertitude demeure sur l’avenir du pays hors de l'Union européenne. Mais au-delà, l'OBR n'a pas intégré l'impact d'une éventuelle absence d'accord entre Londres et Bruxelles, qui provoquerait un séisme commercial.

- Productivité, le mal britannique ? -

"Nous ne savons pas comment vont se terminer" les négociations, a justifié son président, Robert Chote, lors d'une conférence de presse prise d'assaut par les journalistes mercredi après-midi.

Les projections de l'OBR risquent de se traduire par "deux décennies perdues" sans hausse des revenus pour les ménages britanniques, s'est inquiété jeudi le centre de réflexion Institute for Fiscal Studies (IFS).

Brexit: le coût du divorce
Brexit: le coût du divorce ( Gillian HANDYSIDE / AFP )

La principale cause de ces prévisions déprimantes réside en outre dans un autre mal, la productivité, c'est à dire la quantité de richesses produites en moyenne en une heure de travail. L'OBR constate que sa progression n'a jamais retrouvé son rythme d'avant la crise financière.

Les gains de productivité "reviennent à leur niveau d'avant la révolution industrielle", juge l'ex-gouverneur adjoint de la Banque d'Angleterre, Charles Bean, tandis que le think tank Resolution Foundation prévient que cette décennie sera la pire depuis le début du XIXème siècle.

Le chancelier de l'Echiquier Philip Hammond a certes reçu quelques applaudissements pour l'habileté de son budget présenté mercredi: des tours de passe-passe permettent au déficit de ne pas augmenter malgré la croissance morose et quelques largesses et, surtout, les partisans les plus enthousiastes du Brexit ont salué la provision de 3 milliards de livres opérée pour se préparer à l'échec possible des négociations avec Bruxelles.

Mais il a aussi été assailli de questions virulentes jeudi matin dans les médias pour expliquer ce qui n'allait pas dans la productivité britannique, dans une situation de quasi plein emploi.

Le ministre britannique des Finances Philip Hammond dans son bureau, le 21 novembre 2017 à Londres
Le ministre britannique des Finances Philip Hammond dans son bureau, le 21 novembre 2017 à Londres ( Christopher Furlong / POOL/AFP )

"Les entreprises britanniques investissent moins de capital par travailleur que nos concurrents étrangers, nos infrastructures publiques sont moins denses que dans les autres pays européens et notre niveau de formation est inférieur", a-t-il fini par reconnaître sur la BBC Radio 4.

M. Hammond a prévenu qu'il faudrait "une génération" au Royaume-Uni pour redresser la barre en terme de formation, par exemple dans le domaine des mathématiques, le temps que les élèves instruits aujourd'hui arrivent sur le marché du travail.

Pour expliquer le problème, l'OBR a avancé de son côté le nombre élevé d'emplois peu qualifiés, de faibles investissements dans les machines depuis la crise financière et des conditions de crédit ultra-favorables permettant à des entreprises peu compétitives de survivre en s'endettant.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/12/2017

Le conseil d'administration de SoLocal Group a pris acte de la démission de Monica Menghini et a décidé, sur proposition du comité des nominations, de coopter Marie-Christine Levet en qualité…

Publié le 15/12/2017

En prévision de son départ de Wendel le 31 décembre prochain, Frédéric Lemoine a présenté sa démission du conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 31 décembre 2017. En…

Publié le 15/12/2017

André François-Poncet remplace Frédéric Lemoine au Conseil d'administration de Bureau Veritas à compter du 1er janvier 2018   Neuilly-sur-Seine, le 15 décembre…

Publié le 15/12/2017

L'objectif d'Immobilière Dassault est de lancer un projet de restructuration de ce bâtiment

Publié le 15/12/2017

Immobilière Dassault a finalisé l'achat d'un immeuble situé au 16 rue de la Paix, Paris 2ème, dont elle avait annoncé avoir signé une promesse le 23 octobre dernier. Il est rappelé que cet…

CONTENUS SPONSORISÉS