En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 787.27 PTS
-0.54 %
4 773.5
-0.65 %
SBF 120 PTS
3 802.67
-0.76 %
DAX PTS
10 698.27
-0.83 %
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
+0.00 %
1.141
+0.15 %

Evasion fiscale: exit la valise de billets, bienvenue aux schémas sophistiqués

| AFP | 315 | 1 par 1 internautes
L'évasion fiscale
L'évasion fiscale "à la papa" qui traversait la frontière suisse avec une valise de billets est dépassée, remplacée par des schémas plus sophistiqués ( VALERY HACHE / AFP/Archives )

Alors que va s'ouvrir à Paris le procès de la banque UBS, l'évasion fiscale "à la papa" qui traversait la frontière suisse avec une valise de billets est dépassée, remplacée par des schémas plus sophistiqués.

Désormais, la plupart des administrations fiscales nationales ont mis en place l'échange automatique d'informations, censé empêcher les pratiques qui valent à UBS d'être jugée pour "démarchage bancaire illégal" et "blanchiment aggravé de fraude fiscale".

Cet échange d'informations, qui doit encore prendre de l'ampleur pour se généraliser entre tous les pays, devrait permettre à chaque Etat d'être informé sur les comptes de ses ressortissants à l'étranger.

Elaboré au sein de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) pendant une dizaine d'années, dans la foulée de la crise financière de 2008, cette mesure met fin à l'évasion fiscale "à la papa", comme l'ont définie les élus communistes Alain et Eric Bocquet, auteurs du livre "Sans domicile fisc".

"L'image ancienne de l'homme d'affaires qui prenait son attaché case avec des billets et qui allait les mettre sur un compte en Suisse est effectivement révolue", a expliqué à l'AFP Manon Aubry, porte-parole de l'ONG Oxfam France.

"L'évasion fiscale est plus compliquée et plus complexe qu'avant. Paradoxalement, on a peut-être moins de gens qui en font, mais ces méthodes font perdre plus d'argent (aux Etats)", dénonce-t-elle toutefois.

Un point de vue qui n'est pas partagé par Pascal Saint-Amans, directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE.

- Fraude fiscale "marginalisée"

"En termes d'opacité, d'échange de renseignement, on a vraiment changé les choses" avec l'échange automatique d'informations, a-t-il affirmé à l'AFP, convaincu que "la fraude fiscale, qui était auparavant au coeur du réacteur, est désormais maginalisée".

Sous la menace de se retrouver sur la liste noire des paradis fiscaux de l'OCDE, les pays se sont progressivement adaptés aux normes, à l'exception de Trinidad et Tobago, pays caribéen qui est toujours mis à l'index.

Malgré cette avancée, les scandales se sont succédé, révélés principalement par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ), sur les pratiques de grands groupes et de personnalités qui cherchent à déposer leurs revenus là où ils seront moins taxés.

Les "LuxLeaks" en 2014, les "Panama Papers" en 2016 et plus récemment les "Paradise Papers" en novembre 2017 ont mis en cause des personnalités et des entreprises ayant échappé au fisc grâce à des montages financiers complexes.

"Si vous voulez cacher de l'argent aujourd'hui, ce n'est pas tellement des structures sophistiquées qu'il faut mettre en place, mais des structures criminelles", a commenté M. Saint-Amans.

"C'est ça la nouveauté. Aujourd'hui aucune banque suisse n'accepte votre argent", a-t-il assuré, contraignant les évadés fiscaux à passer, selon lui, "du côté obscur", en se rendant coupable de délits.

Pour Mme Aubry, en revanche, le problème, ce ne sont plus les particuliers, mais les groupes internationaux qui procèdent à +l'optimisation fiscale+, en clair qui réduisent leurs impôts grâce à des montages comptables sophistiqués, parfois parfaitement légaux.

"Derrière les progrès affichés dans la lutte contre la fraude fiscale des particuliers, nous sommes en train de perdre complètement la bataille de l'évasion fiscale des multinationales", a-t-elle admis.

A chaque scandale, les gouvernements et institutions montent pourtant au créneau, lançant une multitude de propositions pour empêcher ces pratiques.

Le commissaire européen Pierre Moscovici a publié l'an dernier une liste qui comprenait initialement 17 pays, soit beaucoup plus que celle de l'OCDE, mais sans mentionner pour autant les pays de l'Union européenne souvent pointés du doigt pour leurs régimes fiscaux avantageux, comme le Luxembourg ou les Pays-Bas.

Depuis, cette liste a été réduite et ne compte plus que sept pays: Guam, la Namibie, Palaos, les Samoa, les Samoa américaines et Trinité-et-Tobago et les îles Vierges des Etats-Unis.

Pour les frères Bocquet, les fraudeurs ont "toujours un temps d'avance". "Ils vont faire attention aux nouvelles règles, mais ils vont ensuite inventer d'autres systèmes", ont-ils assuré.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 1
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 10/12/2018

      Le 10 décembre 2018     Information mensuelle relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social   Article 223-16 du…

Publié le 10/12/2018

Le studio de cinéma français Europacorp a conclu un accord de distribution avec Pathé Films, aux termes duquel trois films produits ou co-produits par Europacorp seront co-distribués pour la…

Publié le 10/12/2018

Au 5 décembre 2018, la construction de l'infrastructure complémentaire sur l'usine de Dieu Merci a d'ores et déjà atteint les deux tiers du programme

Publié le 10/12/2018

  Information relative au nombre d'actions et de droits de vote prévue par l'article 223-16 du règlement général de l'Autorité des marchés…

Publié le 10/12/2018

Alstom a été choisi par Mumbai Metro Rail Corporation Limited (MMRCL) pour fournir un système de signalisation CBTC destiné à la ligne 3 du Métro de Mumbai (Inde). Le contrat, qui s'ajoute à…