5 281.58 PTS
+1.13 %
5 278.5
+1.14 %
SBF 120 PTS
4 231.68
+1.11 %
DAX PTS
12 451.96
+0.86 %
Dowjones PTS
25 219.38
+0.08 %
6 770.66
-0.36 %
Nikkei PTS
21 720.25
+1.19 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Etats-Unis : un mini-krach, un rebond, et maintenant ?

| Boursier | 158 | Aucun vote sur cette news

Wall Street est attendu en déclin avant bourse ce mercredi, confirmant le retour de la volatilité...

Etats-Unis : un mini-krach, un rebond, et maintenant ?
Credits Reuters

Wall Street est attendu en déclin avant bourse ce mercredi, confirmant le retour de la volatilité. Le S&P500 et le Nasdaq sont orientés en retrait de 0,5% en pré-séance. Après le 'mini-krach' de la journée de lundi, les principaux indices boursiers américains ont surpris en vive hausse hier soir, le DJIA se reprenant de 2,33% à 24.913 pts et le Nasdaq progressant de 2,13% à 7.116 pts.

Wall Street avait connu une séance noire lundi. En séance lundi soir, le Dow Jones, indice historique américain, avait même perdu jusqu'à 1.597 points, plus forte baisse jamais enregistrée par l'indice en séance. Le DJIA avait finalement clôturé en déclin de 4,6%, soit 1.175 points, à 24.346 pts. Le Nasdaq avait décroché pour sa part de 3,78% à 6.967 pts.

Les opérateurs s'interrogent désormais concernant la suite des événements, après deux séances sous haute tension, puis un rebond brutal hier mardi.

L'inquiétude majeure des marchés concerne la remontée des taux outre-Atlantique, certains spécialistes craignant un rythme plus rapide que prévu. Quatre hausses seraient ainsi envisageables cette année, selon certains économistes, même si la majeure partie anticipe toujours trois tours de vis en 2018.

Les ventes avaient débuté vendredi à Wall Street, après la publication du rapport mensuel sur la situation de l'emploi américain. Les chiffres de l'emploi aux États-Unis avaient fait ressortir 200.000 créations de postes en janvier (contre 175.000 à 180.000 attendus) et montré un marché du travail américain de plus en plus tendu. Le salaire horaire moyen a ainsi augmenté de 2,9% sur un an en janvier, soit le rythme plus rapide depuis juin 2009. Le consensus tablait sur une hausse limitée à 2,6%. Les rendements obligataires s'étaient alors fortement redressés, sur des craintes de poussée de l'inflation et de remontée du taux des 'fed funds'.

Avant-hier, Jerome Powell a officiellement été intronisé à la tête de la Fed, prenant la succession de Janet Yellen. Powell a exprimé le voeu d'un politique monétaire restant dans la continuité de celle de Yellen. Néanmoins, la tâche sera délicate pour Powell, qui devra ménager les investisseurs, alors que plusieurs catégories d'actifs semblent actuellement très bien payées.

Plusieurs membres de la Fed (Robert Kaplan de la Fed de Dallas, John Williams de San Francisco, Charles Evans de Chicago et William Dudley de New York) s'exprimeront par ailleurs ce jour, ce qui permettra peut-être d'y voir plus clair au sujet de la politique future.

Le rapport hebdomadaire du Département américain à l'énergie concernant les stocks pétroliers domestiques, pour la semaine close au 2 février, sera annoncé à 16h30. Les chiffres du crédit US à la consommation pour le mois de décembre seront connus à 21 heures.

Carlyle, Cognizant, Hasbro, Humana, Michael Kors ou IntercontinentalExchange, publient leurs comptes avant bourse ce jour à Wall Street. Allstate, Zynga, Yelp, Yum China, XPO Logistics, Twenty-First Century Fox, Tesla et Take-Two Interactive, annoncent ce soir.

Snap Inc s'enflamme de 21% avant bourse à Wall Street, au lendemain des trimestriels. Walt Disney s'accorde 1%, après avoir battu le consensus de profit.

LES VALEURS

Walt Disney a publié ses résultats du premier trimestre fiscal 2018. Les bénéfices s'élèvent à 4,42 Mds$ (2,91$ par action), contre 2,48 Mds$ (1,55$ par action) il y a un an. En base ajustée, sans prendre en compte la réforme fiscale américaine, le bénéfice par action ressort à 1,89$, contre 1,55$ un an plus tôt. Les revenus s'affichent à 15,35 Mds$, contre 14,8 Mds$ un an avant. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,61$, pour des revenus de 15,5 Mds$. Les revenus Media Networks sont stables à 6,24 Mds$, tandis que les revenus Parks and Resorts grimpent de 13% en glissement annuel à 5,15 Mds$.

Snap, maison-mère de Snapchat, a présenté ses comptes du quatrième trimestre. Les revenus grimpent de 72% en glissement annuel, à 285,7 M$. La perte nette ressort à 349,9 M$ (0,28$ par action), contre une perte de 169,9 M$ (0,20$ par action) un an avant. En base ajustée, la perte par action est de 0,13$. Les analystes anticipaient en moyenne une perte par action trimestrielle de 0,15$, pour des revenus de 255 M$. Le nombre d'utilisateurs actifs quotidiens ressort à 8,9 millions sur la période, en hausse de 5% en séquentiel et de 18% en glissement annuel.

Gilead Sciences a dévoilé ses comptes du quatrième trimestre. La perte ressort à 3,87 Mds$ (2,96$ par action), contre un bénéfice de 3,11 Mds$ (2,34$ par action) un an avant. En base ajustée, sans prendre en compte la réforme fiscale US, le bénéfice par action s'élève à 1,78$, contre 2,70$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus sont de 5,95 Mds$, contre 7,32 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,67$, pour des revenus de 5,71 Mds$. Sur le nouvel exercice, le groupe vise des ventes comprises entre 20 et 21 Mds$, contre 25,7 Mds$ en 2017 et 22 Mds$ de consensus.

GameStop a annoncé la nomination, effective immédiatement, de Michael K. Mauler au poste de CEO. Michael K. Mauler, qui travaille au sein du groupe depuis plus de 16 ans et qui était récemment Executive Vice President et President of International, rejoint également le conseil d'administration. L'ancien CEO J. Paul Raines a quitté ses fonctions pour des raisons médicales.

Microchip Technology a dévoilé ses comptes du troisième trimestre fiscal. La perte nette ressort à 251 M$ (1,07$ par action), contre un bénéfice de107 M$ (0,46$ par action) un an avant. En base ajustée, sans prendre en compte la réforme fiscale, le bénéfice par action s'élève à 1,36$. Les revenus s'élèvent à 994 M$, contre 834 M$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,35$, pour des revenus de 992 M$. Sur le T4 fiscal, le groupe vise un bpa compris entre 1,30 et 1,39$, pour des revenus logés entre 964,4 M$ et 1 Md$.

Hasbro a publié ses comptes du quatrième trimestre. La perte nette ressort à 5,3 M$ (0,04$ par action), contre un bénéfice de 192,7 M$ (1,52$ par action) un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action s'élève à 2,30$, contre 1,64$ un an plus tôt. Les revenus baissent de 1,8% en glissement annuel, à 1,60 Md$. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 1,81$, pour des revenus de 1,72 Md$.

Humana a présenté ses comptes du quatrième trimestre. Les bénéfices sont de 490 M$ (1,29$ par action), contre une perte de 486 M$ (2,68$ par action) un an avant. Le bpa ajusté ressort à 2,06$, contre 2,34$ sur la même période de l'exercice précédent. Les revenus s'élèvent à 13,19 Mds$, contre 12,88 Mds$ un an plus tôt. Les analystes anticipaient en moyenne un bpa trimestriel de 2$, pour des revenus de 13,2 Mds$. Sur 2018, le groupe vise un bpa compris entre 13,5 et 14$, contre 11,71$ en 2017.

Match Group a publié ses comptes du quatrième trimestre. Les revenus montent de 28% à 378,9 M$. La perte nette ressort à 9 M$, contre un bénéfice de 112,9 M$ un an avant. En base ajustée, le bénéfice par action recule de 38% à 0,18$. Le nombre d'abonnés grimpe de 24% en glissement annuel, à 7,04 millions. Le nombre d'abonnés à Tinder dépasse pour la première fois les 3 millions (+1,5 million par rapport à l'an dernier). Les analystes anticipaient en moyenne un bénéfice par action de 0,31$, pour des revenus de 362 M$.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/02/2018

Le Premier ministre, qui visitait vendredi une usine L'Oréal, n'est pas inquiet après l'annonce par Nestlé de la non reconduction du pacte d'actionnaires qui le lie à la famille Bettencourt…

Publié le 16/02/2018

Le Gabon a annoncé vendredi la réquisition de la SEEG, filiale eau et électricité du groupe français, ainsi que son intention de résilier son contrat de concession.

Publié le 16/02/2018

Le désaccord concernant les conditions de diffusion des chaînes de TF1 sur le réseau d'Orange se poursuit. Orange a annulé des campagnes publicitaires prévues sur TF1...

Publié le 16/02/2018

SOFRAGI Société Française de Gestion et d'Investissement   SA au  Capital de 3.100.000 euros Siège Social : 37, avenue des Champs Elysées - 75008…

Publié le 16/02/2018

      CASINO, GUICHARD-PERRACHON Société anonyme au capital de 169 825 403,88 EUR Siège social : 1, Cours Antoine Guichard 42000…

CONTENUS SPONSORISÉS