Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 766.51 PTS
+0.8 %
6 757.50
+0.73 %
SBF 120 PTS
5 296.93
+0.8 %
DAX PTS
15 757.06
+1.01 %
Dow Jones PTS
35 756.88
+0.04 %
15 559.49
+0.29 %
1.160
-0.11 %

Etats-Unis : les taux se tendent, le "tapering" de la Fed approche

| Boursier | 899 | 3.50 par 2 internautes

La Réserve fédérale fait face au défi de réduire son soutien, et in fine de relever ses taux directeurs (actuellement proches de zéro), sans pour autant provoquer une panique boursière susceptible de peser sur la reprise économique mondiale.

Etats-Unis : les taux se tendent, le "tapering" de la Fed approche
Credits Reuters

Les taux souverains se sont nettement tendus sur les marchés obligataires américains et européens depuis les dernières réunions de la BCE et de la Fed, qui se placent désormais dans l'optique d'une normalisation de leurs politiques monétaires, après 18 mois de crise sanitaire qui ont nécessité des mesures exceptionnelles de soutien.

La reprise économique mondiale est en bonne voie, et la pandémie de coronavirus semble désormais mieux contrôlée grâce à l'avancée des programmes de vaccination. Néanmoins, des rebonds épidémiques localisés entraînent des perturbations dans les chaînes d'approvisionnement, des pénuries et des hausses de prix qui inquiètent les marchés financiers, qui craignent le retour d'une inflation durable.

Les taux à 10 ans remontent à 1,5% aux Etats-Unis

Lundi, le rendement de l'emprunt d'Etat américain (T-Bond) à 10 ans a grimpé en séance jusqu'à 1,51%, contre 1,45% vendredi et 1,3% avant les annonces de la Fed du 22 septembre, remontant au plus haut depuis juin. Les taux américain à 30 ans se sont tendus jusqu'à 2,04% en séance, contre 1,84% il y a une semaine.

En Europe, le rendement du Bund allemand à 10 ans a fini lundi à -0,22% (+1 pb), là aussi dans l'anticipation de politiques monétaires moins accommodantes des deux côtés de l'Atlantique. Avant la réunion de la BCE du 9 septembre, ce taux évoluait autour de -0,32%.

La Réserve fédérale et la BCE font face au défi de réduire leur soutien, et in fine de relever leurs taux directeurs (actuellement proches de zéro), sans pour autant provoquer une panique boursière susceptible de peser sur la reprise économique. Lundi, trois responsables de la banque centrale américaine se sont exprimés en public, et se sont montrés plutôt "colombes" que "faucons", suggérant un approche graduelle et prudente dans la normalisation de la politique monétaire outr-Atlantique.

La Fed promet aux marchés une approche graduelle

Ces responsables ont globalement confirmé les propos du président de la Fed, Jerome Powell, le 22 septembre, à savoir que l'institution se prépare à réduire ses achats d'actifs, sans doute avant la fin de l'année, mais qu'elle agira avec discernement et graduellement, en tenant compte de l'évolution de l'emploi et de l'inflation.

Ainsi, Charles Evans, président de la Fed de Chicago, a déclaré qu'il s'inquiétait davantage d'une inflation trop faible que trop élevée, malgré la hausse des prix constatée à court terme. Il a néanmoins estimé que l'économie américaine était proche des conditions requises pour le "tapering", c'est à dire la réduction de ses achats d'actifs, actuellement logés à 120 milliards de dollars par mois. "Je considère que l'économie est sur le point d'atteindre la norme de 'progrès supplémentaires substantiels' que nous avons définie en décembre dernier", a ainsi déclaré M. Evans, qui n'anticipe en revanche pas de première hausse des taux directeurs avant 2023.

De son côté, John Williams, président de la Fed de New York a estimé que l'inflation devrait redescendre autour de 2% en 2022. Tout en notant la "solide dynamique" de reprise économique, il a estimé qu'"une reprise complète prendra du temps". M. Williams a souligné que la résurgence des cas de Covid "affecte les dépenses de consommation et l'emploi, entretient les goulets d'étranglement dans des secteurs tels que l'automobile et retarde la réouverture complète du secteur des services".

Enfin, Lael Brainard, gouverneure de la Fed, a elle aussi estimé que le marché de l'emploi américain approchait du niveau d'amélioration qui justifierait bientôt la baisse du montant des achats d'actifs de la Fed. Elle a aussi reconnu que la crise du Covid-19 pourrait augmenter les risques inflationnistes. Mme Brainard a aussi exhorté les élus américains à voterun relèvement du plafond de la dette, mettant en garde contre "une réaction extrêmement forte" des marchés financiers en cas de défaut des Etats-Unis sur leur dette...

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3.50
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 26/10/2021

Ce programme lancé par Paulic Meunerie, en partenariat avec UniLaSalle, vise à améliorer la signature nutritionnelle globale des farines de blé Qualista...

Publié le 26/10/2021

Kerlink accompagne Sensgreen dans le déploiement de solutions répondant aux exigences de gestion de la qualité de l'air des bâtiments au Moyen-Orient et en Asie...

Publié le 26/10/2021

Richard Vacher Detournière a décidé de se saisir d'autres opportunités professionnelles...

Publié le 26/10/2021

5 ME de liquidités pour Memscap...

Publié le 26/10/2021

Les comptes de Ucar traduisent un retour à une trajectoire de rentabilité grâce à une reprise des activités du Groupe en 2021...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne