5 427.19 PTS
+0.75 %
5 423.5
+0.69 %
SBF 120 PTS
4 324.77
+0.69 %
DAX PTS
13 183.53
+0.46 %
Dowjones PTS
24 531.79
+0.60 %
6 390.67
-0.05 %
Nikkei PTS
22 866.17
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Etats-Unis: pas de section syndicale chez Nissan dans le Mississippi

| AFP | 205 | Aucun vote sur cette news
Une majorité des salariés d'une usine Nissan dans le sud des Etats-Unis contre l'ouverture d'une section syndicale
Une majorité des salariés d'une usine Nissan dans le sud des Etats-Unis contre l'ouverture d'une section syndicale ( JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

Le constructeur automobile japonais Nissan a mis en échec une tentative du syndicat du secteur automobile américain UAW de s'implanter dans une usine du Mississippi (sud) après un conflit qui a révélé les divisions politiques et raciales qui frappent les Etats-Unis.

Lors d'un scrutin organisé jeudi et vendredi, environ 60% des quelque 3.400 travailleurs autorisés à y participer ont rejeté l'ouverture d'une section syndicale sur le site de Canton, selon les résultats diffusés par le National Labor Relations Board (NLRB), l'autorité fédérale en charge des relations sociales. Environ 3.000 employés à temps partiel et temporaires de l'usine n'étaient pas autorisés à se prononcer.

L'usine, où 80% des ouvriers sont noirs, est située dans l'une des régions les plus pauvres des Etats-Unis.

Les salariés favorables à l'ouverture d'une section syndicale sur le site ont promis de continuer leur combat. L'UAW (United Auto Workers) a accusé Nissan d'avoir mené une féroce campagne anti-syndicats.

Le constructeur, allié au groupe automobile français Renault, a estimé que ce résultat "place Nissan en position concurrentielle pour l'avenir". Dans un communiqué, il a appelé l'UAW à cesser de vouloir syndicaliser les salariés du site.

- 'Ce n'est pas fini'-

"Ce n'est pas fini", a rétorqué Michael Carter, l'un des employés qui soutenait la création d'une section syndicale, devant plus d'une centaine d'autres partisans de cette initiative réunis après l'annonce des résultats. "Nous n'abandonnons jamais", a-t-il ajouté.

Le président de l'UAW Dennis Williams a concédé un revers pour les travailleurs mais refusé de parler de défaite, accusant "Nissan et ses alliés anti-travailleurs" d'avoir usé de manoeuvres "odieuses" pour semer "la peur, la désinformation et l'intimidation".

Nissan a démenti des accusations selon lesquelles il aurait menacé de licencier des salariés en raison de leurs activités syndicales ou de fermer l'usine si les travailleurs votaient pour la création d'une section syndicale.

Un représentant de l'UAW, Gary Casteel, avait déclaré en juillet que Nissan "mène une des plus agressives campagnes anti-syndicats qu'on ait jamais vue dans l'historie moderne américaine".

Les syndicats se battent depuis de nombreuses années pour s'implanter dans les usines du sud où les constructeurs essentiellement étrangers recherchent des salaires plus bas et une main d'oeuvre moins syndicalisée que dans la région des Grands Lacs (nord-est) considérée comme le berceau de l'automobile aux Etats-Unis. L'UAW tente ainsi, sans succès jusqu'à présent, de créer une section dans une usine de l'Allemand Volkswagen dans le Tennessee.

L'usine Nissan, qui alimente jusqu'à 25.000 emplois indirects dans le Mississippi, est située dans l'une des régions les plus pauvres d'un des Etats les plus pauvres des Etats-Unis.

Plus des deux-tiers des 711.000 habitants de cette circonscription sont noirs et pour la majorité descendants d'esclaves dans une région où l'activité principale reste la culture du coton. La mécanisation de cette activité a accru la pauvreté et les opportunités économiques sont faibles tout comme l'accès à l'éducation.

- Pro et anti-syndicats -

Connue sous le nom du "Delta", cette région est aussi la source du Blues et l'UAW a joué sur la corde raciale et de l'émancipation des noirs pour défendre sa cause auprès d'une communauté qui a profité de l'emploi et des salaires relativement élevés offerts par l'implantation de Nissan en 2003.

Du fait de l'alliance Renault-Nissan, des parlementaires français avaient manifesté devant l'usine en faveur de l'UAW, ainsi que l'ex-candidat à la primaire démocrate lors de la présidentielle Bernie Sanders.

Mais le syndicat et Donald Trump se sont aussi récemment rapprochés autour de la volonté du président républicain de faire revenir les emplois dans le secteur automobile partis à l'étranger, notamment au Mexique.

Les pro-syndicats de l'usine avaient battu le rappel de leurs partisans jeudi à l'ouverture du vote tandis que leurs adversaires s'exprimaient sur la radio locale et les réseaux sociaux.

Les anti-syndicats assurent que la présence de l'UAW a conduit à la fermeture d'autres usines automobiles ailleurs et que le syndicat a utilisé ses ressources pour soutenir des candidats "libéraux" comme Hillary Clinton, battue par Donald Trump lors de l'élection présidentielle de novembre 2016.

La présence de l'usine et ses 6.400 employés au total a apporté une prospérité importante à la région, selon Nissan.

Avant le vote, Harley Shaiken, expert en relations sociales à l'université de California-Berkeley, avait estimé qu'un échec du syndicat ne signerait pas forcément la fin de ses efforts: "je sais que le syndicat va s'accrocher. Ils ont réussi à bâtir un véritable mouvement social autour de l'usine".

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 12/12/2017

Résultats des Trophées de l'Entrepreneur en Santé à l'occasion de la présentation du Panorama France Heath Tech 2017...

Publié le 12/12/2017

GAUMONT       Informations relatives au nombre total de droits de vote et d'actions du capital social prévues par l'article L. 233-8-II du code de…

Publié le 12/12/2017

La finalisation de la transaction pourrait intervenir dans le courant du 1er semestre 2018...

Publié le 12/12/2017

Les actions émises au prix de 46,55 euros porteront jouissance immédiate, et feront l'objet d'une demande d'admission à la cotation sur Euronext Paris...

Publié le 12/12/2017

L'évènement se tiendra le 19 décembre 2017...

CONTENUS SPONSORISÉS