En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 922.35 PTS
+0.36 %
5 923.00
+0.37 %
SBF 120 PTS
4 655.75
+0.33 %
DAX PTS
13 209.75
+0.22 %
Dow Jones PTS
27 781.96
-0.01 %
8 257.83
+0. %
1.103
+0.09 %

Etats-Unis: les grands laboratoires en procès pour la crise des opiacés

| AFP | 368 | Aucun vote sur cette news
Un agent de l'agence américaine de lutte contre la drogue (DEA) examine des médicaments confisqués contenant du fentanyl, le 8 octobre 2019 dans un laboratoire de New York
Un agent de l'agence américaine de lutte contre la drogue (DEA) examine des médicaments confisqués contenant du fentanyl, le 8 octobre 2019 dans un laboratoire de New York ( Don Emmert / AFP )

Des milliards de dollars sont en jeu: un procès retentissant va s'ouvrir lundi à Cleveland avec plusieurs géants pharmaceutiques sur le banc des prévenus, accusés d'avoir attisé la crise des opiacés et ses dizaines de morts par overdose chaque jour aux Etats-Unis.

Après l'échec vendredi d'une tentative de conciliation de dernière minute entre les grands distributeurs et les plaignants, ce procès pourrait être le plus dramatique et coûteux qu'ait connu le pays depuis celui contre les compagnies de tabac dans les années 1990. A l'époque, il avait été prouvé que les géants du secteur avaient cyniquement dissimulé les dangers de la cigarette pour faire davantage de profits.

De la même manière, la plainte dans ce premier procès fédéral relatif à la crise des opiacés affirme que producteurs et distributeurs étaient tout à fait conscients des dangers que représentaient leurs antidouleurs, notamment le fentanyl, cinquante fois plus puissants que l'héroïne et donc puissamment addictifs, avec lesquels ils ont inondé le marché ces 15 dernières années. Ignorant les signaux d'alarme, ils en ont tiré des profits faramineux.

La procès devant un tribunal fédéral de Cleveland, dans l'Etat de l'Ohio (nord), rassemble 2.300 plaignants, des Etats, des comtés, des municipalités ainsi que des tribus indiennes. En face, quelques-uns des géants mondiaux de la distribution de médicaments: Cardinal Health, Amerisource Bergen et McKesson Corp, le fabricant israélien de médicaments génériques Teva, la chaîne de pharmacies Walgreen Boots Alliance, ainsi qu'un petit distributeur de l'Ohio, Henry Schein.

Bébés nés accros

Le laboratoire Johnson & Johnson a de son côté négocié un accord amiable de 20,4 millions de dollars avec deux comtés de l'Ohio qui font partie des 2.300 plaignants. En août, la firme avait déjà reçu l'ordre de payer 572 millions de dollars à l'Oklahoma pour compenser les dépenses que cet Etat du centre du pays a dû engager pour faire face à la crise des opiacés.

L'addiction mortelle des Américains aux opiacés
L'addiction mortelle des Américains aux opiacés ( Gal ROMA / AFP )

Le juge fédéral Dan Polster a fait pression pendant des mois pour qu'un accord amiable soit trouvé, espérant pouvoir éviter le long et douloureux procès qui s'ouvre lundi. Mais les parties n'ont pas pu parvenir à un accord, sur une base proposée de 48 milliards de dollars, dont 18 milliards en liquide, après une dernière rencontre vendredi entre les représentants des six entreprises accusées et les avocats des plaignants.

Quatre Etats étaient favorables à l'accord de règlement proposé. Mais d'autres, ainsi que de nombreux petits plaignants, n'étaient pas satisfaits du montant total ni de la partie distribuée en cash notamment.

Les quatre Etats voulaient ainsi que l'argent leur soit versé dans leur budget général, qu'il pourraient ensuite utiliser comme bon leur semble. Mais les autres Etats et les municipalités veulent que les fonds leur soient versés pour permettre de traiter directement les conséquences de la crise: pour financer des systèmes de santé et de sécurité sociale surchargés, permettre à des familles endettées en raison de l'addiction de certains de leurs membres de se remettre à flot, de soigner des bébés nés déjà accros aux antidouleurs...

400.000 décès

"Tous les experts ayant étudié ce problème estiment que notre pays sera confronté aux retombées de ce type de drogues pendant des années", a souligné la semaine passée le procureur général de l'Ohio, Dave Yost. "Tout l'argent récupéré doit être utilisé pour régler ce problème et ne doit pas être utilisé à autre chose".

Les pompiers aident une femme victime d'une overdose de médicaments le 14 juillet 2017 à Rockford, dans l'Illinois
Les pompiers aident une femme victime d'une overdose de médicaments le 14 juillet 2017 à Rockford, dans l'Illinois ( SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP/Archives )

Le montant de l'accord n'aurait représenté qu'une partie du coût réel de cette épidémie des opiacés, qui a provoqué la mort de 400.000 personnes entre 1999 et 2018 et fait encore plus de 130 morts par jour. Une étude publiée la semaine passée a estimé que la crise avait coûté au moins 631 milliards de dollars entre 2015 et 2018. Pour cette année seulement, des montants de 172 à 214 milliards de dollars sont évoqués.

Cependant, les communautés subissent souvent une intense pression financière et ne veulent pas passer des années à se battre devant les tribunaux: cela donne aux laboratoires et distributeurs un premier élément sur lequel s'appuyer.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/11/2019

L'équipementier automobile Akwel grimpe de plus de 4% ce vendredi, pour retrouver la barre des 20 euros, après avoir fait part d'un chiffre d'affaires...

Publié le 15/11/2019

2CRSi grimpe de plus de 3% sur les 4 euros ce vendredi, après l'acquisition de Boston Limited, référence mondiale dans l'intégration, le marketing et...

Publié le 15/11/2019

Alibaba, le colosse chinois du e-commerce déjà coté à Wall Street, veut s'introduire en bourse de Hong Kong et y lever jusqu'à 13,4 milliards de...

Publié le 15/11/2019

Vallourec chute de plus de 7% à 2,41 euros malgré des résultats trimestriels en amélioration. Les investisseurs prennent prétexte de l'absence de prévisions chiffrées pour prendre leurs…

Publié le 15/11/2019

Après les bons chiffres à fin septembre