Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
7 167.71 PTS
-0.07 %
7 147.00
-0.35 %
SBF 120 PTS
5 537.43
-0.36 %
DAX PTS
15 801.65
-0.05 %
Dow Jones PTS
35 028.65
-0.96 %
15 047.84
-1.07 %
1.134
+0.03 %

Etats-Unis : la Fed se décide à lutter contre l'inflation

| Boursier | 235 | 4 par 1 internautes

Une majorité de 10 responsables de la Fed sur 18 envisagent désormais que le taux des "fed funds" se situera entre 0,75% et 1% fin 2022, contre 0%-0,25% actuellement.

Etats-Unis : la Fed se décide à lutter contre l'inflation
Credits Reuters

Après avoir longtemps estimé que l'inflation qui a accompagné la crise du coronavirus était phénomène "transitoire", la Réserve fédérale américaine a changé son fusil d'épaule, mercredi, annonçant la fin anticipée de ses achats d'actifs massifs dès mars 2022, et envisage désormais trois hausses de taux d'un quart de points l'an prochain, pour porter le taux des "fed funds" entre 0,75% et 1%.

Lors de sa conférence de presse, à l'issue d'une réunion de politique monétaire de deux jours, le président de la Fed Jerome Powell a refusé de se prononcer sur le calendrier d'une hausse des taux. Mais le délai entre la fin des rachats d'actifs, prévue en mars, et la remontée des taux (maintenus mercredi proches de zéro) risque d'être court.

Un réel risque d'inflation plus persistante

"Aujourd'hui, l'économie est si forte, nous sommes proches du plein emploi. Nous prendrons la décision lors des prochaines réunions, mais il n'y a pas besoin d'attendre longtemps", a-t-il ainsi affirmé.

"Il y a maintenant un réel risque que l'inflation soit plus persistante" a ajouté le patron de la Fed, qui vient d'être nommé pour un second mandat de 4 ans par Joe Biden. "Je pense que nous sommes en mesure de faire face à ce risque. Nous sommes prêts à employer nos outils", a-t-il assuré.

Le taux des "fed funds" attendu entre 0,75% et 1% fin 2022

Le comité de politique monétaire (FOMC) de la Fed a donc décidé mercredi d'accélérer le rythme de réduction de ses rachats d'actifs, qui atteindra 30 milliards de dollars par mois (au lieu 15 Mds$ jusqu'ici), en vue de mettre fin à ce programme dès mars. En 2020, en pleine récession causée par le Covid-19, la Fed avait décidé d'intervenir sur les marchés pour garantir le bon fonctionnement du marché de la dette, et s'est mise à racheter jusqu'à 120 Mds$ de titres par mois. En novembre, elle a commencé à réduire la voilure au rythme de 15 Mds$ par mois, et va donc doubler ce montant dès janvier.

Le nouveau "dot plot", le diagramme à points qui montre les prévisions de chaque membre de la Fed en matière de taux révèle qu'une majorité de 10 responsables de la Fed sur 18 envisagent que le taux des "fed funds" se situera entre 0,75% et 1% fin 2022 (contre 0%-0,25% actuellement). Deux autres visent encore plus haut (1%-1,25%), tandis que cinq d'entre eux visent 0,50%-0,75%, et un seul 0,25%-0,5%. La Fed a toutefois maintenu à 2,5% le niveau des taux considéré comme "neutre " à long terme.

La trajectoire médiane du "dot plot" montre un taux des "fed funds" à 0,9% fin 2022, puis 1,6% fin 2023 et 2,1% fin 2024, ce qui implique 3 hausses d'un quart de point en 2022, puis 3 autres en 2023 et deux en 2024.

Une inflation au plus haut depuis 1982 aux Etats-Unis

A noter que le communiqué de la Fed a cessé de décrire l'inflation comme "transitoire", ce que son président Jerome Powell avait déjà fait récemment au vu des derniers chiffres de l'inflation : +6,8% sur un an en novembre, au plus haut depuis 1982 pour l'indice des prix à la consommation. La Fed qualifie désormais l'inflation d'"élevée".

"Avec la hausse des prix, l'économie n'a plus besoin de support supplémentaire", a justifié mercredi Jerome Powell. Il y a deux semaines, lors d'une audition au Sénat , le président de la Fed avait déjà reconnu que le phénomène ne devait plus être considéré comme transitoire.

L'inflation "Core PCE" de retour autour de 2%... en 2024

Par ailleurs, la Fed a revu en baisse ses attentes de croissance du PIB des Etats-Unis pour 2021, à 5,5% (contre +5,9% en septembre), mais se montre un peu plus optimiste pour 2022, avec 4% attendu (contre 3,8% prévu en septembre).

L'inflation dite "core PCE", la mesure favorite de la Fed, a été revue en nette hausse pour 2021 à 4,4% (contre 3,7% en septembre), puis devrait ralentir à 2,7% en 2022 (contre +2,3%) et revenir à 2,3% en 2023 (contre +2,2%), puis à 2,1% en 2024 (pas de changement), proche de l'objectif de 2% de la Fed.

La hausse des prix commence à peser sur la consommation et le moral des ménages américains. Ainsi, les ventes de détail en novembre, publiées mercredi, ont augmenté bien moins que prévu, de 0,3% sur un mois, contre +0,8% attendu par le consensus FactSet, et après un bond de 1,8% en octobre. Hors automobile, les ventes affichent aussi une croissance de 0,3%, contre 0,8% de consensus. Hors automobile et essence, enfin, elles s'apprécient de 0,2% toujours en dessous du consensus, logé à +0,7%.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

Plus que quelques jours pour bénéficier de notre offre Assurance vie

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 janvier 2021 inclus.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/01/2022

Christine Lagarde calme encore une fois le jeu

Publié le 20/01/2022

La séance est mouvementée pour Alstom. Bondissant de plus de 3 % dans les premiers échanges, l’action a rapidement pris le chemin inverse et connu une suspension de cotation en milieu de…

Publié le 20/01/2022

Avec toujours une activité en plein boom...

Publié le 20/01/2022

Partenaire financier d'Europlasma depuis 4 ans, Alpha Blue Ocean, le family office fondé par Pierre Vannineuse, réaffirme "tout son soutien au groupe...

Publié le 20/01/2022

Le chiffre d’affaires de Bourse Direct s’élève à 45,9 millions d’euros en 2021, en croissance de 3,3%. Au cours du quatrième trimestre 2021, il a augmenté de 0,6% à 11,9 millions d’euros…

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne