En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 860.88 PTS
-
5 857.0
-
SBF 120 PTS
4 613.14
-
DAX PTS
13 146.74
+0.58 %
Dow Jones PTS
27 911.30
+0.11 %
8 402.61
+0.58 %
1.113
+0.02 %

Etats-Unis : Jerome Powell ne voit pas de récession à l'horizon

| Boursier | 248 | 4 par 1 internautes

Malgré les risques pesant sur la croissance, le patron de la Fed, qui était auditionné jeudi pour le 2e jour devant le Congrès américain, a réitéré sa vision globalement optimiste pour la croissance américaine, qui vit sa 11ème année d'expansion.

Etats-Unis : Jerome Powell ne voit pas de récession à l'horizon
Credits Joshua Roberts / Reuters

Même si la croissance américaine a ralenti cette année, revenant à un rythme annuel d'environ 2% contre près de 3% en 2018, la Réserve fédérale estime que les Etats-Unis ne courent pas à ce stade le risque de tomber en récession, a affirmé jeudi le président de la banque centrale, Jerome Powell.

Auditionné pour le 2e jour d'affilée devant le Congrès américain, le patron de la Réserve fédérale a répété que la croissance économique était "durable", ajoutant que la Fed ne comptait plus réduire ses taux directeurs, après trois baisses d'un quart de point réalisées depuis juillet dernier.

"L'économie US est dans une position très forte"

"Nous prévoyons la poursuite d'une croissance modérée" a ainsi déclaré M. Powell devant la commission du budget de la chambre des représentants. "L'économie américaine est l'économie star ces derniers temps. Il n'y a pas de raison de penser (...) que la probabilité d'une récession est très élevée à cet instant". "L'économie US est dans une position très forte. Je pense que ses perspectives sont très positives", a-t-il ajouté.

Un peu moins confiant, le président de la Fed de St-Louis, James Bullard (un des membre les plus "colombes" de la Fed) a estimé jeudi de son côté que le "principal risque" pour l'économie américaine était un ralentissement plus prononcé que prévu de la croissance dans les trimestres à venir. M. Bullard s'exprimait devant le Rotary Club of Louisville

Pas d'accumulation généralisée d'endettement

Alors que l'économie américaine est dans sa 11e année consécutive de croissance (la plus longue expansion de son histoire), Jerome Powell a souligné que "nous croissons aux environs de 2%, plus vite qu'aucune autre économie avancée. Il n'y a pas de raison que cela ne continue pas", a estimé le patron de la Fed. Selon lui, les marchés financiers ne sont pas dans une situation dangereuse. Il ne constate ainsi "pas d'accumulation généralisée d'un endettement excessif dans l'économie, qui serait inquiétant du point de vue de la stabilité financière" du pays.

Dans ses dernières projections, faites en septembre, la Fed table sur une croissance du PIB des Etats-Unis de 2% en 2020 et de 1,9% en 2021, des prévisions qui coïncident globalement avec celles de économistes. Selon le consensus compilé par 'Bloomberg', ces derniers prévoient en moyenne une croissance de 1,8% en 2020, puis de 1,9% en 2021.

La Fed surveille les facteurs de risque

Mercredi déjà, devant la commission économique conjointe du Congrès américain, Jerome Powell avait expliqué que son scénario privilégié était celui d'une expansion soutenue de l'activité économique aux Etats-Unis, d'un marché de l'emploi dynamique et d'une inflation proche de l'objectif de 2% de la Fed.

Il avait répété que dans ces conditions, le niveau actuel des taux directeurs (1,50% à 1,75%) paraissait "approprié". Il a reconnu que certaines incertitudes persistent, évoquant des faiblesses à l'international, les tensions commerciales ainsi que l'inflation basse.

"Bien entendu, si des développements émergeaient, remettant en cause de manière significative nos prévisions, nous répondrions de manière appropriée. La politique monétaire ne suit pas une trajectoire prédéterminée", avait nuancé Powell, en appelant également l'administration Trump à ne pas laisser déraper les déficits et la dette des Etats-Unis.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 4
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2019

La Banque Centrale Européenne a notifié l'exigence de capital supplémentaire au titre du Pilier 2 (P2R - Pilier 2 obligatoire) à partir du 1er janvier...

Publié le 11/12/2019

Air France-KLM exploite actuellement une flotte de 159 appareils Airbus...

Publié le 11/12/2019

Le patron de la FAA prévient que la certification de l'appareil n'interviendra pas avant 2020 et non en décembre, comme l'espérait Boeing.

Publié le 11/12/2019

Les fonds provenant des nouveaux titres devraient entrer dans la constitution du capital réglementaire de niveau 1 de Scor...

Publié le 11/12/2019

Ce projet d'environ 160 ME a été livré en 18 mois seulement...