Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 727.52 PTS
-
6 698.50
-0.36 %
SBF 120 PTS
5 259.89
-
DAX PTS
15 587.36
-
Dow Jones PTS
35 294.76
+1.09 %
15 146.92
+0. %
1.157
-0.23 %

Etats-Unis : Janet Yellen prévoit une "calamité" en cas de défaut sur la dette

| Boursier | 582 | Aucun vote sur cette news

La secrétaire américaine au Trésor a estimé mardi devant le Sénat que l'Etat fédéral arrivera au bout de ses ressources financières le 18 octobre prochain, si le Congrès ne relève pas le plafond de la dette US....

Etats-Unis : Janet Yellen prévoit une "calamité" en cas de défaut sur la dette
Credits Reuters

Les investisseurs avaient yeux tournés vers le Sénat américain, mardi, où la secrétaire au Trésor Janet Yellen était auditionnée. Elle a profité de l'occasion pour mettre une nouvelle fois en garde les élus américains contre le risque de défaut des Etats-Unis sur sa dette, un événement inimaginable mais qui serait une "calamité" pour l'économie et les marchés, a prévenu la ministre des Finances.

Elle a estimé que l'Etat fédéral arrivera au bout de ses ressources financières le 18 octobre prochain, et a appelé le Congrès à voter rapidement un relèvement ou une suspension du plafond de la dette fédérale afin de permettre la poursuite du financement des services de l'Etat. Dans le cas contraire, "je pense qu'il y aurait une crise financière et une calamité", a-t-elle prévenu.

Mme Yellen a déclaré aux législateurs qu'un non relèvement du plafond de la dette risquerait de "saper la confiance" des investisseurs dans le rôle de devise de référence du dollar américain. Elle a souligné que les taux d'intérêts augmenteraient renchérissant le crédit immobilier pour les Américains ordinaires, ainsi que les autres crédits (automobile, cartes de crédit...)

La secrétaire au Trésor avait déjà écrit aux législateurs le 8 septembre pour les presser d'agir, et le 17 septembre, la Maison Blanche avait elle aussi prévenu d'un risque de nouvelle récession et de turbulences boursières en cas de défaillance des Etats-Unis sur sa dette.

Un "shutdown" possible à partir de vendredi

Pour l'instant, Démocrates et Républicains sont à couteaux tirés au sujet du budget fédéral et du vaste plan d'investissement soutenu par le président Joe Biden. Les deux partis ne parviennent pas à s'accorder, et les Démocrates sont en outre déchirés par des querelles internes, faisant craindre aux marchés un accident de parcours... Si aucun texte n'est voté avant ce jeudi 30 septembre à minuit, dernier jour de l'exercice fiscal des Etats-Unis, cela entraînera une fermeture des services non essentiels de l'Etat ("shutdown").

En 2011, lors d'un précédent bras de fer sur la dette, qui avait amené les agences de notation financière à priver les Etats-Unis de sa note "Triple A", l'indice S&P 500 avait plongé de 17%... En 2013 et en 2019, lors de "shutdowns" (fermeture des services fédéraux non essentiels) liés à de nouveaux affrontements politiques sur la dette, la Bourse avait aussi flanché, mais dans une moindre mesure.

Le président de la Réserve fédérale américaine Jerome Powell avait lui aussi appelé le Congrès à relever le plafond de la dette US. Lors de sa conférence de presse le 22 septembre, M. Powell avait prévenu que la banque centrale serait incapable de maîtriser le chaos qui serait engendré par un défaut des Etats-Unis sur leur dette... "Je pense que nous sommes tous d'accord pour dire que les Etats-Unis ne devraient faire défaut sur aucune de leurs obligations... et que personne ne devrait penser que la Fed ou qui que ce soit d'autre serait capable de protéger les marchés ou l'économie si un tel défaut se produisait", a prévenu M. Powell.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2021

Solutions 30 poursuit son développement en outre-mer...

Publié le 18/10/2021

Valneva a annoncé aujourd’hui des résultats initiaux positifs pour l’essai pivot de Phase 3 Cov-Compare de son candidat vaccin inactivé et adjuvanté contre la Covid-19, VLA2001. Ce…

Publié le 18/10/2021

Stellantis et LG Energy Solution ont signé un protocole d'accord pour la production de cellules et de modules de batteries en Amérique du Nord...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne