En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 049.38 PTS
+2.49 %
5 009.50
+2.12 %
SBF 120 PTS
3 973.24
+2.42 %
DAX PTS
12 608.46
+2.84 %
Dow Jones PTS
25 827.36
+0.36 %
10 341.89
+0.61 %
1.124
+0.03 %

Etats-Unis : Charles Evans (Fed) prudent sur la reprise et inquiet de l'inflation

| Boursier | 330 | Aucun vote sur cette news

Face à la crise du Covid-19, le président de la Fed de Chicago, Charles Evans, s'est inquiété mercredi d'une inflation trop faible aux Etats-Unis. Il a estimé que le PIB des Etats-Unis ne retrouverait pas avant 2022 son niveau de la fin 2019...

Etats-Unis : Charles Evans (Fed) prudent sur la reprise et inquiet de l'inflation
Credits Reuters

Le président de la Fed de Chicago, Charles Evans, a estimé mercredi que la banque centrale américaine se trouvait "en terrain inconnu" face à la crise du coronavirus, et que l'économie américaine mettrait du temps à retrouver son rythme de croisière, malgré un début de reprise au 3e trimestre.

Lors d'une intervention virtuelle à l'invitation d'un journal de l'Iowa, le 'Corridor Business Journal', M. Evans a ajouté que l'économie américaine pourrait avoir besoin de nouvelles mesures de soutien de la part de la banque centrale, en raison du niveau très bas de l'inflation, qui risque de ralentir encore davantage. "Je pense que nous atteindrons bientôt un point où nous devrons étudier nos objectifs d'inflation et l'état de l'économie, et juger si nous devons apporter un soutien monétaire additionnel", a-t-il affirmé.

Pas de vraie reprise avant l'amélioration de la situation sanitaire

Le patron de la Fed de Chicago a dit espérer un "rebond rapide de l'économie" au troisième trimestre, tout en soulignant que ce rebond se ferait par rapport à une base très déprimée au 2e trimestre. Une reprise économique plus large "prendra un certain temps", a-t-il ajouté. Selon Evans, le PIB des Etats-Unis ne retrouvera ainsi son niveau du 4e trimestre 2019, avant la pandémie, "que courant 2022"...

Soulignant que cette crise ne ressemblait à aucune autre, il a ajouté que "la première étape sur le chemin de la reprise est de rendre les gens confiants dans l'évolution de la santé publique". Le président de la Fed, Jerome Powell, a lui aussi répété à plusieurs reprises que malgré les efforts sans précédent de la Fed pour soutenir la croissance, l'économie ne redémarrerait réellement que lorsque la situation sanitaire s'améliorerait.

Le bilan de la Fed est passé de 3.000 à 7.000 Mds$ depuis la mi-mars

Lors de sa réunion du 10 juin, la Fed s'était inquiétée d'une reprise économique lente et avait signalé son intention de maintenir ses taux directeurs proches de zéro au moins jusqu'à la fin 2022. Elle a réitéré son engagement à utiliser toute la gamme de ses outils pour sortir l'économie américaine de l'ornière où l'a précipitée la pandémie.

Depuis la mi-mars, la Fed a mis en place une batterie de programmes de soutien, qui ont fait exploser son bilan de 3.000 milliards de dollars à 7.000 Mds$ à la mi-juin, un chiffre qui pourrait atteindre 10.000 Mds$ à la fin 2020. La Fed achète un vaste éventail d'actifs, dont des emprunts d'Etat (80 Mds$ par mois), des actifs adossés à des prêts hypothécaires (MBS, 40 Mds$ par mois), ainsi que des obligations d'entreprises, des emprunts de collectivités locales, sans compter des prêts aux entreprises de taille moyenne.

 ■

Les informations et conseils rédigés par la rédaction de Boursier.com sont réalisés à partir des meilleures sources, même si la société Boursier.com ne peut en garantir l'exhaustivité ni la fiabilité. Ces contenus n'ont aucune valeur contractuelle et ne constituent en aucun cas une offre de vente ou une sollicitation d'achat de valeurs mobilières ou d'instruments financiers. La responsabilité de la société Boursier.com et/ou de ses dirigeants et salariés ne saurait être engagée en cas d'erreur, d'omission ou d'investissement inopportun.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 juillet 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 02/07/2020

Olivier Obst est confirmé pour une durée de 3 années...

Publié le 02/07/2020

La prévision de production nucléaire pour 2021 et 2022 reste inchangée à ce stade...

Publié le 02/07/2020

Le quorum requis n'était pas atteint...

Publié le 02/07/2020

Ces financements garantis par l'état ont une maturité de 1 an, avec option d'extension jusqu'à 5 années additionnelles sous certaines conditions...

Publié le 02/07/2020

Retour d'Assemblée générale...