En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 840.38 PTS
-
4 836.00
-0.03 %
SBF 120 PTS
3 859.34
-
DAX PTS
11 071.54
-
Dowjones PTS
24 575.62
+0.70 %
6 658.76
+0.00 %
1.138
+0.05 %

Espionnage économique: la Chine exige des "preuves" des USA

| AFP | 397 | Aucun vote sur cette news
Lu Kang, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, en conférence de presse à Pékin le 13 juillet 2016
Lu Kang, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, en conférence de presse à Pékin le 13 juillet 2016 ( NICOLAS ASFOURI / AFP/Archives )

"Montrez vos preuves": c'est en substance le message adressé par la Chine vendredi aux Etats-Unis, qui accusent Pékin d'être lié à une affaire d'espionnage économique d'un fabricant américain de semi-conducteurs.

La justice américaine a annoncé jeudi l'inculpation d'une société contrôlée par le gouvernement chinois ainsi qu'une compagnie taïwanaise et trois ressortissants taïwanais pour avoir tenté de voler des secrets industriels de l'entreprise Micron Technology.

"Comme cette affaire et d'autres cas récents l'ont montré, l'espionnage économique chinois contre les Etats-Unis augmente, et augmente rapidement", a affirmé le ministre américain de la Justice, Jeff Sessions, en annonçant les poursuites.

Micron, basée dans l'Idaho (nord-ouest) est le quatrième fabricant mondial de semi-conducteurs avec une part de marché de 20 à 25% de l'industrie des DRAM (puces de mémoire vive), "une technologie que ne possédait pas les Chinois jusqu'à récemment", a précisé M. Sessions, évaluant le préjudice pour la société américaine à 8,75 milliards de dollars.

Le ministre américain de la Justice, Jeff Sessions, en conférence de presse à Washington, le 1er novembre 2018
Le ministre américain de la Justice, Jeff Sessions, en conférence de presse à Washington, le 1er novembre 2018 ( Zach Gibson / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP )

"Si les Etats-Unis sont véritablement préoccupés, ils devraient présenter des preuves tangibles", a rétorqué Lu Kang, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, lors d'une conférence de presse régulière.

- Ex-employé taïwanais -

Les sociétés inculpées sont l'entreprise d'Etat chinoise Fujian Jinhua Integrated Circuit, la compagnie taïwanaise United Microelectronics Corporation (UMC), et trois ressortissants taïwanais dont Chen Zhengkun, alias Stephen Chen, ancien directeur d'une filiale taïwanaise de Micron, MMT.

Selon l'acte d'accusation, M. Chen a démissionné de son poste en juillet 2015 pour rejoindre UMC. Là, il a "négocié un accord de coopération entre UMC et Fujian Jinhua selon lequel, grâce au financement de Fujian Jinhua, UMC transfèrerait la technologie des DRAM à Fujian Jinhua en vue d'une production de masse".

Principaux partenaires commerciaux des Etats-Unis
Principaux partenaires commerciaux des Etats-Unis ( Simon MALFATTO / AFP )

Il aurait aussi débauché deux salariés de MMT qui auraient "volé et amené à UMC plusieurs secrets commerciaux de Micron liés au design et à la fabrication des DRAM".

La Chine a créé Fujian Jinhua en février 2016 pour fabriquer à terme des puces électroniques. Pékin avait alors investi 37 milliards de yuans (5,34 milliards de dollars) pour construire une ligne de production avec le soutien technologique d'UMC.

- Déloyales -

La justice a également annoncé une action au civil pour empêcher les deux sociétés visées de transférer leur technologie et pour empêcher leurs produits d'entrer sur le territoire américain.

Micron et ses processeurs sont au centre d'une bataille juridique entre les Etats-Unis et la Chine sur fond de guerre commerciale et de sécurité nationale.

Le ministère américain du Commerce a interdit lundi aux entreprises américaines de vendre leurs produits sans autorisation préalable à Fujian Jinhua, estimant que le fabricant chinois était en passe de produire en masse des DRAM sans doute basées sur de la technologie américaine.

Ces restrictions à l'exportation s'inscrivent dans le combat mené par l'administration du président américain Donald Trump afin de forcer la Chine à changer ses méthodes de faire des affaires, que Washington juge "déloyales".

En juillet, Fujian Jinhua avait affirmé qu'un tribunal chinois avait interdit à Micron de vendre plus d'une dizaine de ses produits (clé USB, disque dur, puces...) en Chine.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/01/2019

SNCF Transilien et MND Group, spécialiste du transport par câble à travers sa filiale LST, s’associent pour concevoir et promouvoir des solutions de transport par câble sur certains pôles…

Publié le 23/01/2019

Voltalia a réalisé au quatrième trimestre 2018 un chiffre d'affaires de 51,4 millions d'euros, en baisse de 4 %. A taux constant, les ventes ont ont grimpé de 7 %. Sur l'année, le chiffre…

Publié le 23/01/2019

FONCIÈRE EURIS Société Anonyme au capital de 149 158 950 euros 83, rue du Faubourg Saint-Honoré - 75008 Paris 702 023 508 RCS PARIS     Paris, le 23 janvier…

Publié le 23/01/2019

Pour l'année 2018, le chiffre d'affaires de Seb s'établit à 6...

Publié le 23/01/2019

JCDecaux annonce qu’Hannelore Majoor a été nommée directrice générale de sa filiale néerlandaise, JCDecaux Pays-Bas. Hannelore Majoor a débuté sa carrière chez JCDecaux en octobre 2016 en…