En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 690.78 PTS
+0.56 %
5 654.50
+0.07 %
SBF 120 PTS
4 485.48
+0.47 %
DAX PTS
12 468.01
+0.08 %
Dowjones PTS
26 935.07
-0.59 %
7 823.55
-0.99 %
1.102
+0.00 %

Escalade à Hong Kong: la police tire avec une arme à feu, une première

| AFP | 522 | Aucun vote sur cette news
Des policiers tirent des gaz lacrymogènes contre des manifestants à Hong Kong le 25 août 2019
Des policiers tirent des gaz lacrymogènes contre des manifestants à Hong Kong le 25 août 2019 ( Philip FONG / AFP )

Un policier de Hong Kong a tiré au moins une fois avec son arme à feu dimanche et la police a utilisé des canons à eau contre des manifestants radicaux, une première dans l'ex-colonie britannique secouée par des manifestations pro-démocratie.

"D'après ce que je comprends, un collègue vient juste de tirer avec son arme à feu. Ce que je comprends est que c'est un policier en uniforme qui a effectué ce tir", a déclaré un officier de la police de Hong Kong, Leung Kwok Win aux journalistes alors que de violents heurts avaient éclaté entre des manifestants pro-démocratie et la police à Tsuen Wan, à environ 10 kilomètres du centre-ville.

Il n'était pas possible de savoir quelle était la cible du tir, mais c'est la première fois qu'un tir d'arme à feu était effectué depuis le début des manifestations à Hong Kong il y a trois mois. Le territoire semi-autonome, un des grands centres financiers mondiaux, connaît depuis juin sa plus grave crise politique depuis sa rétrocession à la Chine en 1997.

Née de l'opposition à un projet de loi -désormais suspendu- visant à autoriser les extraditions vers la Chine continentale, le mouvement a mué en une campagne plus globale pour davantage de démocratie et la protection des libertés locales face à Pékin.

Des milliers de Hongkongais ont encore défilé dimanche dans le calme, sous une pluie battante, vers le quartier de Tsuen Wan. Mais des protestataires radicaux ont ensuite érigé une barricade et lancé pavés et cocktails Molotov en direction des policiers.

Des policiers tirent des gaz lacrymogènes contre des manifestants à Hong Kong le 25 août 2019
Des policiers tirent des gaz lacrymogènes contre des manifestants à Hong Kong le 25 août 2019 ( Philip FONG / AFP )

Après avoir tiré des gaz lacrymogènes qui n'ont pas eu l'effet escompté, la police antiémeute a utilisé des canons à eau contre les manifestants.

Un signe d'escalade, les forces de l'ordre ayant jusqu'à présent toujours affirmé ne vouloir utiliser cette technique de dispersion qu'en cas de "perturbation à grande échelle de l'ordre public".

Courants en Occident, ils constituent une grande nouveauté à Hong Kong où ils n'avaient jusqu'ici pas été employés contre des manifestants. La population est de ce fait très sensible à leur utilisation.

"Avec la police et des manifestants qui chacun se radicalisent, les canons à eau seront davantage utilisés à l'avenir", prédit M. Fong, un protestataire interrogé par l'AFP.

'Notre avenir est sombre'

Depuis le début du mouvement, la réaction du gouvernement central a été contrastée.

S'il n'a légalement pas le droit d'intervenir directement à Hong Kong, Pékin a eu recours à tout un éventail de méthodes, allant de l'intimidation à la propagande en passant par la pression économique, pour tenter de contenir la contestation.

Le métro de Hong Kong, cédant à la pression de Pékin, a fermé ce week-end les stations proches des lieux de rassemblement, ici le 24 août 2019
Le métro de Hong Kong, cédant à la pression de Pékin, a fermé ce week-end les stations proches des lieux de rassemblement, ici le 24 août 2019 ( ANTHONY WALLACE / AFP )

Le MTR -le métro hongkongais- affronte actuellement les reproches du public, après avoir apparemment cédé aux critiques des médias officiels chinois qui ont accusé l'entreprise gestionnaire d'être au service des déplacements des manifestants.

Dimanche, le réseau de transport a fermé certaines stations du quartier de Tsuen Wan, proches du site de la principale manifestation, pour le deuxième jour consécutif.

"Même si notre avenir est sombre, nous essayons de nous exprimer de façon rationnelle", a assuré à l'AFP un jeune manifestant âgé d'une vingtaine d'années et qui se fait appeler Peter.

La manifestation pro-démocratie a commençé de façon pacifique sur Yeung Uk road, à Hong Kong, le 25 août 2019, avant de dégénérer un peu plus tard, la police ayant même pour la toute première fois utilisé des canons à eau
La manifestation pro-démocratie a commençé de façon pacifique sur Yeung Uk road, à Hong Kong, le 25 août 2019, avant de dégénérer un peu plus tard, la police ayant même pour la toute première fois utilisé des canons à eau ( Lillian SUWANRUMPHA / AFP )

"Nous avons confiance en nous-mêmes et en notre ville. Un jour, nos demandes seront satisfaites."

Un second rassemblement de plusieurs centaines de personnes, auquel se sont mêlés des proches de policiers, a également été organisé en un autre lieu de la ville dimanche après-midi.

Manifestants hospitalisés

Une femme disant être l'épouse d'un policier était venue déclarer son soutien aux forces de l'ordre, estimant qu'elles ont essuyé suffisamment de critiques.

"Je crois qu'au cours de ces deux mois, la police a suffisamment été couverte d'opprobre", a-t-elle déclaré.

"Je veux vraiment que vous sachiez que même si le monde entier vous crache dessus, nous, membres des familles, nous ne le ferons pas."

La police du territoire, régulièrement fustigée par les manifestants, est la cible depuis des semaines de l'ire des contestataires qui l'accusent de violences.

Les forces de l'ordre avaient chargé samedi des manifestants prodémocratie radicaux qui avaient érigé une barricade dans l'est de Hong Kong. Des échauffourées qui marquaient la fin d'une accalmie relative des violences durant 10 jours.

La police avait tiré des gaz lacrymogènes et frappé des protestataires qui avaient jeté des pierres et des bouteilles.

Dix personnes ont été hospitalisées à la suite de ces affrontements, dont deux dans un état grave, a indiqué à l'AFP le personnel médical, sans préciser s'il s'agit de policiers ou de manifestants.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 23 septembre 2019

CODE OFFRE : RENTREE19

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE19 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 20/09/2019

Greta Thunberg lors d'une interview à New York le 20 septembre 2019 ( Johannes EISELE / AFP )La jeune militante suédoise Greta Thunberg, qui a inspiré les manifestations pour le climat qui se…

Publié le 20/09/2019

"Assemblée des assemblées" de "gilets jaunes" à Montceau-les-Mines, en juin 2019 ( JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP/Archives )Les autorités, qui redoutent des violences samedi en marge de…

Publié le 20/09/2019

( Martin BUREAU / AFP )Le parquet a requis trois mois de prison avec sursis contre Jean-Luc Mélenchon pour les incidents ayant émaillé la perquisition d'octobre 2018 au siège de LFI, estimant…

Publié le 20/09/2019

( Martin BUREAU / AFP )Le parquet a requis trois mois de prison avec sursis contre Jean-Luc Mélenchon pour les incidents ayant émaillé la perquisition d'octobre 2018 au siège de LFI, estimant…

Publié le 20/09/2019

Salle de contrôle d'Euronext, l'opérateur de la Bourse de Paris, à La Défense, le 27 avril 2018 ( ERIC PIERMONT / AFP/Archives )La Bourse de Paris a fini à un nouveau plus haut annuel…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/09/2019

Ipsen présentera de nouvelles données dans le cadre de la 13e conférence annuelle de l'International Liver Cancer Association (ILCA 2019)...

Publié le 20/09/2019

Advicenne, une société pharmaceutique spécialisée dans le développement et la commercialisation de traitements innovants pour maladies orphelines,...

Publié le 20/09/2019

Au 1er semestre 2019, Alpha MOS a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 2...

Publié le 20/09/2019

Les Nouveaux Constructeurs communique aujourd'hui ses résultats du 1er semestre 2019...

Publié le 20/09/2019

Advicenne a annoncé l'acceptation de huit posters portant sur son produit phare pour la présentation lors des conférences internationales de référence dans le domaine de la néphrologie au cours…