5 357.14 PTS
-
5 340.0
-1.10 %
SBF 120 PTS
4 274.04
-
DAX PTS
13 068.08
-0.44 %
Dowjones PTS
24 508.66
-0.31 %
6 389.91
-0.07 %
Nikkei PTS
22 506.23
-0.83 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Erdogan dément vouloir limiter les mouvements de capitaux

| AFP | 153 | Aucun vote sur cette news
Le président turc Recep Tayyip Erdogan, ici le 17 novembre 2017 à Ankara
Le président turc Recep Tayyip Erdogan, ici le 17 novembre 2017 à Ankara ( ADEM ALTAN / AFP/Archives )

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé lundi qu'il n'avait pas demandé au gouvernement de limiter le mouvement de capitaux vers l'étranger, après avoir qualifié la veille de "trahison" le déplacement d'avoirs hors du pays.

"Il n'est pas question pour moi de demander ou d'ordonner de limiter le mouvement de capitaux", a déclaré M. Erdogan lors d'un discours à Ankara. "Chacun est libre de déplacer de l'argent à l'étranger, s'il le souhaite", a-t-il ajouté.

Dimanche, M. Erdogan avait qualifié de "trahison" la tentative de "certains hommes d'affaires" de déplacer des avoirs à l'étranger, ordonnant même au gouvernement de "ne pas autoriser ces sorties". Ces déclarations avaient suscité l'inquiétude des marchés.

"Il n'y a rien, il ne peut y avoir quoi que ce soit à reprocher à ceux qui déplacent des fonds à l'étranger pour investir, pour exporter, pour faire du commerce", a toutefois souligné M. Erdogan 24 heures plus tard.

Ces nouvelles déclarations ont, semble-t-il, rassuré les investisseurs : la livre turque a ainsi repris des couleurs, s'échangeant à 3,90 contre un dollar à la mi-journée, après avoir ouvert à 3,92.

Les remarques de M. Erdogan dimanche survenaient après qu'un procureur turc eut demandé la saisie des avoirs d'un magnat de l'or turco-iranien, Reza Zarrab, au coeur d'un procès à New York qui embarrasse Ankara.

M. Zarrab, qui coopère avec la justice américaine, a affirmé avoir mis en place un système de contournement des sanctions américaines contre l'Iran, avec, selon lui, l'aide d'un ex-ministre de l'Economie et la bénédiction de M. Erdogan.

La décision prise par M. Zarrab d'aider la justice américaine fait planer sur la Turquie le spectre de lourdes sanctions contre le secteur bancaire, alors que l'économie reste fragile.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2017

Selon des sources citées par 'La Tribune' et 'Reuters', le numéro deux d'Airbus pourrait démissionner de son poste de directeur adjoint à l'issue d'un conseil d'administration se tenant jeudi…

Publié le 14/12/2017

Un nouveau contrat d'offre globale de services...

Publié le 14/12/2017

L'édition 2018 du CES de Las Vegas se tiendra du 9 au 12 janvier...

Publié le 14/12/2017

David Jones est nommé Senior Vice-président, Digital Business Unit, Thales, avec effet au 8 décembre...

Publié le 14/12/2017

iSee permet l'obtention de données d'imagerie de haute qualité...

CONTENUS SPONSORISÉS