En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 567.02 PTS
-
5 568.00
-
SBF 120 PTS
4 390.49
-
DAX PTS
12 289.40
+0.24 %
Dowjones PTS
27 171.90
+0.07 %
7 905.12
+0.90 %
1.120
-0.08 %

EPR de Flamanville: le patron d'EDF confirme le retard de mise en service

| AFP | 436 | 3.33 par 3 internautes
L'EPR de Flamanville dans la Manche le 02 février 2018
L'EPR de Flamanville dans la Manche le 02 février 2018 ( CHARLY TRIBALLEAU / AFP/Archives )

Le PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy a indiqué mardi que la reprise de certaines soudures de l'EPR de Flamanville (Manche) entraînerait un retard dans la mise en service du réacteur nucléaire.

"Nous allons avoir du retard à cause de la reprise de ces soudures", a confirmé le patron d'EDF lors d'une conférence. "On est clairement dans la phase de réapprentissage (de construction de centrales, NDLR) mais il ne faut pas non plus noircir le tableau".

Mi-avril, l'électricien avait reconnu que diverses recommandations de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) "pourraient" se traduire par de nouveaux retards et surcoûts de l'European Pressurised Reactor (EPR).

Les experts de l'ASN avaient alors estimé qu'EDF devait engager dans son réacteur des travaux complexes à la suite de problèmes de soudures.

Dans un communiqué diffusé dans la soirée, EDF a précisé que "le calendrier et le coût de construction de l'EPR de Flamanville sera effectué après la publication de l'avis de l'ASN, attendu dans quelques semaines".

Il y a un an, EDF avait annoncé des "écarts de qualité" sur des soudures du réacteur nucléaire en construction dans la Manche, en Normandie, dont le démarrage est officiellement prévu fin 2019.

EDF avait proposé de laisser ces soudures en l'état en prouvant avec des essais qu'elles ne posaient pas de problème de sûreté, et de renforcer les contrôles pendant le fonctionnement du réacteur. Ce qui lui permettrait d'éviter des travaux complexes, potentiellement longs et coûteux.

"En France, on a rencontré de nombreux obstacles", a ajouté M. Lévy. "On a un EPR en Chine qui fonctionne parfaitement bien. On a recommencé à construire des centrales nucléaires il y a une dizaine d'années après s'être arrêté pendant 15 ans".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
3 avis
Note moyenne : 3.33
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/07/2019

Le groupe Bourbon a demandé la suspension de la cotation...

Publié le 22/07/2019

Stentys a échoué dans le processus de recherche de partenaire stratégique

Publié le 22/07/2019

La progression de 31,9 ME par rapport au même trimestre de l'exercice précédent est la conséquence d'une amélioration des recettes dans l'ensemble des secteurs d'activité...

Publié le 22/07/2019

"Les platesformes d'automatisation intelligente tout-en-un et disponibles sur le cloud représentent de nouvelles opportunités pour le marché de l'automatisation"...

Publié le 22/07/2019

CFI n'envisage pas de développer une quelconque activité opérationnelle au sein de CFI...