En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 783.34 PTS
-0.34 %
4 793.5
+0.02 %
SBF 120 PTS
3 805.65
-0.17 %
DAX PTS
10 827.07
+0.51 %
Dowjones PTS
23 907.16
+1.33 %
6 517.14
+1.07 %
1.136
+0.17 %

Eolien en mer: le gouvernement s'apprête à renégocier les tarifs

| AFP | 316 | Aucun vote sur cette news
Le gouvernement s'apprête à renégocier les tarifs de rachat de l'électricité qui sera produite par six parcs éoliens en Manche et en Atlantique avec les entreprises concernées
Le gouvernement s'apprête à renégocier les tarifs de rachat de l'électricité qui sera produite par six parcs éoliens en Manche et en Atlantique avec les entreprises concernées ( OLIVIER MORIN / AFP/Archives )

Le gouvernement s'apprête à renégocier les tarifs de rachat de l'électricité qui sera produite par six parcs éoliens en Manche et en Atlantique avec les entreprises concernées, a indiqué lundi le ministère de la Transition écologique.

"Une négociation va s'engager dans les prochains jours avec l'ensemble des lauréats pour faire baisser les coûts des différents projets", a-t-il dit à l'AFP.

"C'est à la lumière des propositions des professionnels que nous prendrons nos décisions, au plus tard en juillet", a-t-il précisé.

Les six parcs éoliens concernés avaient été attribués au français EDF, à l'espagnol Iberdrola et à un consortium mené par Engie, à la suite de deux appels d'offres en 2012 et en 2014. L'Etat avait accepté de racheter l'électricité de ces futurs parcs à un tarif situé autour de 200 euros le mégawattheure.

Contacté par l'AFP, Engie s'est dit "ouvert aux négociations". Le groupe, qui pense que l'éolien en mer "a de l'avenir en France", souhaite "trouver des solutions avec l'Etat".

Ailes Marines, une société détenue par Iberdrola et Avel Vor qui est chargée de l'un des projets, a indiqué avoir "toujours répondu favorablement" aux demandes de dialogue du gouvernement. L'entreprise ne fera pas de commentaires "tant que cette période de négociation ne sera pas terminée".

De son côté, EDF Energies nouvelles a indiqué à l'AFP rester "dans une démarche d'ouverture à la négociation pour chacun de nos trois projets de parcs éoliens en mer".

"Compte tenu des coûts observés dans les autres pays d'Europe, nous attendons des baisses de tarif très significatives", a souligné le ministère, précisant que les prix de rachat d'électricité des projets éoliens en mer se situaient ces dernières années autour de 80 euros le mégawattheure.

Si les prix restaient "trop importants" à l'issue des négociations, le gouvernement prévoit de relancer des appels d'offres.

"Il ne s'agirait pas d'annuler des projets, mais de permettre leur évolution", affirme le ministère de la Transition écologique, qui souhaite "développer les énergies renouvelables" tout en évitant "une dépense publique excessive pour les Français".

Le gouvernement déposerait un amendement afin de pouvoir lancer ces nouveaux appels d'offres.

Le gouvernement avait effectué au mois de mars une première tentative pour permettre la renégociation des tarifs de rachat d'électricité. Dans le cadre du projet de loi pour un Etat au service d'une société de confiance, il avait présenté un amendement dans ce sens, qui avait été rejeté par le Sénat.

Son dépôt avait provoqué une levée de boucliers en Bretagne, Normandie et Pays-de-la-Loire, les trois régions où est prévue la construction des six parcs.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/12/2018

Gaussin s'envole de 20% désormais à 0,256 euro dans un volume épais...

Publié le 18/12/2018

Aux Etats-Unis, 1,256 million de mises en chantier ont été enregistrées en novembre 2018, après 1,217 million (révisé de1,228 million) en octobre et un consensus de 1,230 million. En outre,1,328…

Publié le 18/12/2018

T-Mobile US et Sprint Corporation ont annoncé l'approbation du Comité sur les investissements étrangers (CFIUS) pour leur fusion proposée. De plus, le département de la Justice, le département…

Publié le 18/12/2018

600 euros pour 41.000 de ses salariés en France...

Publié le 18/12/2018

Par courrier reçu le 18 décembre 2018 par l'AMF, Cyril Zimmermann a déclaré avoir franchi en baisse, le 10 décembre 2018, directement et...