En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 853.70 PTS
-0.88 %
4 822.0
-1.37 %
SBF 120 PTS
3 857.72
-0.89 %
DAX PTS
10 865.77
-0.54 %
Dowjones PTS
24 100.51
-2.02 %
6 594.96
-2.56 %
1.130
+0.00 %

Enquête sur Lafarge en Syrie: des femmes yézidies parties civiles

| AFP | 210 | Aucun vote sur cette news
Des femmes yézidies, victimes de l'organisation Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak, se sont constituées parties civiles dans l'enquête française sur les soupçons de financement du terrorisme visant le cimentier Lafarge.
Des femmes yézidies, victimes de l'organisation Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak, se sont constituées parties civiles dans l'enquête française sur les soupçons de financement du terrorisme visant le cimentier Lafarge. ( FRANCK FIFE / AFP/Archives )

Des femmes yézidies, victimes de l'organisation Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak, se sont constituées parties civiles dans l'enquête française sur les soupçons de financement du terrorisme visant le cimentier Lafarge, ont annoncé vendredi leurs avocats dans un communiqué.

Les trois conseils, Amal Clooney, Ben Emmerson QC et Rachel Lindon, assurent dans le communiqué qu'ils "veilleront à ce que les survivants yézidis soient pleinement impliqués dans la procédure judiciaire contre Lafarge et ses dirigeants, que les crimes commis à leur encontre soient caractérisés et reconnus par les tribunaux, et que les victimes obtiennent réparation de manière appropriée".

Les Yézidis, une minorité kurdophone adepte d'une religion pré-islamique, est l'une des plus persécutées par l'EI. Des milliers de femmes yézidies ont notamment été réduites au rang d'esclaves sexuelles par les jihadistes.

En juin dernier, l'entreprise Lafarge SA a été mise en examen pour "complicité de crimes contre l'humanité" et "financement d'une entreprise terroriste", des qualifications rarissimes dans le monde des affaires.

Le cimentier est soupçonné d'avoir versé entre 2011 et 2015, via sa filiale Lafarge Cement Syria (LCS), près de 13 millions d'euros, notamment à des groupes armés dont l'EI, pour maintenir l'activité de son usine de Jalabiya dans le nord de la Syrie alors que le pays s'enfonçait dans la guerre.

Huit ex-cadres ou anciens dirigeants dont l'ex-PDG de Lafarge Bruno Lafont ont été mis en examen pour "financement d'une entreprise terroriste" et/ou "mise en danger de la vie" d'anciens salariés du site dans cette information judiciaire ouverte en juin 2017 après une plainte de deux ONG et de Bercy.

"Dans cette instruction ouverte en France, il est important que les victimes d'infractions commises par l'Etat islamique, dont Lafarge serait le complice, soient parties à la procédure", a estimé Me Lindon, citée dans le communiqué.

"Cette affaire est la première dans laquelle une multinationale est mise en examen pour complicité dans les crimes internationaux commis par l'Etat islamique", a pour sa part observé Amal Clooney.

"C'est l'occasion d'établir que l'Etat islamique, et tous ceux qui l'ont aidé, seront tenus responsables de leurs crimes, et que les victimes se verront accorder une juste compensation. Cela envoie également le message important, aux entreprises complices de la perpétration de crimes internationaux, qu'elles devront se confronter aux conséquences légales de leurs actes", a-t-elle ajouté.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2018

Carbios annonce la nomination de Ian Hudson au poste de Président du Conseil d’administration. Il succède à Jean Falgoux et prendra ses nouvelles fonctions le 1er Janvier 2019, après avoir été…

Publié le 14/12/2018

Deuxième séance consécutive de correction pour l'indice parisien...

Publié le 14/12/2018

Le Conseil d'Administration de SoLocal Group, tenu ce jour, a pris acte de la démission d'Arnaud Marion, qui suite à la prise de ses nouvelles fonctions exécutives au sein de Smovengo, a souhaité…

Publié le 14/12/2018

Dans la continuité de la politique de distribution de dividendes des derniers exercices, le Conseil d’administration de Kering a décidé, lors de sa réunion du 14 décembre 2018, le versement…

Publié le 14/12/2018

Compte tenu des bons résultats de 2CRSi en 2018, une prime a été décidée pour tous les salariés du groupe en France...