En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 154.58 PTS
-1.57 %
4 138.00
-1.91 %
SBF 120 PTS
3 262.43
-1.67 %
DAX PTS
9 525.77
-0.47 %
Dow Jones PTS
21 052.53
-1.69 %
7 528.11
-1.41 %

Enquête sur des abus de biens sociaux de Ghosn: Renault se constitue partie civile

| AFP | 352 | Aucun vote sur cette news
L'ancien patron de Renault-Nissan Carlos Ghosn lors de sa conférence de presse le 8 janvier 2020 à Beyrouth quelques jours après son évasion du Japon.
L'ancien patron de Renault-Nissan Carlos Ghosn lors de sa conférence de presse le 8 janvier 2020 à Beyrouth quelques jours après son évasion du Japon. ( JOSEPH EID / AFP )

Le constructeur automobile français Renault a annoncé lundi qu'il se constituait partie civile dans le cadre de l'enquête judiciaire en France pour abus de bien sociaux visant son ex-patron Carlos Ghosn, qui a été transmise jeudi à un juge d'instruction.

L'ancien patron de l'alliance Renault-Nissan est soupçonné d'avoir organisé deux soirées d'ordre privé au Château de Versailles, en échange d'une convention de mécénat signée entre la marque au losange et l'établissement qui gère le château.

"La société Renault SAS s'est constituée partie civile afin de faire valoir ses droits" et "se réserve (...) la possibilité de solliciter des dommages et intérêts en fonction de l'issue des investigations en cours", a déclaré le groupe dans un communiqué.

Une information judiciaire, confiée à plusieurs juges d'instruction du pôle économique et financier du tribunal de Nanterre en région parisienne, a notamment été ouverte "pour abus de biens sociaux, abus de confiance aggravés, faux et usage, blanchiment aggravé d'abus de biens sociaux (...)" pour des faits commis entre 2009 et 2020, avait annoncé jeudi le parquet.

La justice soupçonne une première fête à Versailles, organisée le 9 mars 2014, d'avoir eu lieu en l'honneur des 60 ans du patron déchu et non pour célébrer les quinze ans de l'alliance Renault-Nissan.

Les images de cette soirée fastueuse à 530.000 euros avec musiciens, figurants en costume d'époque et feu d'artifice, avaient fait polémique lorsqu'elles avaient été révélées par le site de L'Obs.

D'après un audit interne commandé par Renault, 94 des 154 invités à ce banquet supervisé par le chef Alain Ducasse étaient des proches de l'homme d'affaires (enfants, sœurs, cousins, amis...), essentiellement d'origine libanaise.

Lors de sa conférence de presse du 8 janvier à Beyrouth, M. Ghosn a maintenu qu'il s'agissait d'une soirée à but strictement professionnel, malgré le présence de nombreux proches et l'absence des dirigeants de Nissan.

L'autre soirée dans le viseur de la justice est la location du Grand Trianon, dans le parc du château, pour l'organisation en octobre 2016 de son mariage avec Carole Ghosn, une prestation évaluée à 50.000 euros.

Une autre information judiciaire est en cours, à Paris, pour des faits d'"abus de biens sociaux" et de "corruption passive". Elle porte sur des contrats signés par RNBV, la filiale néerlandaise à 50-50 entre Nissan et Renault censée incarner l'alliance, lorsque Carlos Ghosn en était le PDG.

La candidate à la mairie de Paris Rachida Dati et le criminologue Alain Bauer ont touché environ un million d'euros chacun pour des missions de conseil dont aucune trace n'a été retrouvée.

Carlos Ghosn fait aussi l'objet de quatre inculpations par la justice japonaise, notamment pour abus de confiance et détournements de fonds. Il y a quelques jours, Nissan annonçait porter plainte devant un tribunal civil au Japon pour réclamer 83,4 millions d'euros de dommages et intérêts à son ancien patron Carlos Ghosn, qui poursuit lui-même le constructeur automobile pour rupture abusive de son contrat.

M. Ghosn s'est enfui au Liban fin décembre, alors qu'il avait été libéré sous caution et préparait son procès au Japon où il avait été arrêté en novembre 2018.

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 03/04/2020

Le groupe publiera son chiffre d'affaires du premier trimestre le 15 avril

Publié le 03/04/2020

Unibel a annoncé que, compte tenu des incertitudes résultant du contexte actuel lié au COVID-19, l'assemblée générale du 14 mai 2020 se tiendra au siège social, 2, Allée de Longchamp 92 150…

Publié le 03/04/2020

Dans son communiqué du 11 mars dernier, Transgène a initialement prévu une consommation nette de trésorerie de l'ordre de 25 millions d'euros pour 2020. Malgré les effets difficilement…

Publié le 03/04/2020

Transgene prévient qu'elle pourrait souffrir de dysfonctionnements dans la chaîne d'approvisionnement et d'expédition dont elle dépend

Publié le 03/04/2020

Le Crédit Agricole a adapté son dispositif d’accompagnement des clients aux particularités du marché des agriculteurs. Il intensifie ses actions pour accompagner ses clients exploitants…