En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 165.29 PTS
+0.40 %
5 162.50
+0.36 %
SBF 120 PTS
4 139.74
+0.39 %
DAX PTS
11 725.46
+0.09 %
Dowjones PTS
25 706.68
-0.36 %
7 278.63
+0.00 %
1.151
+0.14 %

Energie: accord sur la compensation de la hausse de la CSG, pas sur les salaires

| AFP | 309 | Aucun vote sur cette news
Le marché d'intérêt national de Rungis, près de Paris, où les grévistes de l'énergie ont organisé des coupures de production. Photo du 8 décembre 2016
Le marché d'intérêt national de Rungis, près de Paris, où les grévistes de l'énergie ont organisé des coupures de production. Photo du 8 décembre 2016 ( PHILIPPE LOPEZ / AFP/Archives )

Un compromis sur la compensation de la hausse de la CSG pour les salariés de l'énergie a été trouvé jeudi entre employeurs et syndicats du secteur où, en revanche, aucun accord n'a été conclu sur une hausse collective des salaires, a-t-on appris de sources syndicales.

Après plusieurs réunions depuis novembre, un ultime rendez-vous de négociations se tenait ce jeudi matin. La CGT, première organisation syndicale du secteur, avait appelé à cette occasion les salariés des industries électriques et gazières (IEG, 160 entreprises et près de 142.000 salariés) à une nouvelle journée d'action pour la hausse du pouvoir d'achat, entraînant des coupures ciblées.

La réunion a permis de trouver un accord pour la compensation de la hausse de la CSG de 1,7 point au 1er janvier. Il a été signé par la CFDT, la CFE-CGC, FO et la CFTC, mais pas par la CGT.

Outre la suppression de la contribution de solidarité (0,9%) versée par les salariés de ce secteur à statut, comme les fonctionnaires, cette compensation passera par une revalorisation de la grille salariale de branche. Celle-ci sera finalement de 1% en 2018 (en deux temps, 1er janvier et 1er juillet). Auparavant, les employeurs proposaient d'augmenter la grille d'environ 0,8% sur deux à trois ans.

Une "avancée", a estimé Vincent Rodet (CFDT), la hausse de la CSG étant ainsi "compensée sans ambiguïté".

L'Etat devrait accorder en 2018 aux employeurs une exonération de 0,8% sur les cotisations patronales de sécurité sociale pour couvrir la mesure.

Sur les salaires, après le gel de l'an dernier, les employeurs sont restés en revanche sur une hausse collective de 0,2%, jugée insuffisante par tous les syndicats dont aucun n'a signé l'accord proposé, pour la sixième année de suite.

"Les employeurs font le choix de la politique de la terre brûlée", s'est indignée la CGT, qui demandait au total 2,8% de hausse pour compenser la CSG et l'inflation (1,1%). Le syndicat a d'ores et déjà déposé un nouveau préavis de grève du 20 décembre au 31 janvier.

Le mouvement jeudi s'est traduit selon la CGT par "plus de 7.000 mégawatts de production à l’arrêt, des postes électriques occupés et des coupures ciblées", notamment sur le marché d'intérêt national de Rungis, à l'aéroport d'Orly, à Bordeaux et Lyon.

Dans le Sud-Ouest, selon un porte-parole d'Enedis, ces coupures ont touché l'agglomération de Périgueux où, hasard du calendrier, le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez devait venir rencontrer des cheminots. Dans l'agglomération de Dax, des zones commerciales et 13.000 foyers ont été privés de courant dans la matinée.

Un nouvel accord sur les droits familiaux, après deux ans de négociations, a par ailleurs été signé par la CGT, la CFE-CGC, la CFDT et la CFTC, montrant que "les partenaires sociaux peuvent rénover eux-mêmes le statut", s'est félicité M. Rodet (CFDT).

Selon la CFDT, cet accord comporte des mesures "innovantes, notamment pour les aidants familiaux", et "prend en compte les évolutions sociétales" en pérennisant des droits pour les mères et en les étendant aux pères. Pour FO, non-signataire, "le compte n’y est pas".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2018

Suite à la signature en juin 2018 de l’accord de licence exclusif avec le studio Wargaming, Innelec Multimedia annonce le lancement de sa gamme de périphériques gaming World of Tanks sous la…

Publié le 18/10/2018

L'IMMOBILIERE HOTELIERE Société Anonyme au capital 13.007.451 EUR Siège social : 66, rue de Miromesnil -75008 Paris R.C.S. Paris 784 335 333   La société L'IMMOBILIERE…

Publié le 18/10/2018

Résultats trimestriels...

Publié le 18/10/2018

Publicis bondit en Bourse de 5,86 % à 55,3 euros. Le groupe a publié des résultats en hausse pour le troisième trimestre, grâce à des gains de budget qui compensent la faiblesse de l’activité…