En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 791.44 PTS
-0.45 %
4 781.0
-0.49 %
SBF 120 PTS
3 806.88
-0.65 %
DAX PTS
10 735.88
-0.48 %
Dowjones PTS
24 388.95
-2.24 %
6 613.28
+0.00 %
1.142
+0.27 %

En Silésie, le charbon est toujours un mode de vie

| AFP | 360 | Aucun vote sur cette news
Une mine de charbon abandonnée à Mikolow, le 12 octobre 2018  en Silésie, dans le sud de la Pologne
Une mine de charbon abandonnée à Mikolow, le 12 octobre 2018 en Silésie, dans le sud de la Pologne ( Janek SKARZYNSKI / AFP )

Frôlant la mort au quotidien, les mineurs de fond polonais continuent de perpétuer de père en fils un métier en voie de disparition en Europe de l'Ouest, attirés par des salaires confortables et soutenus par un gouvernement qui refuse de "décarboniser" l'économie.

À Bruxelles, à Berlin, à Paris, le charbon est vu comme un ennemi, source d'un CO2 accusé de chauffer la planète. Mais en Silésie, c'est un mode de vie auquel il n'est pas question de renoncer.

"Dans ma famille, on a tous travaillé dans les mines, mon père, mon grand-père... alors moi aussi je suis mineur", confie Arkadiusz Wojcik, 36 ans, qui travaille dans la mine de charbon de Knurow, dans le sud de la Pologne. "Ici, en Silésie, c'est une tradition."

Après une nuit de travail passée à 650 mètres de profondeur, son visage est tout noir. À Knurow, on travaille nuit et jour: les équipes sont réparties en quatre permanences.

Les employés de la mine font fi du danger. "Bien sûr qu'on a peur, il y a des accidents, ça fait partie du métier. Mais on n'y pense pas au quotidien quand on descend sous terre", assure Radoslaw Ruminski, 37 ans, à la sortie d'un ascenseur de la mine.

Des mineurs de la mine de Knurow, le 23 novembre 2018, en Silésie, dans le sud de la Pologne
Des mineurs de la mine de Knurow, le 23 novembre 2018, en Silésie, dans le sud de la Pologne ( Janek SKARZYNSKI / AFP )

Sur les onze derniers mois, 21 mineurs ont trouvé la mort, contre 15 l'année dernière, un "score plutôt bon" par rapport à l'année noire de 2014, où 30 mineurs avaient péri.

La rémunération est un argument pour continuer: elle peut grimper jusqu'à 1.600 euros, contre un salaire moyen polonais de 813 euros net.

"Les salaires ici (des mineurs ) sont bien plus élevés que dans d'autres secteurs", reconnaît Kamil Ganko, 33 ans, un conducteur de machine d'extraction, sans dévoiler le sien.

Les mineurs ont aussi droit à de nombreux avantages hérités de l'époque communiste, comme un 13e salaire à l'occasion de la Sainte-Barbe, la protectrice des mineurs, et un 14e versé en février. S'y ajoutent huit tonnes de combustible par an fournies par la mine, un avantage en nature non négligeable en Silésie, où de nombreuses maisons sont chauffées au charbon.

Et surtout, les mineurs ont droit à la retraite au bout de 25 ans de travail sous terre.

"Pas d'autres métiers"

Certains n'ont parfois pas le temps d'en profiter. "Mon mari est mort tout juste à huit mois de sa retraite", raconte Agata Kowalczyk. "Un jour, le directeur de la mine, accompagné d'un psychologue sont venus m'annoncer la mauvaise nouvelle", se souvient cette femme qui dirige aujourd'hui une association de veuves.

Un mineur de la mine de Knurow, le 23 novembre 2018 en Silésie, dans le sud de la Pologne
Un mineur de la mine de Knurow, le 23 novembre 2018 en Silésie, dans le sud de la Pologne ( Janek SKARZYNSKI / AFP )

Cette mort prématurée n'a pas découragé ses fils. "Deux de mes quatre garçons travaillent toujours à la mine. "L'aîné, en bas, il est chef d'équipe et aime travailler la nuit", dit cette femme. La nuit, on gagne plus.

De toute façon, "il n'y a pas d'autres métiers ici, pas d'autres grands employeurs, que feraient les milliers de mineurs? Pour l'instant il n'y a pas d'alternative en Silésie", lance Agata Kowalczyk.

Knurow est l'une des quatre mines du groupe JSW, le principal producteur de charbon à coke au sein de l'UE, destiné à la sidérurgie. Avec quelque 27.000 salariés, c'est un des plus gros employeurs polonais. Cette société cotée en Bourse, et appartenant majoritairement à l'État, convoite deux nouveaux gisements pour augmenter sa production, dont l'essentiel est exporté vers des marchés européens. Elle est aussi l'un des grands sponsors de la COP-24 qui s'ouvrait dimanche à Katowice.

Bien qu'on ait fermé des mines au fil des ans et qu'on en ferme encore, "le secteur manque d'au moins 15.000 salariés. Il vit un nouveau souffle", souligne avec satisfaction Kazimierz Grajcarek, ancien chef de la section des mineurs au syndicat Solidarnosc.

Fête de la Sainte-Barbe

Des Ukrainiens, des Slovaques, des Hongrois et même des mineurs espagnols viennent travailler ici, dit-il.

Un mineur et sa femme remplissent de charbon le sous-sol de leur maison à Mikolow, le 12 octobre 2018 en Silésie, dans le sud de la Pologne (sud de la Pologne)
Un mineur et sa femme remplissent de charbon le sous-sol de leur maison à Mikolow, le 12 octobre 2018 en Silésie, dans le sud de la Pologne (sud de la Pologne) ( Janek SKARZYNSKI / AFP )

"L'UE veut que la Pologne ferme ses mines. Mais après? En Pologne, on n'a ni vent, ni soleil", lance l'ancien responsable de Solidarnosc, réfutant les progrès, certes timides mais réels, de l'éolien et du solaire.

"Que feront tous ces gens? Où vont-ils aller travailler? Chaque mineur génère quatre emplois dans les services", affirme-t-il.

La Pologne construit une nouvelle très grosse centrale à charbon et consomme plus qu'elle n'extrait. Le déficit est comblé par des importations, notamment du charbon russe (9 millions de tonnes en 2017), une situation politiquement délicate pour un gouvernement qui veut se défaire de sa dépendance au gaz russe.

À l'approche du 4 décembre, les mines fêtent en grande pompe la Fête de la Sainte-Barbe. C'est l'occasion de sortir costumes d'apparat noirs, képi à plumes et médailles. Fin novembre, le vice-ministre de l'Energie Grzegorz Tobiszowski en a déjà revêtu un.

Car aucun parti, ni gouvernement ne peut négliger ce groupe social fort et solidaire, disposant d'un poids politique important.

"Mineur, c'est plus qu'un métier. Déjà les habitants de Silésie sont très unis, les mineurs sont soudés au point d'être prêts à donner leur vie l'un pour l'autre", dit Dariusz Radon, 48 ans, mineur et sauveteur.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 10/12/2018

Départ du patron d'Aricent

Publié le 10/12/2018

   En application des dispositions des articles 241-1 à 241-8 du Règlement général de l'Autorité des marchés financiers et du Règlement européen n°596/2014 du 16…

Publié le 10/12/2018

BNP Paribas Chine a obtenu une licence pour souscrire aux obligations d'entreprise 'Panda Bonds' pour les émetteurs étrangers...

Publié le 10/12/2018

Le dérapage n'a pas tardé...

Publié le 10/12/2018

    Société Européenne au capital de 151.508.201,70 euros Siège social : 22, avenue Montaigne - 75008 Paris 775 670 417 RCS PARIS   Articles L.233-8 II du Code de…