En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.173
+0.07 %

En pleine renaissance, la BD algérienne brave les défis économiques

| AFP | 536 | Aucun vote sur cette news
L'artiste algérien Toudji Samir (Togui) au festival international de la BD à Alger, le 6 octobre 2017
L'artiste algérien Toudji Samir (Togui) au festival international de la BD à Alger, le 6 octobre 2017 ( RYAD KRAMDI / AFP )

Laissée moribonde par la "décennie noire" des années 1990, la BD algérienne auparavant foisonnante renaît depuis 10 ans, de jeunes auteurs et éditeurs bravant les défis économiques, logistiques et commerciaux.

A l'indépendance du pays en 1962, de jeunes auteurs, nourris à la bande dessinée franco-belge (Tintin, Astérix...) née dans les années 1950, font de l'Algérie le pays-phare de cet art au Maghreb.

Des visiteurs du festival international de la BD à Alger, le 6 octobre 2017
Des visiteurs du festival international de la BD à Alger, le 6 octobre 2017 ( RYAD KRAMDI / AFP )

L'euphorie de l'ouverture politique fin 1988 --qui voit notamment la naissance du journal satirique "El-Manchar", sorte de "Charlie-Hebdo" algérien accueillant de nombreux dessinateurs-- sera de courte durée. En 1992 commence une décennie de guerre civile, durant laquelle nombre de dessinateurs sont assassinés ou contraints à l'exil.

Depuis la création du Festival international de la BD d'Alger en 2008 --dont la 10e édition s'achève samedi--, "la BD renaît, de nouveaux talents ont été découverts, suivis et édités", explique à l'AFP Imène Allal, responsable de la bande dessinée chez l'éditeur généraliste algérien Dalimen.

- Styles variés -

L'humour autobiographique de Togui ou les petits tracas quotidiens illustrés par la jeune Delou côtoient l'acerbe critique politique et sociale du dessinateur "l'Andalou" ou le graphisme épuré et poétique des récits pointus de Nawel Louerrad, mais aussi des oeuvres inspirées des mangas japonais ou des comics américains.

Au festival international de la BD à ALger, le 3 octobre 2017
Au festival international de la BD à ALger, le 3 octobre 2017 ( RYAD KRAMDI / AFP )

Depuis 10 ans, deux maisons d'édition spécialisées, Z-Link et Kaza, sont nées en Algérie, en plus de la création de la section BD de Dalimen. L'éditeur public ENAG réédite quant à lui d'anciennes BD algériennes.

Mais les défis restent nombreux: un circuit de distribution inexistant, peu de librairies et une logistique compliquée dans un pays quatre fois plus grand que la France, énumèrent Imène Allal et Salim Brahimi, directeur de Z-Link qu'il a fondée en 2007.

Des difficultés qui "ne sont pas propres à la BD mais à toute l'édition", expliquent-ils.

La BD a en outre "un coût de fabrication important et on n'est pas sur de gros tirages" --environ 1.000 exemplaires par album--, explique Imène Allal, ce qui renchérit le prix de vente. Les albums Dalimen, à couverture cartonnée, sont vendus entre 800 et 1.000 dinars (entre 6 et 7,5 euros), dans un pays où le salaire moyen mensuel est d'environ 40.000 dinars (300 euros).

Une Algérienne au festival international de la BD à Alger, le 6 octobre 2017
Une Algérienne au festival international de la BD à Alger, le 6 octobre 2017 ( RYAD KRAMDI / AFP )

"Les BD sont chères au regard du pouvoir d'achat des Algériens" et "les librairies prennent peu de BD, essentiellement en dépôt-vente", confirme Samir Toudji, alias "Togui", qui a publié deux albums en auto-édition "pour voir l'envers du décor".

Un format proche du manga japonais --plus petit, couverture souple et papier moins luxueux-- permet à Z-Link de réduire ses coûts et de vendre ses albums environ 500 dinars (3,75 euros).

"Le prix de deux paquets de cigarettes", relève le directeur de Z-Link qui a publié 54 albums en dix ans, tirés de 1.000 à 2.000 exemplaires: "On a 20% de vrais succès, 60% de ventes moyennes et 20% de flops".

- 'Mickeyate' -

L'économie de la BD en Algérie reste précaire. "J'ai toujours su que ça ne me ferait pas vivre", assure Salim Brahimi, à la fois éditeur et auteur de BD, diplômé du barreau et journaliste à la radio algérienne.

La dessinatrice algérienne Bouchra Mokhtari rencontre ses fans lors du 10e festival international de la BD à Alger, le 6 octobre 2017
La dessinatrice algérienne Bouchra Mokhtari rencontre ses fans lors du 10e festival international de la BD à Alger, le 6 octobre 2017 ( RYAD KRAMDI / AFP )

Il a créé Z-Link et le magazine Laabstore consacré au jeu-vidéo et la BD-manga par passion.

"Je ne connais pas un seul auteur de BD qui en vit", souligne Youssef "L'Andalou", "designer pour vivre".

"Togui", qui tire la plupart de ses revenus de l'illustrations de fascicules pour un laboratoire médical, confirme: "Déjà en France, les auteurs qui vivent de la BD sont rares, alors en Algérie..."

Les auteurs de Z-Link, âgés de 25 à 35 ans, sont eux étudiants ou salariés, souvent diplômés, selon Salim Brahimi.

La BD algérienne souffre de ne pas être prise au sérieux dans son pays. Elle "est souvent qualifiée de +mickeyate+ en Algérie, un terme péjoratif dérivé de +Mickey+ qui désigne ce qui est puéril, pas sérieux", se désole l'éditeur.

"L'Andalou" voudrait que la BD entre à l'école. Togui lui souhaite éduquer les "hautes instances", leur expliquer que "la BD est un style littéraire à part entière. Ce n'est pas que pour les enfants, ce n'est pas de la sous-littérature".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

L'ANR triple net EPRA ressort à 54,9 E/action au terme du semestre...

Publié le 20/07/2018

    Compte-rendu de l'Assemblée Générale annuelle du 20 juillet 2018   L'assemblée générale mixte (ordinaire et extraordinaire) des actionnaires de la société BIGBEN…

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…