En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 580.38 PTS
+0.31 %
5 528.00
+0.48 %
SBF 120 PTS
4 415.60
+0.30 %
DAX PTS
12 222.39
+0.57 %
Dowjones PTS
26 559.54
+0.42 %
7 689.72
+0.00 %
1.124
+0.00 %

En Grande-Bretagne, panne sèche pour des services plombés par le Brexit

| AFP | 291 | Aucun vote sur cette news
Un manifestant anti-Brexit devant le Parlement, le 3 avril 2019 à Londres
Un manifestant anti-Brexit devant le Parlement, le 3 avril 2019 à Londres ( Tolga Akmen / AFP )

Le puissant secteur des services a subi un sévère coup d'arrêt en mars au Royaume-Uni à cause des incertitudes du Brexit, ce qui augure d'une croissance en panne au moment où la Première ministre tente de sortir de l'impasse.

C'est la première fois que l'activité dans ce secteur au Royaume-Uni se contracte depuis juillet 2016, soit juste après le référendum pour le Brexit, a annoncé mercredi le cabinet Markit.

Il justifie cette contre-performance par la propension des entreprises à repousser leurs décisions d'investissement faute d'y voir clair sur le processus du Brexit et ses conséquences économiques.

D'après le cabinet, ce flou sur la sortie du Royaume-Uni de l'UE se ressent aussi sur les ménages, qui limitent leurs dépenses.

"Le carnet de commandes du secteur des services se contracte depuis le début de l'année à son rythme le plus rapide depuis le pic de la crise financière de 2009", s'inquiète Chris Williamson, économiste chez IHS Markit.

Le secteur des services, qui regroupe notamment la finance, le commerce ou encore les transports, est la locomotive de l'économie britannique, aussi tout affaiblissement fait-il craindre une panne de la croissance.

Union nationale ?

Conséquence, il est probable que l'activité dans son ensemble ait stagné au premier trimestre, après une progression du produit intérieur brut (PIB) de seulement 0,2% au dernier trimestre de 2018, d'après IHS Markit, même si certains économistes préviennent que l'indice PMI a tendance à noircir le tableau comparé aux chiffres officiels.

La Première ministre britannique Theresa May fait une déclaration au 10 Downing Street à Londres le 2 avril 2019, indiquant que le Royaume-Uni allait demander un délai supplémentaire pour quitter l'UE et tendre la main à l'opposition pour trouver un compromis
La Première ministre britannique Theresa May fait une déclaration au 10 Downing Street à Londres le 2 avril 2019, indiquant que le Royaume-Uni allait demander un délai supplémentaire pour quitter l'UE et tendre la main à l'opposition pour trouver un compromis ( Jack Taylor / POOL/AFP )

M. Williamson pointe même le risque d'"un recul au deuxième trimestre, à moins que la demande ne connaisse un sursaut, ce qui est hautement improbable compte tenu du renforcement récent des incertitudes liées au Brexit".

Ce constat est partagé par les chambres de commerce qui estiment que l'économie est à l'arrêt et que les entreprises ont le pied sur le frein, après avoir réalisé une enquête auprès de 7.000 sociétés employant un million de personnes.

Car accord ou pas accord sur le Brexit, les dégâts du Brexit sont déjà visibles.

Dans une étude publiée cette semaine, la banque Goldman Sachs a estimé que le PIB était aujourd'hui amputé de 2,4% comparé à qu'il aurait été sans le Brexit.

Les économistes estiment en outre que même en cas de Brexit doux, la croissance devrait continuer à ralentir cette année. Une moyenne de prévisions indépendantes compilées par le Trésor britannique prévoit une hausse du PIB de 1,3% pour cette année, après 1,4% en 2018.

Le brouillard autour des conditions de sortie de l'UE n'a fait que s'épaissir ces dernières semaines, en raison du rejet par le Parlement britannique de l'accord de Brexit négocié par la Première ministre Theresa May avec les autres dirigeants de l'UE.

Cette impasse politique, dont la dirigeante conservatrice cherche à s'extraire en tendant la main à l'opposition travailliste, exaspère les milieux d'affaires, qui redoutent une périlleuse sortie sans accord à l'approche de la nouvelle date théorique du Brexit, le 12 avril prochain.

"La Première ministre a ouvert la porte à un compromis dont nous avons désespérément besoin", a déclaré sur son compte twitter la directrice générale de l'organisation patronale CIB. "Il s'agit d'une urgence nationale dont la seule réponse est l'union nationale", a complété Carolyn Fairbairn.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/04/2019

Pour l'exercice 2018, Wedia affiche un chiffre d'affaires consolidé de 10,8 ME, en hausse de 16% par rapport à l'exercice 2017, soit 9,3 ME...

Publié le 18/04/2019

Les revenus locatifs de Carmila pour les 3 premiers mois de l'année 2019 s'élèvent à 89,2 millions d'euros, contre 82,1 millions d'euros en 2018 sur...

Publié le 18/04/2019

Implanet affiche pour l'exercice 2018 une perte nette de 5,55 ME, contre 6,61 ME un an auparavant...

Publié le 18/04/2019

L'assemblée générale des actionnaires de CNP Assurances qui s'est réunie le 18 avril 2019 à Paris a approuvé les comptes sociaux et consolidés de...

Publié le 18/04/2019

Accor a fait le point sur son activité du premier trimestre 2019. Ainsi, le groupe hôtelier a réalisé un chiffre d'affaires de 987 millions d’euros sur la période, en progression de 34,2% en…